Retour en Afrique, objectifs, recrutement, stage au Maroc… Donat Mulongoy passe en revue l’actualité de Lupopo

Les Cheminots du FC Saint Éloi Lupopo vont sauf changement de dernière minute, quitter la ville de Kinshasa dans la soirée de ce mercredi, direction Casablanca, où le club établira son quartier général pour poursuivre avec la préparation de la saison. Mais bien avant, le secrétaire général du club jaune et bleu, Donat Mulongoy, a animé un point de presse ce jour, à Kinshasa. Occasion idyllique pour le chef de l’administration du FC Saint Éloi Lupopo de passer en revue l’actualité de l’équipe, lever des équivoques sur certains sujets à polémiques. Des objectifs des Lumpas au stage du Maroc, en passant par le recrutement et l’avancement des travaux du stade Kibasa Maliba, Donat Mulongoy a assouvi la curiosité des professionnels des médias présents à cette conférence de presse.

En voici les grandes lignes :

Retour en Afrique : « Ça faisait 7 ans qu’on n’avait plus retrouvé le chemin de l’Afrique. Mais durant ces 7 ans, Lupopo n’a jamais manifesté les signes de disparition. Nous avons tenu contre vents et marées. Nous n’allons pas revenir ici sur des conditions qui nous ont parfois barrés la route de l’Afrique, parce que ça fait partie des règles de jeu, il fallait faire avec. Cette fois c’est la bonne, nous n’avons pas lâché et nous voici en Coupe d’Afrique. C’est un plaisir pour le club et ses milliers des fanatiques ».

L’après qualification ? « Nous sommes en Afrique mais ce n’est pas suffisant. Le club a placé la barre très haut, des objectifs sont relevés. Pour y arriver, nous avons premièrement fait appel à un entraîneur de qualité. Mohamed Mohamed qui n’est plus à présenter, car il est parmi l’élite des entraîneurs sur le continent africain. Nous l’avons tiré de grandes offres, y compris celle de la FECOFA. Donc nous avons recruté un entraîneur à la taille de nos ambitions ».

Des joueurs écartés par le coach : « Nous avons fini la saison avec une pléthore des joueurs, d’autres n’étaient même pas utilisés pour diverses raisons ; concurrence, faible rendement, pas à la hauteur… Là même il y a quatre joueurs qui viennent d’être écartés (Franck Ndomba, Franck Ikiki, Joe Sapu). Ils étaient déjà prêts pour le voyage, visa et billet en mains, mais le coach a décidé de les mettre à l’écart. Il y a 5 autres à qui le coach a accordé une semaine à Casablanca, pour convaincre. »

Le recrutement : « Le club a pioché quelques éléments importants et nous continuons à dénicher d’autres. Parmi nos recrues ; nous citons Ikoyo Iyembe, défenseur central venu de DCMP, Morou Youssouf, gardien togolais (convoqué par son équipe nationale), Tchatakoura Abdul, attaquant togolais, le jeune attaquant kenyan Lokale Sydney. Il y a également l’international congolais (de Brazzaville ndlr), Osete, qui est capitaine des Diables Rouges A’, et convoqué chez les A. On a également pris Mongo, un attaquant congolais passé par l’Angola puis la Libye. Nous courons après deux joueurs étrangers et un joueur congolais. Nous n’annonçons que lorsque c’est officiel ».

Recrutement qualitatif, à la demande du coach ou simple prestige ? « Nous avons recruté en fonction de besoins. Avant de partir, l’entraîneur Christian Bracconi avait dressé une liste des joueurs susceptibles de quitter le club, et avait indiqué au comité sportif des postes à renforcer. Qui recrute ? Le club recrute, le coach aussi. On ne peut pas attendre que seul l’entraîneur fasse le recrutement. Nous sommes tous dans la marmite, pour être capables de répondre de résultats qu’obtiendra le club en fin de saison. »

La préparation : « Nous avons repris nos activités depuis le 02 Août, au terrain Joli Site, à Lubumbashi. Nous avions déjà le programme de ce stage bloqué. Il était initialement prévu en Tanzanie, puis en Afrique du Sud et finalement au Maroc. Et nous sommes heureux de vous annoncer que c’est seulement ce matin que le Royaume Chérifien nous a accordés les visas ».

Pourquoi le choix du Maroc ? « Le Maroc est pour nous l’endroit idéal. C’est un pays qui réunit les conditions optimales pour la préparation des athlètes dans toutes les disciplines. Les infrastructures ne sont pas à chercher. Simple illustration, le site où nous allons ériger notre quartier général a deux pelouses artificielles et deux pelouses naturelles. Nous avons l’avantage de nous préparer déjà sur les deux terrains puisque nous recevrons Esperança de Sagrada sur un terrain artificiel tandis que nous jouerons chez eux sur du gazon naturel. Donc, le Maroc c’est l’idéal, quoique ça nous coûte énormément de l’argent. Le président Jacques Kyabula Katwe a décidé qu’on y aille. »

Des équipes marocaines à affronter en amical : « Quand nous avons saisi la fédération marocaine pour nous trouver des clubs contre lesquels on va livrer des matchs amicaux, sa réponse était claire. Elle nous a dit « arrivez sur place, tous les clubs sont disponibles ». Les choses sont bien organisées chez eux, tout passe par la fédération ».

Des contacts avec Philippe Kinzumbi du TP Mazembe ? « C’est un joueur de foot. Il ne lui est pas interdit de parler avec Lupopo. Il ne faudrait pas qu’on nous mêle dans cette polémique. Si Kinzumbi et son club, le TP Mazembe ont des problèmes, qu’ils les gèrent seuls, tout en mettant Lupopo en dehors de tout ça. Nous voulons Kinzumbi mais pour le moment il est un joueur de Mazembe. D’ici là, vous saurez où il jouera ».

Objectifs du club pour la saison 2022-2023 : « Les objectifs ont premièrement été fixés par comité sportif. Nous en avons discuté avec le staff technique. Et nous nous sommes mis d’accord avec l’entraîneur qu’en Coupe de la CAF, le minimum soit la phase des groupes. Si nous nous arrêtons à cette étape, nous dirons qu’on a atteint notre objectif. Mais comme l’appétit vient en mangeant, nous pourrons toujours réactiver les batteries pour aller plus loin. En Ligue Nationale de Football, nous jouons cette saison pour le titre, rien d’autre. Déjà que la saison dernière, nous avons frôlé le titre ».

Les précautions contre des erreurs administratives. « Nous veillons à ce que tout soit en ordre. Nous faisons de notre mieux pour rester conforme à ce qui est lié à la réglementation de la CAF, par rapport au staff technique, médical et même aux joueurs ».

Lieu précis du premier match africain à domicile : « Nous tenons à recevoir nos matchs au stade Kibasa Maliba. Les travaux avancent à pas des géants, qu’il s’agisse de l’aire de jeu, des vestiaires, tribunes et autres, tout avance bien. Nous voulons y jouer nos matchs des préliminaires parce que ce n’est pas une étape très exigeante. Si jamais la CAF nous refuse de recevoir les matchs de la phase des groupes là-bas, nous écrirons à Mazembe pour solliciter son stade. Ce n’est pas une honte de demander quand vous n’en avez pas… »

Isaac B’ampendee

Vous pourriez aussi aimer