Story : Medi Abalimba, l’incroyable histoire de l’escroc, né en RDC, qui a terrorisé le football en Angleterre (série 2/3)

Date:

L’histoire de Medi Abalimba, publiée sur le média anglais The Athletic, sous le titre « Medi Abalimba: The astonishing story of a football fraudster », renferme toute la mécanique d’un roman policier avec des coups de théâtre d’un film d’aventures. FootRDC a traduit et publie ce récit en une série de 3 articles, pour le public congolais. Vous trouverez un lien vers l’article original en anglais, publié le 7 novembre, sur le site du média détenu par The New York Times.

Deuxième partie : le mystère sur l’âge d’Abalimba

Les rapports relatifs à l’affaire de 2014 suggèrent que Derby l’a acheté pour 1,2 million de livres sterling et lui a versé 4 000 livres par semaine pendant son séjour au club. Cependant, ces chiffres sont contestés. Adam Pearson, qui était président de Derby, déclare qu’il se souvient à peine du nom d’Abalimba ou de son arrivée de Southend, mais ajoute qu’il est « absolument impossible » qu’ils aient payé 1 million de livres sterling pour un joueur non prouvé en 2009, un an après la relégation de la Premier League. Un responsable du club affirme que le montant du transfert était « à cinq chiffres », c’est-à-dire inférieur à 100 000 livres sterling, plutôt que sept.

De même, Pearson rejette l’idée qu’Abalimba aurait pu gagner 1 000 livres par semaine, sans parler de 4 000 livres par semaine ; lui et d’autres suggèrent qu’un salaire hebdomadaire pour un joueur jeune et inexpérimenté à Derby en 2009 aurait plutôt été dans les centaines de livres.

« Il y avait toujours beaucoup d’esbroufe avec Medi », explique Roland Benedict, un Américain qui a joué avec Abalimba dans l’équipe réserve de Southend. Comme d’autres, Benedict décrit Abalimba comme « une grande personnalité, incroyablement charismatique et charmante ». Il dit également que, malgré toute sa richesse apparente et son faste, « la note apparaissait et Medi n’était pas là. Et vous n’y pensiez pas. Vous vous disiez, ‘C’est bon, Medi a arrangé pour nous faire entrer dans cette boîte de nuit ensuite’. Il semblait connaître tout le monde. »

Benedict affirme que son coéquipier était une bonne perspective. « C’était un milieu de terrain box-to-box, bon moteur, bon dans les espaces restreints, tacleur dur », dit-il. « Je savais qu’il avait fait un essai à Manchester United avant que j’arrive et il donnait toujours l’impression qu’il n’allait pas rester longtemps à Southend. »

Mais une autre personne présente à Southend à l’époque suggère qu’Abalimba n’était « jamais » au niveau de la Premier League. Il se demande si ces essais à Manchester United, Manchester City et Liverpool auraient pu découler des relations d’Abalimba plutôt que de l’idée plus attrayante que les éclaireurs auraient alerté les clubs sur son potentiel.

On commence presque à se demander si ces essais n’étaient pas quelque chose qu’Abalimba avait inventé. Mais les essais ont bien eu lieu. Il existe une vidéo YouTube de cette apparition en équipe réserve pour Liverpool contre Manchester City, et il a dû faire une bonne impression à l’entraînement pour avoir été sélectionné comme jeune joueur en essai. Le commentateur de LFCTV mentionne que « Rafa (Benitez) est ici ce soir pour le regarder ».

Sept des onze titulaires de Liverpool dans ce match (Stephen Darby, Emiliano Insua, Martin Kelly, Damien Plessis, Jay Spearing, Dani Pacheco et David N’Gog) ont fait des apparitions en équipe première au club, et deux autres (Peter Gulacsi et Mikel San Jose) ont ensuite joué en Ligue des champions et en équipe nationale ailleurs. C’était un grand pas en avant par rapport aux réserves de Southend.

En regardant le match, Abalimba semblait confiant et entreprenant sur l’aile droite — peut-être un peu trop confiant à la deuxième minute, en élaborant trop et en perdant le ballon quand il avait l’occasion de tirer — mais le jeu lui a échappé pendant de longues périodes.

Il semblait prendre de l’influence en seconde mi-temps lorsqu’il a été battu en vitesse par le défenseur de Manchester City, Sam Williamson. Peu de temps après, il a été remplacé. En quittant le terrain, ses espoirs d’une carrière à Liverpool s’envolèrent.

Pourtant, il n’avait que 17 ans, comme l’a dit le commentateur de LFCTV. Ou 16, selon divers autres rapports à l’époque. Lequel était-ce ? Seize ou dix-sept ? Ce n’était ni l’un ni l’autre.

