Que retenir de cinq ans de Florent Ibenge à la tête de la sélection RD Congolaise.

Certainement très moins à l’aise dans la peau d’un entraîneur qui perd, qui n’atteint ses objectifs qu’à moitié, Florent Ibenge n’a pourtant pas dit un mot concret sur son avenir.

Alors la question se pose ! Que compte faire, ou que va faire Florent Ibenge après cette nouvelle déroute subie par son équipe ?

Il sera bien évidemment étrange, curieux de le voir poursuivre son aventure à la tête de l’équipe, toutes fois, il n’est pas impossible non plus. Florent Ibenge est sélectionneur des Léopards depuis 2014, son quinquennat aura été difficile, un marathon parsemé des critiques rugueuses, de peines et de succès en demi-teinte. L’homme a tout de même réussi à conserver la confiance de la Fédération Congolaise, malgré des échecs en répétion.

À son avènement, il a vendu des rêves, des grands rêves aux congolais, une ère au cours de laquelle, tout était bien sûr permis, surtout quand cette aventure commence par une qualification inespérée à la CAN 2015, et une médaille de bronze à la même compétition. Une vague des binationaux se laissent dans la foulée, convaincre par le nouveau projet de la nationale, l’environnement des Léopards très malsain il y a quelques années, semblait avoir été sanctifié, sanctifié par l’implication très active du gouvernement mais toujours tachée par les hauts dirigeants du foot congolais, notamment les membres influents de la Fédé.

Après la CAN 2015, Florent Ibenge est persuadé par la capacité de son équipe à pouvoir se qualifier à la Coupe du Monde 2018, le slogan « en route vers la Russie » se déclenche automatiquement, les congolais y croient, les Léopards tiennent la corde, mais lâchent en 2017, lorsqu’un soir du 05 septembre au stade des martyrs, la Tunisie égalise en deux minutes, les deux buts congolais, qui traçaient leur chemin vers le Kremlin. Cette semi-défaite, durcit les calculs des Léopards et c’est finalement les Aigles de Carthage qui feront la campagne du Mondial Russe. Alors qu’il avait annoncé son départ en cas d’échec en ces qualifications, Florent Ibenge reviendra sur sa décision et rectifiera son discours pour s’éviter une pluie de critiques. Mais c’est insuffisant, la confiance des congolais est partie, le groupe se dissout, la motivation n’y est plus, la RDC régresse et lamentablement. La RDC et la Coupe du Monde, ça ressemble à l’histoire d’un amour impossible.

À l’échec Gabonais 2017, s’additionne cette triste déconvenue en éliminatoires du Mondial, tous les objectifs de Florent Ibenge et son équipe ne vivront que dans la théorie. Il y a de la malchance, des erreurs collectives et individuelles, il y a surtout des choix tactiques de l’entraîneur qui ont souvent envoyé involontairement les Léopards au supplice.

En 2019, quelques mois avant la CAN Égypte, Florent Ibenge renouvelle de quatre mois son contrat avec le gouvernement congolais. L’objectif est clair; remporter le trophée. Tout est réuni pour que les Léopards se préparent dans les des conditions qui riment avec leurs ambitions. Un stage de près de trois semaines en Espagne, sous la chaleur clémente de Marbella et le magnifique paysage de Madrid, les coéquipiers de Marcel Tisserand, si ce n’est gagner. Oui gagner, pas un seul match ou deux, gagner le trophée. Arrivés en Égypte, ils ont été cueillis à froid et étouffés par l’Ouganda puis punis par l’Égypte. Mais ils se réveillent le 30 juin et reversent leur colère sur une innocente équipe du Zimbabwe. Qualification au forceps pour les huitièmes de finale. Le rêve du titre franchit des périmètres, malheureusement, les Zébus de Madagascar, avec un arbitrage honteux, s’érigent en labyrinthe sur la route de la RDC. Une douloureuse élimination aux tirs au but, et une fin prématurée d’une aventure qui marque peut-être la fin d’une ère, celle de Florent Ibenge.

Dans les cinq ans de Florent Ibenge à la tête de l’équipe nationale, s’inscrivent un nouveau vent dans l’équipe, une grande volonté de triompher. Il a bâti une équipe ambitieuse, animée par un patriotisme rare. Florent Ibenge c’est trois participations consécutives en Coupe d’Afrique des Nations, ce qui n’était pas fait avant lui. Dommage qu’il soit allé decrescendo, troisième en 2015, quart de finaliste en 2017 et bloqué en huitièmes de finale.

Après cinq ans, l’heure est-elle venue pour passer à autre chose ? Tourner la page d’une histoire débutée en 2015 et construire quelque chose de nouveau. Florent Ibenge est certes tenté par l’idée de jeter l’éponge, mais il semble hésiter, la preuve ce sont ses derniers propos lâchés après l’élimination des Léopards. Florent Ibenge ou l’art de ne pas dire clairement les choses ? L’objectif de remporter n’a pas été atteint comme convenu, selon toute logique, le coach de l’AS VClub devrait démissionner, le doute qu’il sème sur avenir est si dur à contextualiser. Il ne semble plus en odeur de sainteté avec Fédération de laquelle, il attend une issue à son sort après la discussion. Les déclarations de Constant Omari la veille de la Coupe d’Afrique des Nations en disent sur la relation entre les deux hommes.

Que compte faire Florent Ibenge après la mission non accomplie ? C’est la grande question ! Personne ne peut sonder la pensée du coach de l’AS VClub en cette période. Son attachement à l’équipe nationale est-il si inébranlable que même quand il échoue, quand on le désavoue, il préfère rester. Le ministre intérimaire des sports a annoncé une réunion pour pour évaluer le parcours raté des Léopards à la CAN 2019, et envisager le futur… Le cas du sélectionneur sera forcément un point focal de ces assises. Et si lui-même sait moins ce qu’il a à faire, les conclusions de ladite réunion lui prêteront sans doute des idées.

Isaac B’ampendee / Footrdc.com

Laisser Un Commentaire

FootRDC Disponible sur Google Play Store Telecharger Ici

vous pourriez aussi aimer