Story : Medi Abalimba, l’homme qui se prenait et escroquait l’Angleterre sous le nom de Gaël Kakuta (3/3)

Date:

L’histoire de Medi Abalimba, publiée sur le média anglais The Athletic, sous le titre « Medi Abalimba: The astonishing story of a football fraudster », renferme toute la mécanique d’un roman policier avec des coups de théâtre d’un film d’aventures. FootRDC a traduit et publie ce récit en une série de 3 articles, pour le public congolais. Vous trouverez un lien vers l’article original en anglais, publié le 7 novembre, sur le site du média détenu par The New York Times.

Troisième et dernière partie : l’homme qui se prenait pour Gaël Kakuta

Il y a un moment fascinant dans le documentaire qui montre une vidéo d’Abalimba se tenant dans une rue en France avec un groupe d’hommes qui le louent. « Googlez-le ! Medi Abalimba ! » lui dit l’un d’eux, pointant vers la caméra.

« Plus cher qu’une Ferrari ! » dit un autre, faisant référence à son essai à Manchester United dans sa jeunesse. « Ballon d’Or ! Medi Abalimba, c’est lui ! »

Il n’est pas clair si les hommes sont victimes ou participants d’une illusion. Mais à ce stade, quelques mois après sa libération à Oldham, Abalimba était à Brive, en cinquième division du football français. Les rêves de Manchester United et du Ballon d’Or ne pouvaient guère être plus éloignés.

Personne à Brive ne répond aux demandes d’informations sur le passage d’Abalimba là-bas. Erwan Jarrige, qui travaille maintenant pour une banque, a joué avec lui à Brive mais dit au Athletic qu’il ne se souvient pas de lui parmi de nombreux autres Medis.

Il semble que la seule véritable trace du passage d’Abalimba en France ait été ressentie à Farnborough, sa prochaine étape.

Le propriétaire et manager de Farnborough, Spencer Day, se souvient de lui comme « un jeune homme très gentil, charmant, très avenant et apparemment très respectueux », et comme un joueur « très doué » qui « aurait facilement pu gagner sa vie décemment » dans l’EFL plutôt que deux niveaux en dessous. Il dit que le milieu de terrain s’est distingué lors d’un bref passage à Farnborough en 2012, mais… inévitablement, il y a un « mais ».

La Football Association a découvert qu’Abalimba n’avait pas obtenu d’autorisation internationale pour reprendre le jeu en Angleterre, c’est-à-dire que son enregistrement était toujours détenu en France après son passage à Brive. Day dit qu’Abalimba n’avait pas informé Farnborough de son passage à l’étranger.

Cela signifiait que Farnborough avait involontairement aligné un joueur inéligible lors de six matchs de Blue Square Bet South en début de saison. Par conséquent, ils ont été pénalisés de quatre points.

De là, Abalimba est passé à Corby Town, puis est retourné en France pour rejoindre Perpignan Canet, qui n’a pas répondu aux demandes d’informations sur son séjour là-bas. Il a disputé quelques matchs de pré-saison pour Ilkeston Town en 2013 mais était sans club lorsqu’il a été arrêté un an plus tard.

Une des premières choses qu’il a faites après sa libération début 2017 a été de trouver un nouveau club : retour dans le Derbyshire pour rejoindre Mickleover Sports dans la Northern Premier League, la septième division du football anglais.

Neil Hadfield, trésorier du club, ne se souvient pas « qu’il ait joué beaucoup de matchs » pour Mickleover. Ce n’est pas étonnant. Abalimba a été expulsé pour un tacle sauvage sur un adversaire seulement 14 minutes après ses débuts contre Stafford Rangers. De manière remarquable, il a également été expulsé lors de sa deuxième apparition, contre Whitby Town.

Sa première période au club a été brève — trois matchs, deux cartons rouges, un but — mais Abalimba est revenu pour une deuxième période la saison suivante, affirmant qu’il était « enfin remis d’un problème majeur au genou » et qu’il était « enthousiaste et prêt à jouer ».

Fait intéressant, un article sur le site web du club en janvier 2018 indique qu’Abalimba avait 24 ans. Même en tenant compte de la date de naissance d’octobre 1992 qui lui avait été attribuée précédemment, il aurait eu 25 ans. Selon la date de naissance fournie aux tribunaux, il aurait eu 28 ans.

