Sport-Lutte contre la violence dans les installations sportives : Footrdc.com et le monde sportif s’engagent et condamnent.

A quelques jours du démarrage de la phase des play-offs et du tour de cadrage de la C2 CAF, le groupe sportrdc.com s’engage aux côtés des sportifs (athlètes, dirigeants, techniciens…), de la Linafoot, la FECOFA, du ministère …à mener une campagne de lutte contre la violence dans les installations sportives.

Ainsi, des déclarations, citations des personnes intervivées ont été prises ou encore des phrases tirées de certains d’entre eux au cours de leurs interventions dans les médias.
Certes, il y en a qui n’ont pas été reprises in extenso mais l’idée maitresse a été respectée.
En voici quelques unes.




1. « C’est déplorable. Le foot ou mieux le sport est une école de fair-play. Nous condamnons avec la dernière énergie ce comportement.
La presse devrait interroger le ministre de l’intérieur sur la chose par ce que la sécurité, le renseignement et la police sont dans son ressort. Avez-vous peur de l’interroger sur la question ?
La presse doit nous aider à restaurer le fair-play par son travail et son implication dans la lutte contre les violences dans nos stades. »

Jean-Florent Ibenge Ikwange dans sportrdc.com

2. « Je condamne d’abord la presse qui traite avec légèreté les dossiers sur la violence au stade. C’est elle qui devrait fouiller pour nous donner les causes et citer les meneurs. La police aussi c’est son rôle.
Les clubs doivent sensibiliser les supporteurs.
Les entités doivent accentuer les sanctions et la vidéosurveillance pour lutter contre cette gangrène. »

Otis Ngoma coach de DCMP à sportrdc.com

3. « Ce problème dévient régulier. Il est temps que tout le monde se lève à l’unisson pour éradiquer ce mal avant que des sanctions sévères des instances supérieures tels le CIO, la CAF, la FIFA ne nous frappent. »

François-Claude Kabulo Mwana Kabulo, directeur des sports tv à la RTNC dans sport dimanche

4. « Je condamne les habitudes barbares n’apportant que des campagnes de calomnies, des mensonges entrainant querelles et divisions. La pratique de lancement des projectiles, des casses…n’est pas du sport. »

Hassan Habdallah, président de coordination de DCMP, footrdc.com

5. « Nous appelons les clubs à multiplier les bases et à renforcer les sections question de sensibiliser les fanatiques au fair-play. Bitumba na bagarre na ba installations etongaka te. Les calomnies, les campagnes d’intoxication sont toujours la cause de tout cela…la communication reste le 1er grand remède. »

Pasteur Amos Mbayo Kitengie président du COC,sportrdc.com

6. « Un club organisé doit savoir traiter ses problèmes en interne question que ça explose de l’extérieur et aie comme retombées la violence dans les installations sportives. »

Hugor Tshimanga agent des joueurs, sportrdc.com

7. « Ces histoires (violences) sont dues au manque de fair-play, à la méconnaissance des réalités du sport. Il y a 3 verdicts: victoire, nul et défaite. Et les fanatiques doivent intérioriser cela. On devra les préparer à les accepter bon gré mal gré. Voilà la clé de la lutte contre les violences. »

Alain Kaluyituka Dioko ancien international congolais

8. « La violence est pour nous une gangrène. La soigner passe par une sensibilisation des fanatiques, le renforcement des mesures sécuritaires et des sanctions individuelles et collectives. Nous devrons nous y mettre tous car c’est une bataille de nous tous pour le bien-être du sport dans notre pays. »

Papy Nia go INZIAMAYI, Ministre national des sports

9. « Ma modeste expérience me pousse à définir les violences comme étant les conséquences de plusieurs facteurs.
D’abord la méconnaissance du sport qui nous apprend à accepter victoire, défaite, score de parité.
Puis la compréhension de la nature humaine et donc imparfaite des arbitres qui peuvent se tromper comme tout être.
Enfin le manque de dialogue approfondi entre dirigeants et fanatiques.
La maîtrise de 3 aspects sus-cités réduiraient sensiblement les violences. »

Meschak Kasongo Mabwisha, président de la JSG Bazano

10. « Nous condamnons la violence dans les stades. Sachez que nous mettrons tout ce qui est en notre possession pour lutter cette menace du beau football. »

Constant Omari Selemani, président de la FECOFA

11. « Nous sommes contre les attitudes barbares. Nous les combattons et nous ne cesserons de le faire. Notre credo reste le fair-play. Aux organisateurs de s’associer au souci que nous avons en désignant des officiels à la hauteur. »

