Linafoot D1 : Maniema Union, Don Bosco et ces clubs au progrès freinés par les projets des aînés

La Linafoot est une compétition à 16 équipes, avec au moins par saison 240 matchs. Mais il y’a toujours ces rencontres qui ennuient, ces matchs dits de la complaisance. Ces matchs qui vendent au marché de sel la crédibilité de la compétition quelques fois.

Qu’est-ce que ces équipes ont en commun ?

Ces équipes qui évoluent sous les ailes des autres ont 3 points en commun.

  1. Les couleurs

Le fait semble être négligeable et sans importance mais, c’est l’une des preuves des fratries. Mazembe et Don Bosco, sont du Noir blanc, V-Club, Dauphin Noir et Maniema Union sont du Noir, jaune et Vert, comme ce ménage à trois.

  1. Le service

Ces Clubs servent leurs parrains d’appuis sur deux points

Primo, en situation compliquée au cours d’un championnat. Le cas le plus récent, il ne fallait pas que les Moscovites terminent la manche aller en dehors du podium, Maniema Union, s’immola… Pourtant sur une belle lancée de récupération de sa saison timidement amorcée au regard de la précédente.

Secundo, ce sont des académies par défaut, chaque saison, il y’a des talents, sensé tenir le niveau de ces équipes qui sont appelés à renforcer les effectifs des autres.

  1. La soumission : c’est de la colo du grand que les règles de la famille sont fixées, et pour les joueurs.

Ces clubs traités de satellites, n’ont aucune honte à leurs situations

Ces clubs qui ont quitté les familles

La JS Groupe Bazano : indépendante de la fratrie Lumpa après avoir été sous l’ombre du FC Saint Eloi Lupopo, les miniers se sont enregistrés sur la liste des bourreaux du club jaune et bleu.

L’AS Nyuki : Après avoir été délivré du lien des moscovites, les abeilles montrent à l’As V-Club que le divorce et consommé. Sans Complexe, ils ont piqué leurs aînés déjà par deux fois avec déjà la saison passée, un résultat qui a mis des impediments sur la route de l’As V-Club.

Conséquences des associations des clubs

La mise en commun des forces, dégrade un peu le niveau de la compétitivité. Il y’a toujours de ces matchs soit on connaît le résultat avant même de commencer, en comparaison de niveau mais après analyse des circonstances.

Il n’y a pas des Constances, le mouvement est sinusoïdal dans la forme des équipes, il devient alors impossible d’envisager les progrès, car tout va crecendo.

Les équipes se meurent, demandez aujourd’hui la situation de Dauphin Noir de Goma, Bazano qui a frôlé la relégation la saison dernière en a compris quelque chose.

Savez-vous ce qui de la Liga ou de la Premier League anglaise, les deux meilleurs championnats au Monde ? Le spectacle et les surprises sont garantis à chaque affiche… Il n’y a plus des petites formations, un promu peut battre le Champion en titre, tel l’oblige la compétition.

Glovic Mpoyo/Footrdc.com

vous pourriez aussi aimer