Lupopo : la chronique d’un club aux pratiques singulières

Date:

La fin de la saison nationale intervient sous peu, mais elle ne sera la fin de tout. À Lubumbashi, la bataille est déjà bien lancée pour chapeauter le FC Saint Éloi Lupopo. Celle-ci s’annonce longue et âpre. Elle lle commence en cours de saison et en sera sans nul doute, le prolongement. Entre Pascal Beverragi, président en fonction, et Jacques Kyabula, qui arrive avec pompes pour briguer la présidence ; le bras-de-fer est liminal. Et le club Jaune et Bleu excelle dans ce genre de situations, voilà qui en fait une écurie différente des autres, aux pratiques singulières. C’est devenu une routine, plus un seul président ne complète les années de son mandat à la tête de Lupopo. Ils finissent déboutés, voire humiliés par ceux-là même qui ont été les convaincre à venir diriger l’équipe. La donne est loin de changer.

Pascal Beverragi poussé vers la sortie. Un de plus !

Deux ans après sa prise des fonctions , en tant que président du FC Saint Éloi Lupopo après un forcing exercé avec eau et sang pour évincer Faustin Bokonda, voilà aujourd’hui Pascal Beverragi sur la sellette, lui aussi poussé vers la sortie, par les mêmes qui l’ont applaudi hier, ces hommes de confiance qui l’appelaient « Le Boss ». Tel un cycle sibyllin qui ronge un club à la recherche de sa robe d’antan depuis plus d’une décennie, et visiblement condamné à ne pas la retrouver, faute à ceux qui prétendent l’aimer, qui en réalité, en profitent juste pour des intérêts égoïstes. «Lupopo vache laitière », c’est le concept qui pullule dans la presse lushoise, auprès des journalistes avisés qui suivent depuis des lustres la marche serpentine, sinueuse du club de la SNCC.

Et voilà « Wa Ndani » vouloir embarquer dans le train !

Les uns et les autres ont dirigé, il ne pouvait s’en empêcher lui aussi. L’heure a sonné pour le gouverneur de la province du Haut-Katanga de se mêler à ce jeu de ping-pong pour arracher la présidence de Lupopo d’entre les mains de Pascal Beverragi. Jacques Kyabula a publiquement affiché ses ambitions de diriger le club sachant évidemment qu’il y a un président en fonction, dont le mandat court jusqu’à l’année prochaine. Un embrouillamini flagrant. Le temps passe et très vite. « Wa Ndani » ne veut pas rater le train. Car aujourd’hui, diriger Lupopo va au-delà du simple fait de conduire un club de foot à des résultats sportifs. Lupopo est une équipe avec une bonne base des fanatiques, que beaucoup utilisent par la suite à des fins politiques. Un électorat. La casquette actuelle de Jacques Kyabula face au temps qui reste pour l’organisation les élections en RDC, dit long sur ses vraies motivations, cela ne surprend personne, sauf celles et ceux qui voudront se faire surprendre.

Le code du passage en force déjà activé

Sur le plan réglementaire, Jacques Kyabula ne saura diriger ni engager le FC Lupopo tant que Pascal Beverragi n’aura pas rendu le tablier, chose qu’il n’est d’ailleurs pas prêt à faire. “Personne ne prendra ma place en dehors des textes régissant l’organisation du FC Saint Eloi Lupopo. J’ai beaucoup trop investi dans ce club, en temps et en argent pour spolier mon mandat sans réagir”, a averti Pascal Beverragi dans une interview avec la télévision Malaika citée par Footrdc.com .

Mais tout ne dépend plus forcément du franco-italien, car la machine à fabriquer les présidents de Lupopo tourne déjà en plein régime et rien ne semble assez fort pour l’arrêter, irrésistible qu’elle est. Cette machine c’est justement, un groupe restreint de personnes souvent dans tous les coups quand la matière c’est faire partir (de force) un président et investir un autre.

Les mêmes individus, les mêmes visages saillants dans les coups bas, agissant depuis des années, dans l’ombre comme dans la lumière. Ils ne reculent devant rien. Des têtes bien identifiées et bien connues dans le paysage sportif katangais. Notre lexique manque malheureusement des lettres pour constituer leurs noms. Ils ont déjà instigué les joueurs à signer une pétition pour le départ de l’actuel président , afin de faire de la place à l’arrivant (Jacques Kyabula). Chose déjà faite. Les jours de Pascal Beverragi à la tête de Lupopo sont désormais comptés. Pendant ce temps, Wa Ndani se frotte les mains, il se voit déjà dans la peau du Premier d’entre les Cheminots, une question d’heures. Mais quel avenir pour le club d’Outre-tunnel ? Le temps nous le dira…

Isaac B’ampendee /Footrdc.com

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related

Linafoot : « Lupopo n’a jamais eu d’adversaire facile », Mohamed Magassouba

La phase retour des Play-offs en Ligue Nationale de...

Linafoot : in extremis, Lupopo s’offre Lubumbashi Sport

Ils auront été patients pour venir à bout des...

Linafoot : Georges Mpole et Lupopo enchaînent face à Dauphin Noir

La locomotive Lupopo est de nouveau sur les rails....