Christian Nsengi, oubli ou doute des talents de la Linafoot?

Il y’a beaucoup d’émulation à lire beaucoup de noms des joueurs qui viennent d’Europe sur la préliste de Christian Nsengi Biembe.
Sur les 30 appelé, 4 joueurs prestent localement.

Comprenons ensemble




Jean Florent Ibenge, à peine nommé sélectionneur des léopards, celui-ci avait établi en sa première liste de 29 joueurs dont 10 locaux, 4 de Mazembe et 6 de son VClub. Mais avec Monsieur Nsengi Biembe, pourquoi il n’y pas assez des présences ?

Les hypothèses selon la rédaction de footrdc.

Plusieurs décennies en arrière, les jeunes talents qui amorcent leur carrière sur le vieux continent, préfèrent rester à la queue en attendant l’appel soir de la France, soit de la Belgique, soit encore de l’Angleterre plutôt que défendre les couleurs d’origines.

Nombreux talents sont partis pour porter les couleurs des pays d’adoption, et déjà quatre sont devenus champions du monde (Mandanda, Kimpembe, Matuidi et Nzonzi) alors que d’autres brillent près des honneurs mais moins des gloires.

L’annuaire est long, mais l’homme au cheveux blanc préfère pour son carnet d’adresse afin d’attirer les plus d’internationaux, aura bien lancé ses cartouches. Guide idéal et inspirant , Nsengi aurait anticipé les choix de ces jeunes dont le talent peut éclater et faire la convoitise des chippeurs ? Pour le moins qu’on puisse dire, Biembe compte tous les rappeler au recours à l’authenticité.

Pourquoi ces 4 locaux ?

Jeunes mais expérimentés, Lunanga, Mukoko, Muleka et Avadongo auront fait preuve d’un inouï niveau.

Jackson Lunanga : prometteur dès ses début avec l’AS Maneima de Kindu, le jeune a connu le coup de chance qui a récompensé les promesses de sa carrière, passé par les mains de Nsengi avec les léopards U23, aujourd’hui avec Ibenge à l’AS V-Club, le congolais est étouffé par l’expérience du doyen camerounais Nelson Lukong dans les perches des Dauphins Noirs de Kinshasa. Mais avec des problèmes de confiance après la retraite du Légendaire Robert Kidiaba, Lunanga est le seul mieux positionné pour prendre la relève après l’essoufflement de Matampi vumi.

Mukoko Amale : Christian Nsengi a vécu que le gars et a été convaincu par son aisance confondue à la maturité requises pour des lourdes charges. La ligne défensive ne souffre pas certes mais, avoir assez de quoi garder son banc confiant est plutôt bien réfléchi.

Moustafa Ava Dongo : En remplacement d’un des meilleurs joueurs de l’effectif de l’As Vita. Avadongo aurait récupéré tout le bonheur de ce poste, avec Yannick Bangala, il constitue la charnière de rêve chez les Banas mbongo.

Jackson Muleka : c’est le crack en attaque. Aussi moulu par Biembe dans les équipes d’âge, Jackson est venu pallier les problèmes d’avant centre dans le 4-4-2 de circonstances, ou dans les stratégies de solutions offensives après les doutes sur Mbokani, l’absence de Kabongo Kasongo et de Britt Assombalonga ou encore les éventuelles journées difficiles de Cédric Bakambu.

Mais Alors, Nsengi a-t-il une idée de ce qui se dit en cas d’échec des internationaux ? Espérons que ça ne soit pas les locaux qui auraient dû mieux faire que les pros…

Glovic Mpoyo/Footrdc.com

FootRDC Disponible sur Google Play Store Telecharger Ici

vous pourriez aussi aimer