CDM Russie 2018 : RDC-TUNISIE, L’austérité d’un supporteur des Léopards

Date:

« On gagne ensemble, on perd ensemble », est une sentence vraie tout comme « Un match de foot a toujours trois résultats ». Bien que vraies, ces phrases trouvent difficilement leur place chez un supporteur Congolais qui ne jure que par l’accomplissement de son souhait, si cela n’arrive, il est prêt à lâcher.

Tunisie-RDC (2-1), Voilà comment une pleine confiance a basculé dans un total désespoir. Pourtant Aimer se vérifie également dans les temps durs, Si on lâche, alors on n’avait jamais aimé.

Depuis vendredi soir, le parcours de l’équipe nationale Congolaise est rentré dans une phase décisive. Tout comme la campagne présidentielle.

Tunisie-RDC (2-1), Une défaite qui pousse à douter, offusque et se révèle obstructionniste sur le chemin menant vers la finalité. Dans tous les cas, on s’en remet à l’austérité, on acquiesce ses inconvénients.

Comment désendetter un pays ?

La politique d’austérité propose de réduire les investissements, de licencier des ouvriers, de dépenser moins d’argent, par conséquent d’économiser, et ainsi, de rembourser sa dette. « Austérité ». Un mot qui s’est imposé comme un incontournable du jargon politique. Cette idée de faire des sacrifices maintenant, d’en subir les contrecoups durant un moment qui s’annonce difficile, puis d’espérer pouvoir en tirer les bénéfices dans des temps susceptibles d’être lointains.

Croire aux bienfaits de l’austérité, c’est faire une sorte de pari. Le pari que tout bonheur est précédé d’une souffrance, ou que rien ne s’obtient sans privation.

En définitive, l’austérité se traduit par un présent sacrifié, pour un possible futur meilleur. Et ce futur, il s’évalue par un résultat. L’implacable bilan supplante toute autre considération. Aucun patron ne se félicitera d’avoir fait de son mieux, mais d’être toujours endetté. Et pour le Congolais qui aime sa sélection, c’est la même chose. Il est austère. Le résultat est trop important pour lui.

Parfois Aimer est excessivement cruel

Supporter la RDC est-il plus facile que de supporter un petit pays condamné à ne jamais gagner ? Les meilleurs joueurs, un grand sélectionneur, des immenses ambitions…

Certes, tout cela est mirifique. Mais de ces avantages découle une attente indiscutable : gagner encore et toujours. On en revient au résultat. La RDC n’est pas un pays qui s’autorise à se contenter d’avoir perdu en faisant le maximum. Même quand l’adversaire est meilleur, elle doit gagner.

À partir de ce soir, les supporters Congolais rentrent dans une période d’austérité. Ils vont pâtir du stress, de l’angoisse. Subir maintenant, se réjouir plus tard. Mais à tout moment, ils auront envie d’un dénouement heureux. Sans ça, ils ne seraient pas supporteurs.

L’espoir, l’optimisme, c’est également de ça dont il est question. Une seconde signification d’« austérité » mentionne le fait de suivre des règles rigides. La règle que se donnent les passionnés de la Team +243 est précisément d’être plein d’espoir. L’espoir nous détourne du présent. Comme le présent est austère, tant mieux. Quand son équipe gagne 1-0 à la 90e, l’immédiat est insupportable. Alors, dans son esprit, on se projette à la fin du match. Là, tout va déjà mieux.

On économise les émotions

Personne n’apprécie l’austérité sur le moment. Elle fait trop souffrir. Mais si on changeait de politique ? Si on optait pour la relance ? Investir massivement son capital (ses émotions) immédiatement, ne pas être sans cesse obnubilé par l’issue finale, voir des postes se créer (des occasions de but), valoriser le plan économique (le plan de jeu), et à l’échéance du mandat (à la fin du match), faire les comptes. Car ce qu’on apprécie aussi dans le football, c’est le jeu. Si tel n’était pas le cas, on ne regarderait pas les matches. Dans le contexte actuel, ceci paraît bien différent pour ce supporter de la Nationale congolaise, qui considère le résultat plus que tout. Voilà son austérité.

On conserve les derniers espoirs

Ne pas suivre les pas des autres n’empêchent de connaître ce qu’ils ont fait. Peu de grandes nations ont vécu cette troisième journée des éliminatoires d’une manière simpliste, la RDC également.

Pour ce mardi, le Congolais tiendra à cet espoir qui fait vivre et considérera tout comme possible. C’est aussi la caractéristique du vrai supporteur ; faire triompher l’espoir sur le doute, croire à son rêve malgré les embûches, C’est tout ce qui nous reste à faire. L’histoire qui nous lie à la coupe du monde est vieille, trop vieille.

Le moment de la ressusciter est arrivé, 

Si nous le laissons passer, les inquiétudes et ne seront qu’adventices.

Poussons notre équipe à la victoire.

On y arrivera !

Battre la Tunisie ce mardi n’est pas proche de l’impossible. On peut le faire, on jouera à 11 contre 11 et pendant 90 minutes comme lors de la manche aller.

Ouvrons nos cœurs à l’optimisme et la confiance, fermons-le hermétiquement au pessimisme. Il est bien évident que l’émotion et le stress ne manqueront pas au rendez-vous, ce qui importe c’est notre finalité (victoire).

Peuple Congolais, faites votre choix. Abandonner son équipe à cause d’un faux pas est synonyme de l’avoir jamais aimé.

Footrdc.com


En savoir plus sur Foot RDC

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

2 Commentaires

Les commentaires sont fermés.

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related

Échos +243 : fin de saison cruelle pour Lorient et Gédéon Kalulu en Ligue 1

Le Football Club Lorient jouera en Ligue 2 la...

Léopards : la liste de 25 contre le Sénégal et le Togo avec Wissa et Fayulu, sans Silas

La liste de 25 Léopards pour affronter les Lions...

Échos + 243 : Pelly Panzu et Luton officiellement relégués en Championship

Battus (2-4) à domicile pour son dernier match de...

Coupe de la CAF : vainqueur sur le fil de la Renaissance de Berkane, le Zamalek s’offre le titre

Les Égyptiens de Zamalek ont été sacrés champions suite...