TP Mazembe : Trois ans et la fin de l’idylle Mihayo

Trois ans dans la couleur d’une relation amoureuse entre un club et son jeune coach, qui est aussi l’un des plus grands joueurs de l’histoire. Trois ans d’attachement, d’aventure, de frissons, d’émotions. Trois ans de joie, de bonheur partagé et de déception vécue ensemble. Depuis hier soir, Pamphile Mihayo n’est plus le coach du TP Mazembe. La suite d’une nouvelle élimination en Champions League incomestible et rendue plus amer par les deux d’avant. Le jeune technicien des Corbeaux a été remercié par le club au nom de son président, Moïse Katumbi, dans un communiqué apparu sur le site officiel.

Nommé en mars 2017 après la déconvenue subie par les Corbeaux en 16èmes de finale de la Champions League contre Caps United, sous Thierry Froger, Mihayo a pu se construire une grande notoriété en tant qu’entraîneur pour ce qui était sa première expérience sur le banc d’une équipe première. Il préfigurait à l’époque, une carrière à la Zidane, celle d’un grand champion. Après avoir tout gagné comme joueur, le défi de le faire comme entraîneur n’était impossible à relever pour celui qui avait la confiance de tous les Mazembiens, un fils de la maison, engendré, élevé et nourri sous le maillot noir et blanc. L’année de sa nomination est celle de sa double consécration. Il remporte la Coupe de la CAF et le Linafoot. Des débuts rassurants mais il faut plus pour se faire définitivement une place dans les cœurs de tous les Badiaguenas.

La saison suivante est celle de la déception, Mihayo et son équipe réalisent une saison sans titre, chose inhabituelle dans l’histoire des Corbeaux. Devancés par l’AS VClub en championnat, les coéquipiers de Mika Miche se feront ensuite éliminer par Primeiro D’Agosto en quart de finale de la Champions 2018. L’enjeu du match retour n’avait rien d’énigmatiques pourtant ; s’imposer par n’importe quel score et passer, puisqu’il y avait eu un (0-0) lors du match aller à Luanda. Muleka ouvrit le score dès les premières minutes, mais les Corbeaux encaissèrent dans la foulée le but égalisateur, meurtrier. Pamphile Mihayo s’excuse, le club renouvèle en lui sa confiance. Mais ce sera comme un pari risqué, Mihayo n’arrivera pas à porter Mazembe sur le toit de l’Afrique.

En 2019, il remporte le championnat mais échoue en demi-finale de la Ligue des Champions. Cette fois-là, le bourreau se nommait l’Espérance de Tunis, et ça se jouait sur très peu de choses. Les tunisiens remportent le premier acte chez à Rades (1-0) et viennent imposer un nul sans but aux congolais à Kamalondo. Nouvelle désillusion ! Pamphile Mihayo tenait cette saison une dernière chance pour faire dissiper les souvenirs sulfureux de ses échecs du passé. Tout avait bien démarré, mais comme souvent sur les dernières années, c’est au moment décisif que les rêves noirs et blancs se volatilisent… Le Raja Casablanca a rendu la vie dure à vivre au TP Mazembe en quart de finale de la CAF C1. Troisième élimination de suite. L’obsession des Corbeaux d’ajouter une nouvelle étoile sur leur écusson sera satisfaite sans Pamphile Mihayo. La direction est passée vite à l’action. Mihayo n’est plus coach du TP Mazembe, Moïse Katumbi a décidé. Les commandes de l’équipe sont confiées au serbe Dragan Cvetkovic arrivé récemment comme directeur technicien.

La fin d’une histoire qui aurait pu être idyllique avec ce titre tant attendu de la Champions League.

Isaac B’ampendee/Footrdc.com

vous pourriez aussi aimer