Nostalgie : il y a 26 mois, les Léopards de la RDC réalisaient une incroyable remontada face aux voisins du Congo-Brazzaville, retour sur ce match historique de l’ère IBENGE

Même les plus jeunes s’en rappellent encore parfaitement bien. Cette belle histoire a été écrite lors de la CAN 2015 organisée par la Guinée-Equatoriale après le désistement du Maroc.

Aucune chance attribuée à la RDC

Les léopards sont les derniers à être qualifiés dans cette compétition. La CAN démarre, les hommes de Florent Ibenge sont logiquement oubliés de la liste des favoris à la victoire finale, repêchés dans les derniers instants comme meilleurs troisièmes, personne ne pouvait miser sur un brillant parcours des Congolais dans ce tournoi.

UNE ENTRÉE DIFFICILE !

Ils commencent la compétition par le voisin Zambien et encaissent le but le plus rapide de la compétition, marqué à la première minute par Given SINGULUMA joueur du TP Mazembe.

Yannick BOLASIE va égaliser et permettre à l’équipe d’engranger le premier point dans cette phase des groupes.

Le prochain match est aussi difficile que le précédent, l’adversaire se nomme ‘Cap-Vert’, une équipe très solide qui venait d’accrocher la Tunisie. Les Léopards ne réussiront pas à bousculer les Nord-Africains, 0-0 sera la résultante finale. La qualification pour les quarts de finale devient compliquée, il faut sortir les calculettes pour examiner les chances de voir les coéquipiers de Cédric MAKIADI à l’étape suivante de la compétition. Les derniers matchs se jouent simultanément, la Zambie affronte le Cap Vert et la RDC est face à la Tunisie, le grand favori du groupe.

Menés au score dès l’entame de la partie, les Ibenge’s boys ont pu compter sur l’entrée fracassante de Jérémie BOKILA pour recoller au score. Tunisiens et Congolais se quittent sur le score de (1-1), pendant ce temps-là, le Cap-Vert concédait un nul vierge devant la Zambie ce qui offrit à la République Démocratique du Congo une miraculeuse qualification en quarts.

Puis arrive l’heure de vérité.

C’est un choc entre le deux Congo qui attend les amoureux du football africain en quarts de finale. Le Congo-Brazzaville avec Claude Le ROY à sa tête avait réussi à terminer leader de son groupe avec 7 points, deux de plus que la Guinée Equatoriale, pays hôte. Dans ce derby fratricide, les Diables Rouges ont une légère faveur de pronostics.

Avant la rencontre, le capitaine Youssouf MULUMBU livre une interview et déclare publiquement que « Nous pouvons perdre contre tout le monde mais pas contre le petit frère », une parole qui va servir de motivation et de confiance pour sa troupe ».

L’instant du match arrive, l’enjeu est grand et très grand même, Yannick Bolasie et Thievy Bifouma le savent bien. Les deux équipes choisissent de ne pas se livrer, la première mi-temps est équilibrée, pas de véritables situations de deux cotés, 0-0 à la pause.

Tout bascule au retour.

C’est au retour de la pause que le tournant du match va éclater, les Diables Rouges inscrivent deux buts coup sur coup ; le premier à la 54ème minute sur coup-franc et le second sur une erreur de KASUSALA à la 61 ‘me minute de jeu qui profite à Bifouma pour éteindre momentanément les espoirs du Congo-Kinshasa.

Yannick Bolasie pour la révolte

Comme d’habitude quand tout ne va pas, c’est Yannick Bolasie qui se distingue, le nouvel attaquant d’Everton à l’époque joueur de Crystal Palace fait une magnifique percée dans la défense brazzavilloise avant d’offrir un caviar à Dieumerci MBOKANI qui réduit la marque, 2-1, on ne joue que la 65ème minute.

Neeskens Kebano dans la continuité

Quelques minutes plus tard Florent IBENGE décide de lancer Neeskens KEBANO pour les dernières minutes de la partie, l’entrée de l’ancien parisien change totalement la donne, les Léopards reprennent les choses en main, Jérémie BOKILA d’une frappe imparable, remet les deux équipes à égalité. Deux buts partout, nous sommes dans le dernier quart d’heure du match ; Prince ONIANGE et ses coéquipiers sont dépassés par l’événement, ils ne peuvent plus faire grand-chose, car la machine du grand Congo était déjà en marche. 80ème minute, les voisins commettent une faute aux abords de leur surface, Neeskens se charge du coup-franc, son centre trouve la tête de Joël KIMWAKI pour la troisième réalisation RD Congolaise, Claude Le ROY n’en croit pas à ses yeux. Comme si cela ne suffisait pas, bien servi entre les lignes par le même Neeskens, Mbokani y va de son doublé à la dernière minute du temps règlementaire. 4-2 score final.

Un match référence

Les Léopards réalisent un exploit inédit; marquer quatre buts dans 25 minutes après avoir été menés par 2-0, il fallait le faire, héroïques, Cédric Mongungu, Chancel Mbemba, Issama Mpeko, Jean Kasusula, Cédric Makiadi, Jérémie Bokila, Yan Bolasie, Neeskens Kebano, Joël KIMWAKI, Robert Kidiaba, Nelson Munganga, Firmin Mubele, Cédric Mabwati… l’ont fait. La suite on la connait, un échec face à la Côte d’Ivoire en demi-finale et une médaille de bronze arrachée au pays organisateur.

FootRdc.com

Vous pourriez aussi aimer