Hadfield dit que son seul souvenir réel d’Abalimba est qu’il était « très amical et qu’il m’a offert un verre au bar, ce qui était inhabituel pour un joueur car je ne pense pas que nous le payions même à l’époque ».

Georgia Steel était éprise. Dès qu’elle rencontra ‘Miguel Johnson’ dans une boîte de nuit de Mayfair au début de 2019, ils ne se quittèrent plus. Ils formaient un couple remarquable : elle, une personnalité de la télévision et de l’émission de téléréalité Love Island d’ITV ; lui… originaire d’Atlanta, en Géorgie, apparemment, avec une mère très célèbre mais il ne pouvait pas dire qui.

Ils avaient été en couple pendant quelques mois quand ils ont été pris en photo par les paparazzi. Le lendemain, The Sun publia les images, demandant si quelqu’un pouvait identifier le rendez-vous de Steel : un « homme américain mystérieux qui semblait être très riche ».

En quelques jours, le journal, ayant reçu un tuyau, révéla que le « homme américain mystérieux » était Abalimba, un fraudeur notoire. Steel dit dans le documentaire d’ITV qu’elle était « instantanément sous le choc, complètement anesthésiée ».

Abalimba prétendit avoir tout dit à Steel. « Elle était choquée », dit-il au Sun. « Initialement, elle s’inquiétait pour moi. C’est une histoire de ‘la belle et la bête’. Je suis considéré comme un monstre mais elle ne me juge pas. On s’apprécie. On s’entend bien. »

À peine 24 heures plus tard, Steel découvrit qu’une « quantité drastique » d’argent avait disparu de son compte en banque.

Abalimba prétendit que cela n’avait rien à voir avec lui, mais Steel dit que sa mère exigea qu’elle rompe tout lien avec lui.

Plus tard cette année-là, Abalimba fut arrêté dans une autre boîte de nuit de Mayfair. Il fut inculpé d’avoir fraudé Steel de 13 000 livres sterling et plaidera coupable à cinq chefs d’accusation de fraude. Cette fois-ci, il fut condamné à 23 mois de prison.

Il y a plus. Même en étant de nouveau en prison, Abalimba entretint une relation avec Claire Merry, l’ex-femme de Thierry Henry, lui disant qu’il était un SEAL de la marine américaine appelé ‘Miguel Johnson’. Il lui dit qu’il était au Koweït et que les bruits de fond qu’elle pouvait entendre lorsqu’il l’appelait de prison étaient des manœuvres militaires.

À sa libération de prison — ou, comme il le prétendait, son retour du Koweït —, ils se sont retrouvés, séjournant à nouveau dans des hôtels de luxe, et Abalimba (ou ‘Johnson’) s’est arrangé d’une manière ou d’une autre pour que Merry continue à payer la note. Avec ses histoires de voitures, de jets privés et de rencontres avec Pippa Middleton (sœur de Kate Middleton, maintenant la princesse de Galles), il sonnait plausible.

Mais bientôt, Merry, comme Steel, découvrit des paiements non reconnus sur son compte bancaire. Au total, elle se retrouva fraudée de plus de 50 000 livres sterling.

Vers la fin de 2020, Marc Bilton, propriétaire d’une entreprise de chauffeur et de conciergerie, reçut un appel d’une personne prétendant être un représentant du running back des Chicago Bears (maintenant Carolina Panthers), Tarik Cohen, demandant à Bilton de s’occuper de son client pendant son séjour à Londres.

Comme d’autres avant lui, Bilton a fait un effort supplémentaire pour satisfaire ce client haut de gamme, mettant à disposition des voitures et acceptant de régler ses factures d’hôtel, payant des suites au Corinthia et au Rosewood.

Abalimba l’a charmé, non seulement en tant que ‘Cohen’ mais aussi en tant que son prétendu agent ‘Gustavo’, qui lui promettait des cadeaux, vantait une amitié avec Elton John, lui assurant que Diana Ross, supposée être sa marraine, ne ferait « affaire qu’avec votre entreprise » lorsqu’elle serait à Londres.

