La politique de VClub taillée en pièces par les Internautes.

L’Association Sportive Victoria Club vit sa pire campagne de Champions League depuis que le club a appris à affronter la phase des groupe en 2014. Zéro victoire en quatre matchs de groupe et aucun but marqué, une disette pour une équipe ayant pris l’habitude de goûter aux joutes africaines.

Si les causes de cette chute libre sont analysées de manière diverse par les observateurs, il n’en demeure pas moins une fatalité pour le club. L’objectif était d’atteindre la phase des groupes, et il y est, le reste c’est du bonus, Florent Ibenge a plusieurs fois entonné cette chanson devant la presse. Mais est-ce là le réel niveau de Vita Club ? Où sont passées les ambitions de demi-finales, de la finale ou encore du sacre ? Il y a certainement plein de choses qui expliquent ce virage à 180°.

Les internautes se sont lancés dans un sondage lancé sur notre page facebook, pour analyser à leur façon les raisons de l’hallucinante baisse de régime affichée par les Dauphins Noirs cette saison, car même en championnat, tout n’a pas l’air de bien aller…




Pour Gabriel Shabani, il serait malveillant de considérer que la saison de l’ASV est pourrie à cause de ses mauvais résultats en Ligue des Champions d’autant que l’objectif défini au préalable a été atteint. « Pourquoi s’acharner sur un bilan déclaré positif, Nnest-ce pas l’objectif était d’atteindre la phase des groupes et se qualifier pour les prochains inter-clubs de la CAF via la Linafoot ? »s’interroge-t-il.

Jephrady Mikiele ne voit pas du tout les choses comme Gabriel. Pour lui, il y a bien un truc qui cloche au sein de VClub et qui l’empêche de décoller. « C’est un problème de vision, parce que l’équipe qui veut aller loin ne vend pas les joueurs comme le fait le Général Amisi « , avance-t-il. Argument appuyé par Norbert Luanda qui pousse un peu plus loin sa réflexion et tire sa conclusion sur l’AS VClub. « Il y a un problème très sérieux au sein de l’AS VClub. On ne gère pas une e équipe comme une boutique. Cette histoire de transferts énerve ! Avadongo et Kalala ont fait combien des jours dans Vita? Une saison deux ou trois? Non, il y a là juste une petitesse notoire. Je suis entrain de comprendre pourquoi cette équipe n’a jamais remporté une autre coupe dans la campagne Africaine depuis celle d’il y a quatre décennies. Celui qui ne sait pas où il va, il ne sait pas ce qu’il est, dit-on. La coupe n’a jamais été l’objectif de dirigeants VClubiens », s’explique-t-il.

Dans la même veine, Kambale Hakim, critique lui aussi la politique instituée à l’AS VClub avec la vente des joueurs en toile de fond. « Vente sans achat de qualité. Tu vends tes meilleurs joueurs en pleine compétition. Ce n’est pas normal ! En plus le président joue quelques fois le rôle du directeur sport et celui du coach en procédant lui même au recrutement dans ses voyages à l’intérieur sans tenir compte de l’état de besoin. Mais aussi l’AS VClub donne l’image de ce qui n’est pas. C’est-à-dire, elle est en difficulté financière; ce qui explique la dernière détection des joueurs ».

Avec un petit commentaire sobre, Lula Mayulu enfonce le clou. « Pas de bonne politique de gestion de l’effectif, l’amateurisme et un mauvais recrutement ». Il est rejoint par Laurent Ikaa qui remet légèrement une couche sur la politique des Dauphins Noirs. « Le manque des bons joueurs capables de construire une équipe. La politique des dirigeants du club est très mauvaise. On libère tous les piliers de l’équipe et on ne sait pas les remplacer. Vita n’a plus d’ossature« , constate-t-il. En fin Van Ros appelle les dirigeants de l’AS VClub à s’inspirer du bon modèle du football congolais pour réussir. « Il faut que les dirigeants aient un véritable projet sportif, définir les objectifs clairs. Ils veulent être sur le toit d’Afrique ? Très bien qu’ils fassent un très bon recrutement et qu’ils gardent l’ossature de base durant quatre ou cinq saisons. Ils doivent clairement s’inspirer du Tout Puissant Mazembe. C’est un exemple parfait. Ce sont les résultats et les trophées qui amèneront des partenaires fiables. Mais la gestion de l’AS V Club est une affaire privée , c’est difficile d’en arriver là, » a-t-il interpellé.

À deux journées de la fin de la phase des groupes, l’AS VClub est déjà quasiment éliminée de la compétition. Derniers de leur groupe avec 1 points (-4), les Moscovites ne peuvent plus espérer grand chose de cette campagne africaine. Peut-être la conséquence logique des objectifs atteints à mi-chemin.

Isaac B’ampendee/Footrdc.com

vous pourriez aussi aimer