Mondial 2022 : Face au Portugal, le Maroc « n’a rien à perdre » selon son sélectionneur Walid Regragui

Walid Regragui, sélectionneur des Lions de l’Atlas, était présent en conférence de presse, ce vendredi 9 décembre, à la veille du quart de finale de la Coupe du monde 2022, face au Portugal de Cristiano Ronaldo (16 heures au Stade Al-Thumama de Doha, au Qatar).

De prime abord, le technicien a donné son analyse de la rencontre et livré son opinion sur l’adversaire: «On respecte beaucoup le Portugal. Ils ont des attaquants de très haut niveau. Ca va être un match équilibré qui se jouera sur les détails. C’est un super challenge, on n’a rien à perdre. On a envie de montrer que l’Afrique est présente et que le Maroc est présent. On a vraiment rien à envier à personne».

«Le Portugal est favori, ce qui l’amène à vouloir gagner la Coupe du monde. Nous, nous sommes le petit poucet mais qui va être compliqué à battre», ajoute l’ancien entraîneur du Wydad de Casablanca.

«C’est une des meilleures équipes au monde. Ils ont de la qualité partout. Ils vont avoir de la fraicheur. Moi, en tant que coach, j’espère que Cristiano Ronaldo ne va pas jouer, c’est un des meilleurs joueurs au monde. Le stade nous sera acquis, je pense. On ne doit pas s’enflammer pour autant et garder de l’humilité», poursuit-il.

Interrogé sur les faiblesses des Lions de l’Atlas, le technicien balaie les doutes d’un revers de main: «Bien sûr qu’on a des points faibles, le Portugal peut-être un peu moins. Nous, on se focalise sur comment on va essayer de leur poser des problèmes. On va mettre un plan pour créer la surprise».

Ensuite, Regragui se montre touché par le soutien considérable dont bénéficie la sélection nationale: «Nous sommes fiers de faire parvenir le Maroc à ce stade. Nous avons tout un continent et le monde arabe et musulman derrière nous. Beaucoup de gens prient pour nous».

Alors que Nayef Aguerd, défenseur central, est touché aux ischios-jambiers est fortement incertain, Walid Regragui se veut pragmatique: «Nous attendons demain pour savoir si Aguerd jouera. Nous devons trouver des solutions. Si un autre joueur de ce poste peut donner plus, il jouera. Aguerd est très important mais El Yamiq, Dari et Benoun peuvent présenter un bon rendement».

«On n’est pas là pour se plaindre. On a un staff médical et une Fédération qui travaillent très bien avec de bons moyens de récupération. Peu importe celui qui rentrera. Il donnera le maximum. Nos joueurs sont à 100% au niveau de l’état d’esprit», poursuit le technicien à ce sujet.

Regragui évoque ensuite le parcours fou des Lions de l’Atlas et la clé de la réussite: «on a essayé de changer la mentalité. On rend des gens heureux, c’est bien, mais ce qui nous importe c’est de gagner le match de demain et rentrer dans l’histoire. On sera difficile à battre tant qu’on ne fera pas preuve de suffisance. On est là pour déjouer les statistiques et nos joueurs ont faim. Nous avons des supporters très exigeants et nous voulons toujours aller de l’avant. C’est de la pression positive».

«Compétence, compétence, compétence», martèle le coach, qui pousse un coup de gueule concernant les techniciens africains et leur faible représentation à l’international. Pour lui, les mentalités doivent changer, car un coach africain compétent peut forcément briller à l’étranger.

Regragui répond également aux critiques concernant le jeu trop défensif des Lions de l’Atlas et leur faible taux de possession du ballon: «j’ai eu droit à pas mal de critiques pour leur avoir laissé le ballon. La France, l’Allemagne, le Portugal ont tous laissé le ballon aux Espagnols dans un passé récent. Trop laisser la possession aux Portugais pourrait tout de même s’avérer être une erreur. On jugera demain».

Le360

Vous pourriez aussi aimer