Mputu-Kabangu, une connexion des vieux briscards qui a dévalisé Zamalek

Le bon vin se bonifie avec les années. Le dicton est connu de tous. La vielle sagesse s’est encore vérifiée ce samedi 30 novembre au Stade TP Mazembe lors du choc face à Zamalek. Si les Corbeaux l’ont emporté sur un score sans appel, deux joueurs vont faire parler deux pour une raison commune : leur âge. Triple passeur décisif, Patou Kabangu a été l’un des hommes providentiels pour offrir au TPM sa victoire. L’autre briscard c’est bien évidement le trésor national Trésor Mputu. Buteur, le génialissime milieu offensif a encore fait étendu de toute sa classe face à des Égyptiens qui n’ont rien vu que du feu.

Quand deux vieux briscards sortent Mazembe du pétrin

56e minute. Le TP Mazembe est tenu en échec par une solide équipe de Zamalek. Pour son retour à Kamal City, le TP se casse les dents devant son public. Pamphile Mihayo choisi alors de sortir le jeune Chico Ushindi pour un visage bien connu du public Lushois : Patou Kabangu. Très vite, le joueur né en 1985 va se mettre en évidence. D’abord, 2 minutes après son entrée il rate d’ouvrir le score sur un centre de Muleka. Parti remise seulement car 5 minutes plus tard, les rôles sont inversés. Patou Kabangu malmène son vis-à-vis avant de déposer un amour de centre sur le crâne de Jackson Muleka. Le jeune Goleador ne se fait pas prier pour catapulter le cuire au fond de filet, 1-0.

Quelques instants après, trouvé en profondeur après un bon placement, Patou Kabangu va délivrer un véritable caviar à son compère Trésor Mputu (33 ans également), le talent parle, feinte de corps, orientation, 2-0. Le Stade TP Mazembe chavire. Décidément en jambe, Patou Kabangu revient à la formule gagnant à 8 minutes de la fin. Sur un énième centre, le numéro 27 trouve le petit crâne de Muleka. La suite c’est le feu, Zamalek est K-O debout.




Au finish, les anciens briscards ont bel et bien joué leur rôle lors de ce grand match de la saison. Leur service seront peut-être remis à l’œuvre bientôt, Patou Kabangu ne dira pas le contraire.

Elisha Iragi/Footrdc.com

vous pourriez aussi aimer