Interview exclusive : « Le foot congolais est mort, il devient urgent de réfléchir sur le format du championnat » (Lambert Osango)

Date:

Le foot congolais est mort et délaissé au fond d’une grotte lourde à remonter sur la surface. Les championnats nationaux brusquement arrêtés, cela pour des conséquences cruelles ; l’impuissance des clubs congolais en Coupes Africaines Interclubs. L’équipe nationale locale n’en a pas été épargnée, participation totalement ratée à la dernière édition du CHAN, en Algérie. Le tableau est sombre, il faut agir, et maintenant. Pour comprendre les raisons de la dernière sentence consacrant la fin précoce de la Linafoot (D1 et D2), notre rédaction est allée rencontrer celui qui porte la voix des clubs, l’homme de toutes les réunions, de toutes les négociations entre représentants des clubs FECOFA et LINAFOOT. Lambert Osango. Il est président de l’Association des Dirigeants des Clubs du Football Congolais (ADFCO), c’est sous cette casquette qu’il a répondu à nos questions, et non celle du président de l’Académie Club Rangers.

Quel bilan tracer de la 28ème édition de la Ligue Nationale de Football, qui était gavée de belles promesses à son démarrage ? Je crois que ça n’a pas été. C’est un avis personnel” avoue Lambert Osango à notre micro, ses mots sont bien mesurés “c’est un bilan à peu près négatif, mais je ne peux pas mettre ça sur le dos d’un individu ou d’une structure. Je crois que les responsabilités sont partagées” tempère-t-il.

De là, nous plongeons dans le vif de cet entretien croisé. Pas de sujets tabou, des questions sont posées sans gant à un dirigeant suffisamment éclairé pour nous donner des réponses factuelles, tant il a la maîtrise du fil des événements, de l’alpha à l’oméga. Ce qu’il faut comprendre de la décision « tardive » d’arrêter le championnat (en mai) alors que tout était au point mort depuis le mois de décembre 2022. “Il y a eu beaucoup de contraintes avant qu’on en arrive là (à l’arrêt définitif du championnat, ndlr), même si d’une manière formelle, nous n’avons pas encore une décision de l’organisateur (LINAFOOT, ndlr) ou de la FECOFA concernant cet arrêt du championnat. Les contraintes dont je parle ici étaient d’ordre financier et logistique, les difficultés port les clubs de se déplacer, car vous savez bien que nous avons un problème d’avions au Congo. Nous avons plusieurs fois échangé avec la FECOFA, la LINAFOOT et même le ministère des sports pour trouver une issue favorable à la reprise du championnat, mais ça n’a pas été.”

Linafoot, équation à X introuvable !

5 mois à réfléchir sur des solutions pour sauver le championnat, mais chou blanc au final. La Linafoot est-elle devenue une équation à X introuvable ? Le président de L’ADFCO nous élucide les causes du blocage. “Tout a commencé avec le ministre précédent (Serge Nkonde, ndlr). C’était la même chose l’année passée. Nous avons constaté l’absence de financement (promis par gouvernement) pour accompagner les clubs dans leurs déplacements. À un moment donné, nous avons eu la promesse ferme de la FECOFA de pouvoir intervenir en attendant la réaction de l’État congolais. Mais il n’y a pas eu du concret non plus.” Tout est dit.

L’ADFCO et la LINAFOOT se sont à nouveau réunies ce jeudi 18 mai, pour “réfléchir une fois de plus, ensemble, afin de faire un mini-rapport sur la fin du championnat. Il ne s’agissait pas ici d’établir un procès verbal, car c’est la LINAFOOT qui organise le changement, à elle de constater la fin de la compétition et faire rapport à la FECOFA”.

Le responsable non-cité ?

Une opinion très répandue à Kinshasa ces dernières heures soutient que le président de l’ADFCO serait le mystérieux personnage qui tire les ficelles afin que le championnat s’arrête. Elle sous-entend qu’il le fait au bénéfice des clubs comme Lupopo, qui pourrait, grâce à cet inouï concours de circonstance, se retrouver en Ligue des Champions Africaine (si la FECOFA vient à homologuer le classement de cette saison en l’état). Mais comme personne n’a le droit de parler à la place de l’autre, sans détour, Lambert Osango a pris la main pour répondre à cette rumeur gênante : “Ils n’ont pas la bonne information. Je ne suis pas le président décideur des clubs, je suis le porte-parole. C’est-à-dire que la décision ne vient jamais d’un club, ni d’un individu. Si vous voyez une réflexion de l’ADFCO sur la place publique sachez que ce sont les clubs qui en sont auteurs. En plus, les clubs ont attendu la reprise depuis le mois de décembre, comment alors m’accuser aujourd’hui d’être instigateur de l’arrêt du championnat ?” Illogique, en effet.

La galère des équipes et leurs joueurs

Le championnat à l’arrêt depuis décembre, ce n’est qu’au cours de ce mois de mai que les joueurs ont été libérés par les équipes pour les vacances. 5 mois d’inactivité synonyme d’errance, de galère simplement invivable. “C’est une période très compliquée pour tous les clubs. Cette situation ne nous arrange pas du tout. Il n’y a aucun club au monde, grand soit-il, qui peut être content de ne pas jouer depuis plusieurs mois mais de continuer à prendre en charge les joueurs et le staff technique. Les clubs ont été très patients et disponibles pour reprendre le championnat, mais hélas !” regrette le président de l’AC Rangers.

Un retour au format zonal pour sauver le championnat ?

Ce scénario répétitif d’un championnat qui démarre sans assurance de connaître de fin normale, devient évidement harassant pour tout le monde. Il semble que les organisateurs ne tirent pas aucune leçon des échecs antérieurs. “Au début de cette saison, nous sommes allés voir les gens de la LINAFOOT et de la FECOFA” se souvient Lambert Osango, “au motif de penser aux stratégies pour que la nouvelle édition ne connaisse pas d’arrêt, au regard de toutes les difficultés que nous avons connues dans le passé”, nous confie-t-il. “Ils étaient partants dans cette réflexion, mais ils ont changé d’avis après. On devait ensemble voir comment trouver des solutions à ce qui n’allait pas pour qu’on ait un bon championnat en RDC. Le foot congolais est mort, il ne suffit pas de prendre des décisions qui n’aboutissent à rien. Le concret c’est voir les athlètes jouer.”

Au milieu de cette tempête qui secoue le championnat d’élite en RDC, une question revient sur la table, faudrait-il revenir à la formule d’un championnat en zones, assorti d’une phase des play-offs pour connaître le champion et les Africains ? Nous avons des idées à proposer mais c’est à la FECOFA de décider. La commission FIFA-CAF nous avait promis l’arrivée des experts pour nous accompagner dans la réflexion sur le bon format de notre championnat. Au regard de tout ce que vous ai dit ici (manque d’avions, moyens indisponibles), je pense qu’il faut revoir le format actuel. D’ailleurs, la FIFA demande à chacune de ses associations membres d’adapter sa gestion aux réalités de son pays. Nous pensons qu’il est urgent de réfléchir sur ça. Le temps passe vite !”

Entretien réalisé par Isaac B’ampendee

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related

Linafoot : AS VClub-FC Aigles du Congo délocalisé

Initialement prévu au stade Tata Raphaël de la Kettule...

Linafoot-Coupe du Congo : une révolution historique pour mettre fin à une anomalie au palmarès

Cette saison, une nouvelle règle entre en vigueur dans...

Nos léopards célèbres passés ou jouant en Europe

A l’image de Chancel Mbemba dont le talent continue...