Interview : « Si on ne va pas en finale on sera déçu. Nous avons aussi la pression, on n’a pas envie de s’arrêter là » Sébastien Desabre

Date:

Invité sur RMC Sport, le sélectionneur de la RDC s’est exprimé sur le parcours de ses troupes à cette Coupe d’Afrique des Nations 2023. Sébastien Desabre, qui a hérité d’une sélection mal embarquée dans les éliminatoires de la compétition, est en passe de réaliser le plus grand coup des Léopards depuis un demi-siècle. Mal parti dans les qualifications, surprise dans la compétition, le cas Cédric Bakambu… Extraits.

Un parcours élogieux sans euphorie
« C’est une longueur compétition, beaucoup de récupération. On essaie de rester au calme, on continue à optimiser pour ce qu’on peut faire avant la demi-finale. Les garçons sont concentrés, et avec l’énergie de victoires on est très concentré sur le match de mercredi.

Sur les deux derniers matchs, pas mal d’émotion, et la compétition nous impose de redescendre tout de suite, de nous reconcentrer, de continuer notre travail et on pense qu’on a une chance. On va essayer de ne pas avoir de regrets, on va jouer cette carte à fond. Les joueurs sont dans cet état d’esprit et après on sait qu’on était très attendu sur cette CAN. Pour nous c’est une satisfaction d’avoir répondu présent et d’avoir donné des émotions qu’on sait faire partager au peuple congolais… Les Congolais sont d’extrêmes passionnés du foot. »

Une sélection à la hauteur ?
« C’est une satisfaction depuis le début du stage. On avait commencé le stage très tôt avec des matchs amicaux et les cinq matchs de compétition. On avait eu une alerte avec Gaël Kakuta, mais ce soir on s’est entraîné avec tout notre groupe donc j’avais décidé de prendre 24 joueurs et tous les 24 sont opérationnels pour le match de mercredi. On est passé à travers sur les suspensions. »

Des réalisations au-delà des attentes ?
« Quand j’avais signé, l’équipe était mal engagée, on a donc réussi à faire un exploit, on s’est qualifié. On devait se servir de ce match de qualification pour préparer la CAN 2025. On a régénéré l’équipe avec des nouveaux qui sont intégrés très facilement de par l’investissement de nos cadres. On est monté en puissance. J’étais très curieux de voir comment on allait se comporter sur une compétition comme ça. On a senti qu’il y avait une alchimie qui se créait dès le stage. On a fait de bons matchs en poules même si on n’a pas été récompensé par une victoire. Le Congo a de bons joueurs, on peut mettre des joueurs de qualité, on est aussi intéressant sur la profondeur du banc. »

Comment se portent les anciens Lensois ?
« Ils (Kakuta, Banza et Masuaku) vont bien. Simon Banza est arrivé le dernier dans l’équipe, il s’intègre petit à petit, mais il nous apporte beaucoup. Kakuta nous aide beaucoup. Il y avait des ont dit sur la sélection, mais aujourd’hui si on est là c’est grâce à l’équipe, de ce qu’ils mettent sur le terrain, comme le capitaine Chancel Mbemba. »

La CAN de surprise où les favoris sont éjectés ?
« Il y’a des surprises parce qu’il y a des grands qui se sont fait éliminer, mais s’ils sont éliminés c’est parce qu’il y a des équipes qui réduisent l’écart dans le football africain. Sur des compétitions comme ça je pense que c’est le travail qui paie, l’écart se réduit parce que chaque fédération est de plus en plus organisée, des entraîneurs locaux formés. Ça progresse tout simplement. J’étais témoin de cette évolution perpétuelle. C’est une question de temps pour qu’on ait des équipes africaines qui progresse sur le plan mondial comme le Maroc. Cette organisation je la sens au Congo. Il y a des joueurs qui auraient pu choisir d’autres pays, mais aujourd’hui qui sont regardants et motivés de défendre les couleurs de pays africains. »

Rêver de remporter la CAN
« Après il y a une réalité. Aujourd’hui on est 13e équipe africaine. Pour s’installer comme les grands, il ne faut pas faire un seul coup. Je suis à demi surpris, car je connais mes joueurs et l’implication qu’ils mettent pour la sélection, c’est extraordinaire. Je sais qu’on a une équipe à potentiel et on le démontre. On va avoir un match qui sera intéressant, contre Côte d’Ivoire. On sait qu’on a aussi les armes pour les embêter. On est sur une phase de progression qu’il faut faire durer parce qu’on est encore perfectible sur notre jeu. Mais ça va donner de confiance au projet. Il faut qu’on fasse un bon voir un meilleur match. »

Une pression du public ivoirien attendue ?
« Si on ne va pas en finale, on sera déçu parce qu’on est des compétiteurs. Après la pression est un peu plus sur la Côte d’Ivoire, et chez nous ça nous fait avancer. Avec les joueurs qu’on a on peut faire un bon match. Nous on en a aussi (la pression), on n’a pas envie de s’arrêter là. »

Cédric Bakambu non prolifique jusqu’à présent ?
« Ça me suffit d’être à un match de la finale. Si on est là, c’est que tout le monde a été performant dans ses compartiments. Cédric est très important pour nous. Ce n’est pas un joueur qui attend la CAN en Côte d’Ivoire pour savoir marquer des buts, ses stats parlent pour lui et puis il est au même titre que les anciens. Quelqu’un de très important. C’est un pro qui se donne à 100% et pour nous les entraîneurs c’est fantastique d’avoir des joueurs comme ça. »

Sur les propos de Bakambu sur l’Est du pays
« C’est normal, on pense toujours à ceux qui sont en difficulté. Nous à notre niveau, on essaie toujours de donner le maximum de joie à ces gens et les rendre fiers. C’est l’image des Congolais qu’on véhicule, celle de la fierté de la solidarité. »

L’importance de Chancel dans la sélection ?
« C’est un leader naturel, déjà par rapport à ses prestations sur le terrain. Quand les autres voient son comportement à l’entraînement, à l’extérieur, échange, motivation. Quand vous avez un capitaine de ce calibre, c’est fantastique. C’est un vrai pro, concentré, éducation, un des meilleurs exemples. C’est une chance pour moi d’avoir ce joueur. »

Comparaison avec Hervé Renard
« Hervé est un super exemple. Ce qu’il entreprend dans le football. On a presque le même parcours. On vient du monde amateur. Chacun fait sa route, mais on s’entend bien.»

Pour écouter l’interview de Desabre sur RMC dans L’After CAN : https://castbox.fm/vd/670505958

FootRDC

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related

CAF LDC : Les huits clubs qualifiés pour les quarts de finale connus

La sixième et dernière journée de la phase de poules de...

CAF LDC : Florent Ibenge et Al Hilal, le quart est un graal

Le miracle n’a pas eu lieu pour Florent Ibenge...

CAF LDC : Inonga, Fabrice N’goma et Simba SC en quart

Simba Sport Club de la Tanzanie a joué jusqu’au...

CAF LDC : Fiston Mayele voit double, Pyramids s’en sort avec un nul devant Nouadhibou

Les Mauritaniens ont joué à fond le match en...