Linafoot D1 : Sanga Balende, un ange privé de lumière

Les journées passent, la situation des anges s’empire journellement tel un métal attaqué par une corrosion acide. Impossible de s’imaginer que les anges étaient saints. La position du club de Mbuji-Mayi n’inspire aucune profonde majesté. Candidat très sérieux aux discussions Africaines en championnat, Sanga ne sait plus rivaliser d’ardeur. Les saints ont perdu toute la sainteté.

Le parcours vau-l’eau des anges en Ligue Nationale de Football révèle une inquiétude prononcée. Le discours de relever l’équipe n’est plus qu’une simple illusion caressée ardemment. Même avec les yeux de taupe, l’on s’aperçoit que les belles promesses n’inspirent que de sombres tristesses. Les anges et saints transpirent une commisération prononcée et sans précédent cette saison en première division.

Dans la famille des anges, la sainteté disparaît comme de légers flocons de neige qu’un vent doux disperse. Sur leur parcours, les anges ont reçu d’une main ferme la douche d’un accueil glacé. La forme actuelle de Sanga Balende est un sujet perpétuel d’étonnement. La crise chronique des résultats chez les Anges est proverbiale. Les Sang et Or n’ont plus gardé que du sang, l’or ne brille plus comme par le passé.

Sans âme, Sanga Balende n’est plus tranchant comme une lame. Le club de Donda Mopao a perdu tous ses repères. L’évangile a du mal à être acceptée, la sainteté de Sanga Balende est la cible de toute hérésie, la Majesté n’est plus l’objet d’admiration, l’or a perdu de son éclat et de sa valeur, le sang coule à grosse goutte, l’ange ne rayonne plus de lumières. Avec 14 points et une 13 ème place au classement du championnat national de football, les Anges ne baignent plus dans la béatitude.

Le sanctuaire de Kashala Bonzola est devenu un lieu de profanation. Ceux qui s’y rendent défient avec mépris les ardeurs des anges déchus. Sanga Balende n’arrive plus à tenir son rang. Le bateau a chaviré et n’a pas tenu compte de la noblesse de ce club aux ambitions africaines. L’avenir du club de Mbuji-Mayi est ombrageux. Bouleverser la donne en championnat devient une simple rêverie heureuse dans l’enivrement des pensées joyeuses que se fait le comité.

Footrdc.com

vous pourriez aussi aimer