CAN 2021: Attention à la Gambie !

Ce lundi à Banjul, les Léopards de la RDC affrontent les Scorpions de la Gambie. Il s’agit d’un match de la deuxième journée des éliminatoires à la CAN Cameroun 2021. Une sortie inédite pour les deux sélections qui se défient pour la première fois depuis des années. Mais les Léopards n’arrivent pas à l’extrême nord de l’Afrique en état de grâce. Maîtrisée par les Panthères, la RDC est appelée à réveil tonitruant pour s’éviter une crise et une pluie des critiques.

La Gambie, adversaire imprévisible !

On la connaît comme pays de Bakary Papa Gassama, l’un des meilleurs sifflets du continent de Mandela, si pas le meilleur. Quand ça parle foot, la Gambie est hors débat, elle n’en peut plus de jouer le meilleur dans le royaume de très faibles. Les Scorpions (surnom de l’équipe nationale) ont un léger avantage sur les Léopards. Ils sont surclassé l’Angola (3-1) à Luanda lors de la première journée alors que les Léopards battaient de l’aile contre les coéquipiers de Pierre Emeric Aubemeyang (0-0). Cette victoire à l’extérieur, a donné des ailes aux fauves gambiens qui croient désormais au rêve d’une phase finale de la CAN, chose impossible il y a quelques années.




Les Léopards sont prévenus du danger qui les attend au *Principal Independence Staduim* ce lundi. L’adversaire a des qualités, très solide et très rapide dans les actions de contre, l’Angola en a payé les frais devant ses supporters. Que dire de plus ! Christian Nsengi et son groupe savent à quoi s’en tenir. La Gambie n’est pas le nom d’un petit pays de football, 161ème au classement FIFA, plutôt une équipe de football s’appuyant autant sur son collectif que sur des valeurs individuelles pour mordre l’adversaire à la manière des scorpions. La force de la Gambie c’est surtout son attaque. Mussa Barrow d’Atlanta Bergane (Italie), Assan Cesay du Zürich (Suisse) et Madou Barrow du Reading FC (Angleterre). Les trois sont capables de beaucoup de choses, le capitaine Tisserand et ses militants de la défense sont avisés.

L’impératif d’une victoire congolaise !

C’est le théâtre du « ça casse ou ça passe ». La RDC a obligation d’une victoire même si un match nul ne brûlerait pas la totalité de chance d’aller au pays de Samuel Eto’o. Après une première sortie gâchée par un exécrable manque d’envie, les Léopards doivent sortir leurs griffes, pour l’honneur du sélectionneur et le leur.

La qualification se négocie sur des premiers matchs, le reste est une histoire des calculs, des équations et algorithme. Pour éviter l’usage des calculette aux congolais forts dans le verbe, il est plus que temps pour les coéquipiers de Wilfried Moke d’engranger des points, l’avenir étant indécis. En cas d’un nul, sans tenir compte du résultat de l’autre match, les Léopards seraient totalement mal embarqués dans cette campagne. La possibilité mathématique prouvant encore les chances de qualification ne suffira à calmer les ardeurs de ceux qui n’ont que leur équipe nationale comme sujet de joie dans le monde du sport.

La RDC, mieux à l’extérieur ?

Elle a l’air plus libérée à l’extérieur, sans frousse, la RDC fait espérer. Le stade des martyrs est un cosmos d’une ambiance dévorante qui n’est pas que soutien, souvent pression pour des novices et ceux au mental en argile.

Loin de leurs bases, les Léopards ont souvent montré une image opposée à celle de la maison, réalité testée sur plusieurs cas, mais ils ont aussi gagné beaucoup de match à domicile, dans la grande difficulté, faut-il souligner. En Gambie, les partenaires de Mukoko Amale auraient bien voulu avoir leurs supporters derrière eux, mais ils peuvent se débrouiller sans eux. Le but est d’être concentrés, appliqués et surtout privilégier le jeu d’équipe par une solidarité à défendre et attaquer ensemble, du football total promu par Johan Cryuff au début des années 90.

Isaac B’ampendee/Footrdc.com

vous pourriez aussi aimer