Berkane-Mazembe : comment se comportent les Corbeaux à l’extérieur en Coupe d’Afrique ? (Décryptage)

Dimanche tard dans la soirée, 20h GMT, au Stade Municipal de Berkane, Franck Dumas et ses hommes seront en mission. Après une courte, mais très précieuse victoire au match aller (1-0), ils devront montrer qu’ils sont capables de tout pour aller en finale. Face à la Renaissance de Berkane, ils compteront surtout sur leur arrière-garde. Et cette saison, elle a été à la hauteur lors de sorties des Corbeaux loin de leur nid. Décryptage sur tous les secteurs du jeu de Mazembe à l’extérieur en Coupe interclubs de la CAF.

De son parcours en chaotique en Ligue des champions (élimination face à Amazulu en 8e de finale), à son ascension en demi-finale de la C2, Mazembe a alterné le moins et le moins bon à l’extérieur. L’équipe de Franck Dumas s’appuie beaucoup sur sa défense pour maximiser ses chances et venir porter l’estocade à la maison. Face au RS de Berkane, les rôles sont inversés, mais ils devront compter sur leur forme actuelle en déplacement.

Solidité défensive en chiffres

Toutes compétitions africaines confondues (Ligue des champions et Coupe de la CAF), Mazembe a livré 6 matchs à l’extérieur cette saison. Le TPM affiche un bilan de 5 matchs nuls, dont deux 2-2 et 3 0-0 et une défaite « seulement » face à Al Masry (première journée de la phase de groupe 0-2). Sur les 6 matchs, l’arrière-garde Noir et Blanc a encaissé 6 buts, soit une moyenne de 1 but par match. Mazembe a même réussi l’exploit d’avoir moins de tirs cadrés subits que ses adversaires à l’extérieur (voir ci-dessous). La paire Mondeko-Chongo ou Tambwe a laissé seulement 11 tirs être cadrés par les attaquants adverses sur les 59 goal attemps (Occasions de but pour les adversaires, dont les tirs non cadrés).

Dans le jeu, Mazembe a montré deux visages. Face aux clubs du Maghreb, ce qui sera le cas de Berkane, le club de Kamalondo perd ses moyens dans la construction du jeu. Devant Pyramids, en quart de finale aller (0-0), Mazembe n’a compté que 29% de possession de ballon, contre 71% contre les Égyptiens, ce qui n’a pas empêché aux Corbeaux de « finir le travail à la maison » après le précieux nuls au Caire. Sur les quatre derniers matchs, phase de groupe et quart de finale, Mazembe a dominé la possession à l’extérieur à une seule reprise, contre Coton Sport de Douala (59% contre 41% pour les Camerounais, 50-50 contre Otoho et 52% contre 48 pour Al Masry). Le retour de Glody Likonza jouera un rôle dans la conservation du ballon au Maroc.

Trouver une formule offensive

Autant ils peuvent perdent le contrôle, comme face à Otoho où ils sont rejoints deux fois au score, notamment un but à la 87e, les coéquipiers de Christian Kouamé peuvent aussi faire preuve d’une force mentale impressionnante. Contre Coton Sport, à Douala, Mazembe est revenu deux fois au score (but de Jephté Kitambala 42e et Kevin Mondeko 95e) alors qu’ils étaient au bord du précipice. Ils peuvent aussi subir sans rompre. Contre Pyramids, dominés dans tous les secteurs de jeu, les Corbeaux avaient concédé 21 tirs sans pour tant que le verrou ne saute. C’est de ce caractère que Franck Dumas vante en parlant des « gars qui bossent dur ». Difficile de donner tort au Français, selon les chiffres,

Offensivement, Mazembe s’est amélioré, si l’on compare ses statistiques à l’extérieur ces dernières années. Lors de ses quatre derniers matchs, Mazembe a tiré et cadré 19 fois dont 8 contre Coton Sport. En six matchs à l’extérieur, Mazembe a trouvé le chemin de filet à 4 reprises soit un pourcentage de conversion de 21%. Pour Dumas, sa formule offensive contre Berkane sera de trouver la faille, au moins une fois pour ce fameux « but marqué à l’extérieur » pour mettre en doute les ouailles de Florent Ibenge. Défensivement, l’arrière-garde veillera au grain.

Source statistiques : Flash Score

Iragi Elisha

Vous pourriez aussi aimer