Juste au moment où Bilton commençait à s’inquiéter d’une facture de plusieurs milliers, il fut invité à rencontrer ‘Gustavo’ à la Battersea Power Station. ‘Gustavo’ arriva dans une Rolls-Royce et lui montra trois appartements qu’il prétendait être sur le point d’acheter pour un total de 45 millions de livres sterling. Les inquiétudes de trésorerie de Bilton furent apaisées. À lui seul, à la Rosewood, Bilton a fini par effectuer des paiements de 104 911,59 livres sterling avant de découvrir qu’il avait été escroqué.

Il y a eu d’autres victimes — un autre chauffeur, un producteur de disques qu’il a convaincu d’être un rappeur nommé ‘Miguel Gonzalez’ — mais la perte financière de Bilton a été la plus importante de toutes.

En septembre 2021, reconnaissant 17 chefs d’accusation, dont 15 pour fraude, Abalimba a été condamné à quatre ans et deux mois de prison. Il a été libéré plus tôt cette année.

Il est difficile de suivre le nombre de personnes qui ont été victimes des escroqueries d’Abalimba.

Outre les pertes financières, il y a un impact psychologique : Steel dit que cela lui a causé des problèmes de confiance dans ses relations ultérieures ; Antoine-Curier, qui a récupéré son argent grâce à son assurance carte de crédit, dit qu’aujourd’hui « je ne fais même pas confiance à mon propre ombre » ; Bilton, qui n’a pas pu récupérer ses pertes parce qu’il avait sciemment effectué les paiements, dit qu’en plus de l’impact sévère sur ses entreprises, il a été traumatisé ; un autre chauffeur, parlant anonymement dans le documentaire, dit que l’affaire a fait monter son « anxiété en flèche » ; une autre personne qui a partagé son expérience avec Abalimba avec The Athletic a dit qu’il ne voulait pas en discuter publiquement parce que, plus d’une décennie plus tard, il avait « tout juste réussi à passer à autre chose ».

Et puis il y a ceux dont Abalimba a utilisé les noms.

Kakuta n’a jamais parlé publiquement de l’affaire et on ne sait pas s’il, en tant qu’homme innocent, a été interrogé par la police à un moment donné. En résumant le procès d’Abalimba en 2014, le juge Robert Atherton a déclaré que Kakuta était « une victime autant que (…) d’autres dans cette affaire ». Ni son agent ni son club, Amiens, n’ont répondu aux invitations de The Athletic pour en discuter.

Cohen et son agent, de même, n’ont pas répondu aux tentatives de contact de The Athletic concernant l’affaire.

Tout le monde qui apparaît dans le documentaire parle du charme d’Abalimba. Certains en parlent presque avec admiration de sa capacité à jongler avec toutes ces personnalités différentes. Antoine-Curier l’appelle un « génie ». Il l’appelle aussi un « serpent ».

Dans une déclaration à ITV, Abalimba conteste certaines des allégations faites à son sujet, mais cite de nouveau la chute de sa carrière de football comme catalyseur de ses tromperies. « La façon dont j’ai géré le fait de ne pas atteindre mes rêves n’était pas correcte », a-t-il déclaré. « Je m’excuse sincèrement auprès de tous ceux que j’ai mentis et utilisés. »

Antoine-Curier renifle à l’idée d’excuses d’Abalimba. De nos jours, il dirige son propre service de chauffeur à Bruxelles et il lui vient à l’esprit que c’est précisément le genre d’entreprise que son ancien coéquipier a exploité. Il parle de la façon dont il pourrait réagir à Abalimba si leurs chemins se croisent à nouveau. C’est assez explicite.

Fin

Le documentaire « The Footballer Fraudster », faisant partie de la série « Swindles & Cons » d’ITV, est disponible sur ITVX depuis le 9 novembre.

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related

Léopards : Eden Hazard élogieux à l’égard de Gaël Kakuta

Invité par Obi One Podcast, Eden Hazard qui a...

CAF : le Maroc décroche une programmation en juillet et août pour la CAN 2025

La Confédération africaine de football (CAF) a donné son...

Portugal : Simon Banza remet Braga sur le podium

Il effectue un retour gagnant en club après la...

Linafoot : le derby lushois à Kindu, des chocs annoncés, les clubs fixés pour les Play-offs

Le Comité de Gestion de la Ligue Nationale de...