Coronavirus : Panique totale sur la planète foot.

Plus les jours avancent, plus le Covid-19 gagne du terrain et sème de la panique dans le monde, alors qu’en Chine, la sérénité a remplacé la stupeur avec la guérison des cas et leur diminution. La maladie mortelle de Coronavirus impacte négativement les économies du monde. Avant-hier, on a parlait de la chute incommensurable du baril de pétrole dans les Etats du golf, et même certains européens, une situation qui pourrait engendre des graves retombées si elle n’est pas maîtrisée. Mais ce n’est pas tout, même dans le monde des sports, du sport roi principalement, le coronavirus se fait passer actuellement pour la star, plus que Messi et Ronaldo.

Les fédérations européennes de football sont en alerte, certaines ont déjà pris des mesures drastiques pour préserver des vies humaines au prix des gros sacrifices financiers. En Italie par exemple, après la décision de faire tous les matchs des championnats à huit-clos, il a finalement été décidé de la suspension de toutes compétitions sur les terres transalpines en raison de la persistance de l’épidémie qui a déjà causé la mort de plus de 400 personnes dans le pays. Des strictes mesures de confinement ont été appliquées, pas d’écoles, pas d’universités, pas de shopping ni de voyages, des bars et bistrots ferment à 18H. Dans la même veine, tous les championnats suisses de football sont suspendus. L’international congolais Elia Meschack et Young Boys Berne sont au repos. En Espagne, les deux prochaines rencontres de la Liga et des championnats de division inférieure se joueront à huit-clos, même si le 8ème de finale retour de la Champions League entre Valence et Atalanta Bergane s’est joué hier soir avec spectateurs au Mestalla.

La panique est également palpable en Afrique. À quelques jours du démarrage du CHAN 2020, la CAF ne sait toujours pas (encore), la bonne décision à prendre. Mise sous pression par des pays concernés, l’instance suprême du football continentale continue à étudier les possibilités soit de reporter le tournoi ou le faire jouer à huit-clos, ce qui serait un grand échec sur le plan économique. Mais face à la menace réelle de l’épidémie, la protection des vies vaudrait plus que tout.

Les rencontres de 3ème et 4ème journées des éliminatoires à la CAN 2021 sont aussi menacées de report ou du huit-clos surtout celles censées se jouer dans les pays touchés. Les demi-finales des Inter-clubs de la CAF qui vont connaître la participation de 7 clubs Maghrebins sur 8, ne sont pas du reste. Des chocs comme Al Ahly vs Wydad dans une Égypte touchée n’offre aucune assurance aux organisateurs. Déjà à l’étape des quart de finale retour, la Confédération Africaine de Football envisageait l’idée de faire jouer certaines rencontres sans public.

En RDC, le premier cas confirmé hier dans la ville de Kinshasa crée une grande torpeur parmi les congolais. Les appels des autorités à la sérénité ne suffisent pas encore à calmer la tempête. La méfiance les uns vis-à-vis des autres était très perceptible dans les heures qui ont suivi cette annonce, même dans des villes où aucun cas n’a été détecté. Difficile dans ce contexte d’imaginer les congolais se rendre dans des lieux à fort engouement comme les stades de football, les salles des théâtre et concerts musicaux. Le huit-clos pourrait aussi se coller aux matchs de la Linafoot D1. Tout compte fait, la maladie de coronavirus se lève comme une incroyable entrave au football mondial à l’heure où la saison file lentement vers sa fin.

Isaac B’ampendee/Footrdc.com

vous pourriez aussi aimer