Portrait : De rues de Kinshasa à la Ligue des Champions européenne, l’histoire singulière de Silas Katompa (ex Wamangituka)

Date:

L’Abbé Ferdinando Gailiani a dit « le destin est une loi dont la signification nous échappe, parce qu’une immense quantité des données nous fait défaut ». Si irrésistible qu’indomptable, la force du destin agit sans l’avis des hommes. Silas Katompa l’a connue, la vit, et lui doit son parcours. Comment un natif de Kinshasa arrivé en France seulement 2017, fils d’un modeste fonctionnaire de l’État congolais est devenu footballeur professionnel dans l’un de 5 plus grands championnats du monde ?

L’histoire de Silas Katompa est d’une particularité insoumise. L’international congolais, jamais repéré dans le championnat de première division de son pays, va disputer la Ligue des Champions européenne la saison prochaine. À quoi tient une telle ascension ? Encore une fois, à la force du destin.

Kinshasa, là où tout a commencé

Gamin de rues qui n’avait que son football pour rêver de jours meilleurs, Silas Katompa fait ses premiers pas au foot à Kinshasa, sa ville natale. 12 ans, il joue dans la rue, avec un truc qui le différencie des gauss de sa génération. Son talent l’emmène vite à l’Académie Black Moutain Sport de Kinshasa, qui le scrute, l’accueille et l’encadre avec enthousiasme, convaincu de tenir un diamant du futur. « C’était dur, tout le monde se battait pour réussir. Moi, j’ai eu la chance d’être repéré et d’en sortir » raconte Silas Katompa dans une interview avec Le Parisien.

À l’approche de sa majorité, le joueur est lancé à l’OC Matete, club amateur basé à l’est de la ville de Kinshasa. Puis il ira découvrir MK Étanchéité, une équipe bien connue en RDC, qui, souvent, alterne entre la première et la deuxième division. Cependant, il reste difficile de retrouver une trace de Silas au FC MK, il n’a jamais été sous les projecteurs du championnat, ses buts ou la moindre séquence de ses highlights dans ce club sont touts aussi introuvables.

Certains croiraient même à un mythe d’autant qu’en 2017, MK jouait la D1 de la Linafoot, quelques matchs étaient télédiffusés à l’époque mais personne n’a aperçu un certain Silas Katompa, pourtant programmé pour être plus tard, un joueur important de l’équipe nationale. Il est donc parti d’un joueur quelconque d’un club moyen au plus haut niveau du foot européen.

L’énigme Silas !

Le mythe, il est bien là puisque la légende raconte que, subrepticement, Silas s’est échappé de son club MK FC. Il se retrouve en France à une période une que personne ne connaît. Tout ce que l’on sait alors, c’est qu’il est apparu en terres françaises en 2017 sous le maillot d’Alès, modeste club de la 5e division. C’est là qu’il démarre son aventure sur le vieux continent, avant d’être transféré quelques mois après, au Paris FC.

Au Congo, ses anciens dirigeants grognent. Max Moke, président du FC MK, révèle au Journal l’Equipe que le joueur s’appelait en réalité Silas Katompa Mwumba et non Silas Wamagintuka tel que floqué sur son maillot en France et partout il passera en suite. Il affirme en plus, que Silas a falsifié ses extraits sa licence.

À l’usure, ces allégations s’avèrent quand un feuilleton inédit s’ouvre en 2021 à la faveur de la volonté commune du joueur et son club Stuttgart de mettre fin à une énigme nocive pour la carrière du Congolais. Les soupçons devenaient de plus en plus embêtants, le dossier perdait chaque jour son côté arcane, le mystère au bord de la rupture.

Christopher Oualembo, en son temps, sélectionneur adjoint des Léopards, en fera une déclaration étonnante, suffisante en même temps pour renforcer les doutes. « Silas est l’un des premiers joueurs que l’on a identifiés avec le coach Nsengi, quand on a commencé à travailler ensemble. Mais on nous a mis un véto au niveau administratif, et on s’est rendu compte qu’il était impossible de le sélectionner».

Le grand déballage, la délivrance

La sensibilité du dossier était un cran au-dessus des épaules de la FECOFA et des sélectionneurs. « Sportivement, bien sûr qu’on le veut, et nous suivons ses matchs en Bundesliga. Mais aujourd’hui, il y a des complications administratives qui ne sont pas de notre ressort. Le jour où nous aurons des preuves écrites validant sa qualification, le coach le sélectionnera » expliquait l’ancien coach des Léopards.

Le 10 juin 2021, le secret est révélé. Le joueur décide de tout déballer, indéfectiblement soutenu pour son club. Mais les raisons de cette entreprise de la triche sont glaçantes. Katompa n’est pas le grand méchant, au contraire, il y a été entraîné par son premier conseiller et tuteur en Europe, nommé Olivier Belesi. Ce juriste français avait reçu et hébergé Silas Katompa dans sa maison, et l’a finalement pris pour un fonds de commerce. Il s’est permis de trafiquer les documents du joueur, en vue de brouiller toute trace de ses liens avec les clubs du Congo où il a évolué, et à qui Alès et Paris FC devaient des indemnités de transfert, sous peine de poursuites judiciaires. La supercherie avait bien fonctionné mais pas pour longtemps.

