Mazembe-Berkane : 4 clés pour faire sauter le verrou marocain (décryptage)

Date:

De retour dans en demi-finale d’une compétition africaine pour la première fois depuis 2019 (élimination en demi-finale par l’Espérance de Tunis en Ligue des champions), Mazembe ne cache plus ses ambitions : le club de Kamalondo veut retrouver la joie de garnir son armoire à trophées.

Si le championnat est à l’arrêt et qu’aucune espérance de reprise n’est entrevue, pour le moment, la Coupe de la Confédération s’avère être l’ultime ambition de l’équipe de Franck Dumas. Pour y arriver, les Corbeaux peuvent compter sur quatre clés dimanche. Leur force à la maison, leur assise défensive, leur public et leur orgueil ou expérience historique. Décryptage de ces 4 clés à plus ou moins 48 heures du match.

1. Finir le travail à la maison

« Sheria ya mugeni ni kupigwa (le droit du visiteur c’est d’être battu ou de perdre) » aime-t-on dire à Kamal City. Habitué aux renversements de situation quand il s’agit de disputer ses matchs retour à domicile, Mazembe commence cette fois à la maison. Depuis le début de la campagne 2021-22, les Corbeaux peuvent se targuer d’avoir une belle assise statistique quand il est question de jouer à la maison. S’ils comptent aller en finale, ils devront retrouve pour une dernière fois cette réussite.

Historiquement, depuis 2007, Mazembe n’a jamais perdu un match de Coupe de la CAF à domicile. Les Corbeaux affichent même des statistiques flatteuses avec 28 matchs à domicile pour 26 victoires et deux nuls. Offensivement, Mazembe compte la bagatelle de 58 buts inscrits, en jouant à la maison, contre seulement 12 buts encaissés. Le dernier match lors duquel les Noir et Blanc n’ont pas marqué à domicile remonte au 25 septembre 2016, face aux Tunisiens de l’Étoile du Sahel.

2. Garder sa solidité défensive

Le parcours de Mazembe cette saison se résume en deux mots « solidité défensive ». Franck Dumas construit les succès de ses poulains sur une base défensive solide grâce à une combinaison entre vieux briscards et jeunes pousses. En sept matchs à Kamalondo, le TPM n’a pris aucun but devant ses fans. Malgré des matchs parfois poussifs, ils ont arraché 5 victoires en autant de matchs en marquant 7 buts (une moyenne maigre, mais efficace de 1,4 but par match). Un technicien célèbre, Alex Ferguson, déclarait que : « les grandes attaques font gagner des matchs, mais les grandes défenses font gagner des titres », Dumas l’a surement déjà entendu.

3. Retrouver la communion avec le public

Dimanche à Kamalondo, il n’y aura que 5 000 supporters dans les gradins sur les 16 000 places disponibles et régulièrement remplies lors d’un match de Coupe d’Afrique à Lubumbashi. Suite aux incidents ayant émaillé la fin du match face à Pyramids, la CAF a sanctionné le club lushois qui se trouvera privé d’une partie de sa motivation suprême dans la chaleur d’un match de haut niveau. Il y a eu des discussions entre la coordination des supporters, que préside Mario Kawel, et des franges des fans.

Pour les joueurs, ce sera l’occasion de prouver qu’ils peuvent redonner la joie aux supporters, tandis que ces derniers devront réaffirmer leur passion pour leurs poulains chéris. « Une décision de la CAF synonyme de sanction suite aux jets de projectiles et à l’envahissement de l’aire de jeu après le match contre Pyramids. C’est un vrai coup dur pour les Corbeaux qui espéraient jouer la demi-finale aller devant 16.000 spectateurs. Une demande à laquelle les autorités locales avaient donné un avis favorable » écrivait Mazembe après la décision de l’instance. Moïse Katumbi lui-même s’est impliqué dans le processus pour calmer le début d’incendie.

4. Appuyer sur le levier psychologique

Dans sa grande histoire, Mazembe compte 10 trophées africains remportés (5 Ligue des champions, 2 Coupe de la CAF et 3 Super Coupe). Deuxième club le plus titré du continent, derrière Al Ahly (19 trophées, dont 10 LDC), les Corbeaux feront face à un « novice ». La Renaissance Sportive de Berkane ne compte que quelques années d’existence en Afrique et un titre en Coupe de la CAF (2020). Malgré ses ambitions démesurées, le club marocain pourra mal faire face à l’orgueil et à l’expérience du « premier club africain à disputer une finale de Coupe du monde des clubs ».

Sur le banc, Florent Ibenge fera face à sa plus grande opposition. Entraineur expérimenté, il recherche toujours la formule pour « battre Mazembe ». Pas qu’il n’ait jamais battu les Badiangwenas, mais l’ancien technicien de l’AS VClub a rarement relevé le défi lors des Classico entre Moscovites et Mazembe. Lors de ses années Vita, entre 2014 et 2021, le natif de Kinshasa n’a battu Mazembe qu’à deux reprises sur une quinzaine de matchs. Il devra vaincre son signe indien pour renverser la vapeur.

Iragi Elisha


En savoir plus sur Foot RDC

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related

Linafoot : Les Aigles du Congo plumés par le TP Mazembe

Les corbeaux du TP Mazembe ont volé plus haut...

Linafoot : Maniema Union punit Mazembe et remet le suspense pour le titre

L'AS Maniema Union a réussi l'exploit de faire tomber...

Linafoot : Lupopo et Mazembe sévèrement frappés après les incidents lors du derby

Le Comité de gestion de la Ligue Nationale de...

Linafoot : Dauphin Noir boit la tasse à Kamalondo devant le TP Mazembe

L'AS Dauphin Noir a subi la correctionnelle samedi 18...