Donat Mulongoy Pandemoya secrétaire de Lupopo sur Télé 50

12. « Lutter contre les violences revient à mettre en application la notion de culture de civisme dans le monde sportif congolais.
C’est renforcer les sanctions contre les fauteurs de trouble qui qu’ils soient, remettre régulièrement à niveau dirigeants, joueurs et officiels sur les amendements et modifications des lois jusque même aux fanatiques.
C’est disponibiliser une police responsable dans les installations sportives à la hauteur, neutre et consciente. »

Dr Fanfan Tshilumba Bitangilay, DG de sportrdc.com sur la RTNC

13. « Les sanctions contre les anti-sportifs doivent être accentuées. Un pacte de fair-play doit être signé en début de saison par toutes les parties.
Quiconque enfreindrait celui-ci en subira les conséquences. »

Barthélémy Okito secrétaire général aux sports sur la RTNC

14. « Le fair-play doit être prôné par tous. On joue non seulement pour gagner mais aussi pour le plaisir, s’épanouir et même tisser des relations de fraternité avec ses adversaires… »

Alphonse Ngoy Kasanji président de SMS Balende sur Digital en 2014

15. « Toute équipe, même la notre (Mazembe), doit savoir tirer une leçon du verdict final au cours d’un match pour être plus fort lors des prochaines rencontres. La bagarre, le jet de pierres…ne rime pas avec le sport. »

Moise Katumbi Chapwe président du TP Mazembe à la presse lushoise en 2014

16. « C’est tuer le sport (football) quand on casse ou se livre à la barbarie au stade.
Il y a des moyens toujours plus civilisés de revendiquer quelque chose tel un recours, une plainte.
Conjuguons la compréhension pour ne plus revivre pareille chose ou pire que la violence. »

Jeef Kapondo président honoraire de la LINAFOOT sur sportrdc.com

17. « L’impartialité des organisateurs, le sérieux des officiels , le respect et la connaissance/ maitrise des textes, la compréhension mutuelle…voilà la formule de lutter contre les violences. »

Évêque Pascal Mukuna président de FC Renaissance du Congo.

18. « Si chaque acteur ( fan,joueur, officiel, dirigeant et organisateur) sait pourquoi il est au sport et maitrise l’objectif du sport…la violence sera d’office vaincue. »

Patrick Kasonde Kaswaba président AJSC/Katanga dans mitchezo na miziki sur Mwangaza FM

19. « Les fauteurs sont pour la plus part de cas connus. L’impunité voire la légèreté des sanctions attisent la violence… »

Don Jean-Luc Kapend Mwin Mangang DGA MTV dans l’une de ses chroniques

20. « Des officiels responsables et impartiaux, voilà la formule magique pour lutter contre les violences. Mais une dose de fair-play ne tuerait personne. »

Bruno BLA coach de Lupopo à sportrdc.com après Lupopo vs Mazembe

21. « Conjuguer le fair-play c’est sensibiliser les fanatiques, les athlètes et les dirigeants à accepter les verdicts finaux des matches quel que soit le souci de toujours chercher à gagner mais aussi les guider à maitriser les lois du jeu des disciplines sportives. »

Thierry Kambundi Top Congo

22. « Les officiels doivent participer à la messe du fair-play en prônant l’impartialité et mettant en application à la loupe les lois du jeu.
Chaque acteur devrait mettre la main à la pâte partant du simple fanatique à l’autorité politico-sportive. »

Jean de Dieu Mohamed Mukendi Yansadi, RTNC

Les citations susmentionnées révèlent à quel point tout le monde est soucieux à éradiquer ou lutter contre ce mal.
En mettant à profit la contribution de tout un chacun, la violence dans le monde sportif congolais pourrait connaître une régression sensible.

Les organisateurs devront mettre en application les sanctions des codes disciplinaires sans penchant.
Le ministère de l’intérieur ne doit pas oublier que les installations sportives font partie intégrante du territoire congolais. La sécurité et la police qui y vont devront bien prester pour maîtriser tout débordement et sécuriser les personnes et les biens.
Le stade doit être un lieu de fair-play et où on devra se sentir en sécurité et sécuriser.

Vive le fair-play, à bas la violence dans le sport congolais…

Laisser Un Commentaire

FootRDC Disponible sur Google Play Store Telecharger Ici

vous pourriez aussi aimer