Berkane- Mazembe : pour Florent Ibenge, le moment de vaincre son signe indien

Dans quelques heures, Florent Ibenge va retrouver un adversaire qu’il connaît bien, peut-être même très bien : le TP Mazembe. À Berkane, le technicien congolais devra vaincre son signe indien. Pour la première fois de sa carrière, il peut éliminer son ancien rival en RDC dans une compétition africaine.

Les retrouvailles

On ne s’attendait pas à retrouver Florent Ibenge si vite. Après le tirage au sort de la compétition, en avril, les probabilités de revoir le Coach Android devenaient plus sûres. Dimanche dernier, il affrontait un club « rival » après son passage à Vita, entre 2013 et 2019. Pour Ibenge : « Rentrer au pays c’est une très forte joie. Jouer Mazembe ou une autre équipe c’est toujours un plaisir fort. Et maintenant jouer Mazembe c’est un honneur, car c’est une grande équipe. C’est un grand honneur pas seulement de rentrer au pays, mais aussi venir une équipe forte du pays ».

Son club a perdu, mais il sait qu’il a encore toutes ses chances pour remonter le déficit de 0-1 encaissé à Kamalondo. Avant le match, le camp Mazembe n’avait pas épargné celui qui a gagné deux fois la Linafoot. « Il a fait plus de 6 ans à VClub, il est parti avec combien de victoires sur Mazembe ? Il y’a des choses qui ne sont pas comparables, on ne va pas mettre Berkane et Mazembe dans le même lot, hors mis le fait qu’ils sont au même stade de la compétition et la comparaison s’arrête là », déclarait Frédéric Kintengie avant le match. L’atmosphère du retour promet d’être explosive.

Le défi africain pour sauver la saison et son avenir

La Renaissance de Berkane est ambitieuse. « Chaque fois que nous sommes au Maroc en stage, nous jouons toujours Berkane, c’est une très bonne équipe jeune qui progresse et ça, ce n’est pas un problème », analysait le Secrétaire de Mazembe. Chaque année, le club marocain cherche à s’installer dans le gratin du football africain en investissant dans le recrutement des meilleurs joueurs locaux et quelques expatriés, dont la colonie congolaise ou des anciens de la Linafoot : Chadrack Muzungu, Youssoufa Dayo, Tuisla Rossien.

Vainqueur de sa première compétition continentale en 2020, contre Pyramids 1-0, Berkane n’a plus que cette compétition pour sauver sa saison. 7e en Botola Pro, Berkane ne jouera l’Afrique que si le club va au bout de la compétition. Face à ses « enfants », Ibenge doit trouver la formule. « Ce n’est pas non plus facile de jouer contre ses enfants, parce que j’ai beaucoup d’enfants à Mazembe, mais même quand ils sont mes adversaires je leur dis toujours de bien jouer » essayait d’apaiser la tension, le technicien congolais.

Le résultat du Stade Municipal de Berkane comptera surtout pour l’avenir Florent Ibenge au Maroc. Si pour les moments il n’est pas inquiété, sortir Mazembe ou aller au bout pourrait définitivement finir par convaincre le très exigeant public marocain. Le contraire sèmerait d’incertitude. Pour Ibenge, le moment de vaincre son indien est arrivé, à lui d’être l’exorciste.

Iragi Elisha

Vous pourriez aussi aimer