Vodacom L1 : Saint-Eloi Lupopo : La renaissance après le chaos

L’année 2018 s’achève lentement amenant avec elle la phase aller du championnat d’élite en RDC. A l’heure où les calculettes sortent pour le bilan, certains seront satisfait amplement de résultats engrangés tandis que d’autres devront mettre les bouchées double pour espérer atteindre les objectifs assignés en début de saison. Dans cette course où les géants écrasent les modestes, un club se refait une santé en toute discrétion et peut espérer mieux que ses objectifs fixé à l’aube de la saison : le Saint-Eloi Lupopo. Gros plan sur ce club qui revient tout droit de l’enfer et peut, avec des efforts, rêver d’une deuxième parti de saison excitante.

Un debut de saison mitigé et un club en plein chaos




Au soir du 5 novembre dernier, les Cheminots étaient en pleine crise : Lupopo venait de perdre son troisième match de la saison en seulement huit journées ! Face à DCMP, les Lumpas avaient pris l’eau, à domicile qui plus est, ne sachant pas tenir devant Ricky Tulengi, auteur din doublé, et ses copains 3-1 score final, l’alarme sonnait, tous les voyant étaient au rouge. Au sortir de cette défaite, Coco Mulombo déclarait sur Radio Okapi : « Il y a des bons éléments dans l’ossature, mais il manque quelque chose. Il n’y a pas que le talent, mais aussi l’organisation interne, et le réveil d’esprit de l’ossature, ce qui va permettre au club d’aller de l’avant. » pointait-il directement la direction du doigt.

Après une saison 2017-2018 pour le moins chaotique, le club ayant raté les places africaines, les milliers de supporters du club jaune et bleu espéraient sans doute mieux que les résultats qu’obtenait leur club. Mais ils déchantaient très vite après des revers face à V.club et le rival éternel T.P Mazembe dans un derby chaud bouillant.Les voix montaient, les têtes tombaient pourtant rien ne changeait. Franklin Kimbongila à la tête du club était prié de faire bagage, Raoul Shungu venu sauver les meubles s’était vu remercié quelques semaines seulement après avoir posé ses valises à Lubumbashi. Le club était au bord du précipice et la descente aux enfers alimentaient certains à déclarer haut et fort la démission pure et simple du président Faustin Bokonda.

Le calme après tempête

Dans l’urgence et sous l’intense pression de ses sup, le président Bokonda sort de sa manchette deux de ses dernières cartes pour pour remobiliser ses troupes : des primes revue à la hausse pour chaque victoire et um technicien pour remettre la maison en ordre, Camille Bolombo. La première méthode s’avérera moins fructueuse que la seconde. Le nouveau capitaine

Footrdc.com

Laisser Un Commentaire

FootRDC Disponible sur Google Play Store Telecharger Ici

vous pourriez aussi aimer