Edito : l’AS VClub ou l’art de ne pas gagner à l’extérieur

Finaliste malheureux de la Coupe de la CAF début décembre dernier, VClub est aujourd’hui au bord d’une élimination en phase des groupes de la Champions League. Si sa qualification reste encore mathématiquement très possible, mais c’est bien entre la vie et la mort que le club de Kinshasa se retrouve. Dans une telle situation, extrêmement revêche que perfide, l’AS VClub doit maximiser les derniers espoirs qui lui restent.

VClub sur les montagnes russes

À l’heure qu’il est, l’équipe de Florent Ibenge doit sa présence dans les montagnes russes, à l’irrégularité ou alors au manque de régularité. Bien que diamétralement opposés par leur sens lexical, ces deux concepts sont ceux qui définissent mieux l’image de VClub sur la sphère africaine. Les résultats sont irréguliers.

Comme le nez au milieu du visage, la forme de l’AS VClub est mal vue de tous et critiquée de tous. Parfois avec sévérité mais très souvent avec raison. Cette équipe a beaucoup perdu, mais encore faudrait-il se demander si elle avait quelque chose… Oui à l’unanimité. VClub n’était pas une équipe qui s’autorisait à perdre après avoir tout donné. Pourtant c’est tout le cas aujourd’hui. À domicile, le club se fait peur et perd des points importants, sur des erreurs quelques fois individuelles. En outre, les Dauphins Noirs ont perdu ce qu’ils ont rarement eu ; la force collective. Tel un groupe heliofuge, angoissé par la taille des défis africains et l’enjeu de grands soirs, les coéquipiers de Yannick Bangala ont appris à effacer tout le bien qu’on pense d’eux.

VClub ou l’art de ne pas gagner à l’extérieur !

Comme un rêve non désiré qui revient inlassablement dans le sommeil d’un gamin déprimé, VClub vit moins bien ses matchs africains loin du stade des martyrs. Mais cela n’a pas commencé à Béchir contre la JS Saoura. C’est un comte qui dure depuis de mois, au point qu’il a été normalisé par les observateurs et tout à coup vitupéré par ceux qui croient en son caractère mystérieux. Ne pas gagner des matchs à l’extérieur c’est devenu un art pour les Dauphins Noirs. Même quand l’adversaire est beaucoup moins escarpé, l’art demeure l’art, c’est dans le sang, VClub ne gagne pas.

Comment comprendre un tel contraste ? Les analystes avisés se gardent eux-mêmes d’une explication qui serait tout autant fantasque qu’exentrique. À cause de cette situation composite, l’AS VClub est passée du sublime au ridicule, de l’une de meilleures équipes à la plus indécente du groupe D. Celle avec moins de points (4/12), la seule qui sait mieux se faire peur. Bien portant en championnat, VClub souffre sur le continent. La récente défaite des Bana Mbongo en Algérie, bouleverse tout, et les places face à la délicate obligation de créer l’exploit sans lequel, le chemin qui mène aux quarts de finale leur sera hermétiquement barricadés. Il faudra donc battre les Égyptiens de Al Ahly avant d’aller à la conquête de Simba SC en Tanzanie. Deux balustrades bien plus géantes que les précédentes.

À eux de jouer leur va-tout !

Isaac B’ampendee/Footrdc.com

Vous pourriez aussi aimer