Édito : Le Maroc ou nouvel Eldorado des footballeurs congolais ?

Le Maroc avec ses joyaux des stades et son championnat semi-pro, ses clubs huppés et des budgets mesurés est passé sur le devant de la scène continentale. Des stars de tout bord y atterrissent comme des papillons sur le nectar, les congolais comme dans l’espace Schengen.

Dans cette spirale de migration infernale, des stars congolaises à la recherche de la gloire affluent le royaume cherifien pour étaler au grand jour leur talent inouï. Au Congo, si l’Angola était longtemps le paradis pour les joueurs Congolais (Mputu, Bobo Ungenda, Ngudikama Kila, Magola, Hervé Ndonga, Issama Mpeko…), la donne a changé ces dernières saisons.

Ils sont nombreux à être partis

Le Maroc est devenu la terre de bonheur où tout le monde veut aller pour ramasser la manne. À force ou à raison, les sirènes du Maroc et de son Championnat, la Botola Pro A séduisent des footballeurs Congolais.

Ngoma Fabrice réchauffait la piste Marocaine l’année passée en quittant VClub pour le Raja de Casablanca. Ce départ a ouvert la porte à une migration massive de certaines stars du championnat national de football en République Démocratique du Congo. Francis Kazadi aujourd’hui au WAC, Jonathan Ifaso (Difaa El Jadida), Ricky Tulenge (Difaa El Jadida), Nelson Munganga (Mouloudjia Oudja), Padou Bompunga (Mouloudjia Oudja), Ben Malango (Râja Casablanca) ont tous pris la direction du Maroc. Lema Mabidi et Noël Mukoko Batezadio (Ittihad Tanger) les avaient précédés, le contrat du premier a expiré avec le Râja Casablanca.

Les causes probables

Avec ces clubs historiques, son championnat magnifique, le Maroc est le nouveau paradis des joueurs Congolais. À faute de mieux au pays, ces footballeurs qui ont illuminé la Ligue Nationale de Football se choisissent le Maroc pour son confort et son argent. Dégoutés très souvent par les impaiements ou les conditions de vie des clubs de la RDC qui frisent l’amateurisme, ils n’hésitent pas à aller voir ailleurs, chercher mieux forcément. Et la migration vers le Royaume Cherifien n’est peut-être qu’à son début.

L’envie de se faire connaître

Des joueurs congolais qui choisissent le Maroc trop souvent y partent pour prouver après avoir évolué dans un environnement hostile à la maison. « Nul n’est prophète chez soi », pourra-t-on dire. Ils migrent au Maghreb pour prouver leur valeur intrinsèque. Certains d’entre eux sont même allés au clash avec leur club (Ben Malango-TP Mazembe) pour rallier le Maroc.

L’argent est aussi l’un des facteurs clef qui attirent les footballeurs Congolais vers le Maroc. Une fois au Maroc, certains caressent les vœux de briller pour traverser sur le vieux continent.

Vita Club, la cible

Tout compte fait, la très sérieuse organisation du football au Maroc, l’aura des clubs et les salaires remis aux joueurs, ne peut laisser indifférents 4 footballeurs congolais sur 5. Ceux évoluant en Linafoot considèrent comme on l’a dit ci-haut, le Maroc comme un dernier escalier qui mène au-dessus du toit (l’Europe), difficile de résister. L’AS VClub reste l’équipe la plus exposée au phénomène « attirance » vers le pays de Moustapha Hadji. Ayant déjà cinq de ses anciens joueurs au Royaume Chérifien, le club Vert et Noir pourrait voir partir un autre cadre, Yannick Bangala, cité dans les petits papiers de l’Ittihad Tanger. Le général Gabriel Amisi a récemment levé le ton pour s’opposer de son défenseur central, mais il devra convaincre son joueur à rester, déjà que ce dernier a fait partie du groupe de ceux qui ont fuit pendant l’intersaison, avant de revenir et faire amende honorable.

Marco Emery Momo/Footrdc.com

vous pourriez aussi aimer