Silas videra son sac, pour se libérer d’un illustre nom qui n’était pas le sien. Le joueur retrouvera son vrai nom, Silas Katompa Mvumpa, et sa vraie date de naissance, le 06 Octobre 1998. La gravité de cette histoire est sans commune mesure. Mais alors, grâce à l’implication sans détour du Vfb Stuttgart, le joueur ne prendra qu’une suspension de 3 mois et une amende de 30.000 euros, pour conduite anti-sportive. Ainsi disparaît le nom Wamangituka du maillot du joueur et de tous ses équipements.

Sélection, CAN 2023, des rêves qui valent de l’or

Libéré d’un nom étrange, délivré de la peur quotidienne de se faire avoir, Silas Katompa Mvumpa peut enfin aller à la conquête de ses rêves. Son retour en compétition après la levée de la suspension le 11 septembre 2021, se passe froidement. Il peine à décoller, ralenti par les blessures. Sa saison 2021-2022 est moins aboutie. Mais celle d’après ne sera pas flamboyante non plus, mais elle a le mérite d’augurer la renaissance d’un Silas affranchi, déterminé à prendre se venger de ce feuilleton rocambolesque.

Dès le 15 Octobre 2022, il est convoqué par son pays, la RDC, pendant qu’il vit un début de saison délicat à Stuttgart. Il ne répondra pas à cet appel de Sébastien Desabre, préférant rester dans son club pour continuer à se battre pour une place de titulaire. « C’est un joueur qui aime le Congo, qui veut jouer pour sa nation. On est en contact avec lui et il me rassure qu’il va jouer pour le Congo»

Le natif de Kinshasa honore sa première sélection le vendredi 24 mars 2023. Il est lancé à la 64e minute du match contre la Mauritanie. La fête est belle au Stade TP Mazembe de Lubumbashi, puisque les Léopards s’imposent par 3-1 en marge de la 3e journée des éliminatoires à la Coupe d’Afrique des Nations. Le début tant attendu d’une merveilleuse histoire, qui s’étendra jusqu’à la CAN 2023, organisée en Côte d’Ivoire.

Silas Katompa réalise un autre grand rêve de sa carrière, représenter son pays dans une prestigieuse compétition internationale. Au pays de Didier Drogba, l’attaquant de Stuttgart fait chaque fois des entrées solides et déterminantes, à l’image de celle contre le Maroc en phase de groupes, où il égalise sur un caviar de Cédric Bakambu. L’aventure aurait pu mieux se conclure par une Coupe que toute la nation attendait, mais les Léopards et Silas termineront au pied du podium, après avoir perdu en demi-finale contre le pays hôte et dans la petite finale face à l’Afrique du Sud.

De rues de Kinshasa au podium de la Bundesliga et la Ligue des Champions européenne

En véritable chausseur des rêves, Silas Katompa rentre dans son club après la CAN pour en conquérir d’autres, sans se lasser. Bien incorporé dans une équipe qui casse tout sur son passage cette saison, le Léopard vit la belle vie à la Mercedes Benz Arena. Bien souvent remplaçant jouant le second rôle parfois, Silas ne s’empêcherait de savourer le bonheur indescriptible avec son équipe. Le Vfb Stuttgart a réalisé une saison historique, auréolée d’une place sur le podium synonyme d’une qualification en Ligue des Champions.

S’il ne change pas de club cet été, Silas Katompa participera donc pour la première fois de sa vie à la prestigieuse des compétitions européennes interclubs. Ce sera encore là un rêve qui prend corps pour ce garçon qu’on aperçu dans les rues de Kinshasa il y a 6 ans. Ceux qui l’ont évoluer à Kauka (un quartier de Kinshasa où Silas vivait avec ses parents) sont épatés par la montée fléchée du joueur. « Il aimait beaucoup le foot, il rêvait d’une grande carrière. On savait qu’il irait loin mais si loin, jusqu’à jouer dans l’un de 5 meilleurs du monde. C’est absolument incroyable ce qu’il réussit. On lui souhaite encore plus » nous dit un habitant de ce coin.

Doté d’une pointe de vitesse déconcertante et d’un physique imposant, Silas est un élément difficile à gérer pour les défenseurs. Il n’est pas le joueur de le plus esthétique de l’histoire ou le plus impressionnant statistiquement, mais son jeu fluide, intelligent en fait joueur peu reprochable tactiquement. Il est devenu une arme offensive de plus pour l’équipe de Sébastien Desabre, aux côtés de Meschack Élia, Yoane Wissa, Grady Diangana, Cédric Bakambu, Gaël Kakuta…

Foot RDC


En savoir plus sur Foot RDC

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related