Mercato : comment le Besiktas a arraché Jackson Muleka à Burnley

Arrivé à Besiktas depuis une semaine, Jackson Muleka a signé un contrat longue durée avec les Aigles. Pourtant, il était promis à l’Angleterre. Coulisses d’un transfert qui laisse un goût amer à Burnley.

Jusqu’à mardi dernier, tout portait à croire que Muleka signerait pour Burnley. Descendu en Championship, le club désormais dirigé par Vincent Kompany, visait l’attaquant congolais et son compatriote Samuel Bastien pour jouer l’ascenseur. Les négociations allaient bon train, un accord de principe liait les deux parties, mais le deal est finalement tombé à l’eau. Entre offre onéreuse de Besiktas, réflexion de dernière minute du camp Muleka et ressentiment anglais, le transfert a finalement vécu un dénouement palpitant.

Le jeu de poker menteur anglais

Muleka et Burnley, c’était fait ou presque. D’après la Dernière Heure, fin juin le Standard de Liège avait trouvé un accord avec le club anglais. Un transfert à hauteur de 4 millions d’euros, avec 25% du montant à la revente de Muleka. L’homme de 22 ans devait signer un contrat de 4 ans après une visite médicale en deux temps, d’abord en Belgique et ensuite en Angleterre après l’obtention de son visa.

En Belgique, Muleka a effectué la première visite médicale à Liège où il était rentré après son prêt réussi à Kasimpasa (12 buts en 14 matchs). Attendu en Angleterre pour la seconde visite médicale, le joueur ne s’est jamais rendu sur place. The Athletic, très sérieux médias anglais, révélait que « sans savoir pourquoi, sa visite médicale anglaise avait été annulée et son transfert tombait à l’eau. » Vincent Kompany voulait « vraiment le joueur », mais de Bastien et Muleka, il n’a finalement obtenu que le premier.

La roulette turque

Dans le royaume, on accuse le camp Muleka, dont son représentant Jean-Willy Ngoma, d’avoir privilégié l’offre financière turque de dernière minute. Selon une indiscrétion, les émoluments du joueur pourraient atteindre 1 million d’euros par an, une somme que Burnely n’était pas prêt d’offrir. Besikats a notamment offert 1 million d’euros de plus que l’offre anglaise pour le transfert (3M), tout en mettant la main à la poche pour le salaire.

L’autre argument de poids en faveur du club d’Istanbul reste l’aspect sportif. 6e de la dernière saison en Super Lig, Besiktas veut retrouver le haut du classement, jouer le titre et chercher un retour en Ligue des Champions, compétition jamais disputée par Muleka. En Angleterre, JM n’aurait disputé « que » la Skybet Championship, deuxième division, et la perspective de jouer la montée. La première option l’a emporté, en moins de 48 heures, sur celle qui traînait depuis quelques semaines.

Iragi Elisha

Vous pourriez aussi aimer