Benedict se souvient qu’il y avait des spéculations sur l’âge d’Abalimba lorsqu’il était à Southend. « Il n’était pas grand », dit Benedict. « Mais en le regardant jouer, il était comme un homme parmi des enfants. » Les soupçons sur son âge ont été exacerbés, selon un ancien employé de Southend, lorsqu’il a réagi furieusement aux tentatives d’un coéquipier de regarder son passeport.

L’entrée d’Abalimba dans le Sky Sports Football Yearbook 2011-12 indique qu’il est né le 14 octobre 1992. Cela concorde avec les rapports selon lesquels il avait 16 ans, presque 17 ans, lorsqu’il a fait un essai à Liverpool en septembre 2008. Cependant, les documents relatifs à ses diverses condamnations citent sa date de naissance comme étant le 26 mai 1989. Abalimba n’a pas répondu à une série de questions posées par The Athletic, mais il a vérifié cette date lorsqu’il a été contacté par ITV. Cela aurait fait de lui un homme de 19 ans, plutôt que de 16 ans, lorsqu’il a fait un essai à Liverpool ; 20 ans, plutôt que de 17 ans, lorsqu’il a signé pour Derby ; 21 ans, plutôt que de 19 ans, lorsqu’il a rejoint Oldham en janvier 2011.

Les responsables de Southend, Derby et Oldham ont déclaré qu’ils n’étaient pas au courant de tout problème lié à son âge. Si la date de naissance de 1989 est correcte, cela signifierait qu’il était inéligible lorsqu’il a joué pour Derby en FA Youth Cup en 2009-10.

Sur les réseaux sociaux, le nom d’Abalimba suscite l’amusement parmi les rares supporters de ces trois clubs qui se souviennent de l’engouement bref autour de lui il y a plus d’une décennie. Il y a également une toute petite niche de fans de Football Manager qui se souviennent de lui, dans l’une des versions du jeu, comme un transfert gratuit qui pourrait être poli en un diamant brut.

Plusieurs personnalités qui travaillaient à Derby à l’époque – Pearson, l’ancien directeur général Tom Glick, l’ancien vice-président Mal Brannigan, l’ancien directeur de l’académie Darren Wassall – déclarent ne pas se souvenir des circonstances de son départ. Plusieurs coéquipiers de Derby ne répondent pas aux demandes de renseignements à son sujet.

La situation est similaire à Oldham. Paul Dickov, l’entraîneur qui l’a recruté, ne répond pas aux demandes de renseignements. Alan Hardy, président du club à l’époque, dit se souvenir « vaguement » d’Abalimba mais ne veut pas parler des circonstances du départ du joueur à peine deux mois plus tard parce qu’il ne peut pas être certain des détails.

Il existe un fil de discussion sur « Oh When The Blues », un forum de supporters d’Oldham, qui évoque les débuts d’Abalimba dans l’équipe réserve du club contre Accrington Stanley.

« Vous allez adorer ce gars », a déclaré @oafcprozac à ses coéquipiers. « Il a joué le rôle de titulaire et a dirigé le jeu pour nous. Il est fort dans le plaquage, habile et il parle plus que son âge. Il a l’air d’un sacré espoir ».

Un autre internaute, @BP1960, est allé plus loin : « S’il réalise son potentiel précoce, les Latics pourraient avoir déniché un joyau valant des millions ».

Abalimba a été nommé remplaçant pour les deux matches suivants de l’équipe première d’Oldham, contre Huddersfield Town et Carlisle United, mais il n’est pas entré en jeu. Les supporters d’Oldham n’ont plus entendu parler de lui jusqu’à ce que le club annonce, le 1er avril, qu’il avait été licencié parce que Dickov « ne voyait pas en Abalimba un avenir à long terme au sein du club ».

Certains anciens dirigeants d’Oldham proposent des théories plus colorées sur les raisons pour lesquelles le séjour d’Abalimba a été écourté. Ce qui est certain, c’est que ces deux matches en tant que remplaçant non utilisé ont été les plus proches d’une participation à la Football League.

À suivre, partie 3…

FootRDC avec The Athletic

https://theathletic.com/5032306/2023/11/07/medi-abalimba-the-astonishing-story-of-a-football-fraudster/

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related

France : Gédéon Kalulu garde sa forme de la CAN 2023 avec Lorient

Huit minutes étaient suffisantes à Gédéon Kalulu pour donner...

France : hués par leurs supporters, Samuel Moutoussamy et Nantes

A la Beaujoire, lors de la 24e journée de...

Suisse : Meschack Elia et le Young Boys en eaux troubles

Le leader du championnat suisse, Young Boys, a limogé...

Football : Simon Banza brille de mille feux face à Estrela

Ce n'est plus un secret pour personne, Simon Banza...