AS VClub : La Presse congolaise divisée après l’élection de Bestine Kazadi !

Incroyable controverse suscitée par l’élection de Bestine Kazadi à la tête de la Coordination de l’AS Vclub dans la Presse sportive congolaise…et pas que. Mercredi dernier, la quinquagénaire gagnait les élections organisées dans la capitale en face de quatre candidats de taille dont Pelé Mongo et Eugène Diomi. Bestine Kazadi raflait 38 voix sur 72 face au 32 de l’ancien président de Bana Mbongo. Depuis, la polémique sur cette élection, pourtant louée pour tous, la CAF, la presse africaine, les personnalités sportives et politiques y compris, ne cesse d’enfler.

C’est d’abord l’un des candidats « malheureux », Pelé Mongo qui lançait le pavé dans la marre. Interrogé à l’issue des élections sur Top Congo FM, celui qui est confiné en Belgique lâchait des graves accusations. « Je croyais que le processus électoral allait être correct. Les candidats ont été fabriqués pour pérenniser un vaste complot de mafia. L’argent à circuler et des mots d’ordre. Je reste Vclubien mais je ne participerai plus aux élections de VClub. Nous ne sommes pas sortis du cycle infernal qui caractérise VClub. » Des déclarations qui ont enflammé tout de suite la toile. Les journalistes sont, de leur côté, largement divisés sur la question.

Camp 1 : ceux qui croient en la continuité

D’un côté, ceux qui croient que Bestine Kazadi a été élue dans les normes du jeu. Innocent Patient Mutosh, Média Office de la Linafoot s’exprimait dans ce sens lors d’une intervention dans Michezo na Miziki « Je suivis de près les élections de Vclub. Pelé Mongo a été le dernier candidat à déposer son dossier, le 28. C’est grâce à lui que les autres candidats ont pris part car aux élections. Au départ c’est uniquement Eugène Diomi qui était candidat » révélait-t-il.

« Je crois que c’est à partir de sa campagne que Bestine Kazadi a réussie. On ne peut pas convaincre les fans de Vita par des projets de Stade et d’avion (allusion à Pelé Mongo NDLR). Bestine a parlé de la condition sociale des joueurs et la stabilité d’assurance de vie. C’est elle qui a lancé le projet Vclub Société avec d’autres maîtres. Elle n’était qu’avocate conseils et n’avait pas le poids, aujourd’hui elle prend les manettes et là elle va assoir son projet. »

Patrick Kaisa, avocat, analyste sportif et ancien journaliste sportif de Digital Congo, estime pour sa part que les réponses sur ces élections restent ambiguës. « Je dois dire que Vita n’était pas préparer à ces élections. Plusieurs personnes qui enviaient ce poste ne pouvaient participer à cause de la pandémie. Tout le monde était surpris. On remarque qu’il y a deux camps après ces élections. Camp Kazadi-Amisi et le camp des anciens présidents. Tous les membres qui ont été élus gravitent déjà autour d’Amisi. Ce qui est bien ce que ça va mener dans la continuité du projet. » déclarait-t-il.

Cet ancien chevalier du micro croit que Bestine Kazadi reste un choix judicieux pour Vita Club. « Dans un pays normal Maître Bestine c’est le meilleur choix pour Vita. Elle est de la famille et son père a contribué pour beaucoup dans l’émergence du club. Elle est avocate, écrivaine et elle a ce plus d’être dans les hautes sphères du pouvoir (allusion à sa fonction de Conseillère du Président Félix Tshisekedi NDLR) pour avoir une large palette de direction de Vita. » avant d’achever par une phrase qui en dit beaucoup sur le climat actuel « Les mécontents sont quand même nombreux. » Et ce n’est pas faux.

Camp 2 : ceux qui voient anguille sous roche

Le deuxième camp des journalistes ne croient pas en la bonne théorie de continuité. Entre suspicion sur les vraies motivations des électeurs et des possibles fraudes lors des élections, certains journalistes n’ont pas manqué de brandir leurs doutes.

Journaliste expérimenté, Patrick Kasonde de Mwangaza FM n’y va pas par quatre chemins. « Je ne crois pas que l’élection de Bestine Kazadi soit basée sur son projet. C’est sentimental d’abord. Les cinq minutes de paroles ne suffisent pas pour convaincre les électeurs, c’est pour embellir a-t-il commenté. C’est dans l’ombre que ça s’est passé. Je suis d’accord que c’est la continuité parce que Bestine Kazadi était dans le dos de Amisi.  Cette continuité a pesée et surtout le Centre Kimbondo. Amisi a apporté son soutien et cela a démontré que Bestine reste dans la continuité. » Un argument que le votant pour la RDC au Ballon d’Or accompagne du fait que le Président sortant, Amisi Tango Fort, a montré qu’il restait quelque part dans l’ombre avec son don de 10.000 $ d’après des sources.

D’autres critiques sont celles de Jean de Dieu Mukendi, journaliste sportif à la RTNC. « A six heures du matin j’avais déjà la mouture de l’équipe qui serait élue. Il y a eu manigance lors de ces élections. Bestine Kazadi était déjà avec Tango Fort. C’est comme déshabiller Saint-Paul et habillé Saint-Pierre. » affirme-t-il lors d’un entretien avec Alain Basila sur Dynamique FM ce samedi. « Le Centre de Kimbondo appartient à Amisi et le feu Tshishishi. Parler du changement s’est trop osé. On doit attendre pour voir si changement il y aura. Je crois que l’important n’est pas le changement de comité mais plutôt le système. Si on a estimé que le système Amisi était obsolète et méritait une mise à jour,élire Bestine risque de ne rien améliorer dans le sens de voir vita évoluer car, Bestine n’est rien d’autre que la continuité du système Amisi. Mais si c’est la tête de Gabriel Amisi qui était visée et non le système, alors Bestine pourrait alors être la personne idoine. Cependant, Bestine devra faire vraiment la différence entre comité de coordination et section football. ».

La non-présence de Bestine Kazadi à ces élections a servi de fer de lance à ses détracteurs. Plusieurs sources affirment qu’elle n’aurait pas été au courant de sa candidature, et qu’elle avait même été surpris d’être élue ! Visiblement, entre critiques des candidats « malheureux » et avis partagés de la Presse sportive, le mandat de Bestine Kazadi à la tête de l’AS Vclub démarre sur des chapeaux de roue !

Iragi Elisha/Footrdc.com

vous pourriez aussi aimer