Mercato : les transferts de Dark Kabangu et Arsène Zola au Maroc pourraient capoter (explications)

L’attaquant congolais, Dark Kabangu (28 ans), est attendu au Maroc pour signer son contrat avec le Raja Casablanca, après qu’il a résilié, à l’amiable, celui que le liait au FC Saint Éloi Lupopo. Mais jusqu’à ce jour, l’ancien Daringman traîne encore en réalité, en RDC, sa sortie est motivée par le stage des Léopards en Égypte. Le joueur pourrait ne même pas se rendre au Maroc, à cause d’une raison toute indépendante de sa volonté et de celle de son futur club.

L’accord avec le Raja est total, mais Dark n’a pas encore signé de manière officielle. Au Maroc, le règlement exige la présence physique du joueur à la signature du contrat pour que ce contrat tienne lieu. Pour mémoire, c’est sur Dark Kabangu que le dévolu des Aigles de Casablanca était tombé. Il était sur la même liste (des joueurs désirés par le Raja) avec Junior Mbele et Vinny Bongonga, deux autres attaquants congolais, passés par le Daring Club Motema Pembe. Kabangu est censé aller combler le vide laissé par son compatriote, Ben Malango, au Raja Casablanca.

Mais qu’est-ce qui bloque ?

Comme dit ci-haut, Dark Kabangu est toujours abonné au territoire congolais près de 3 semaines après l’annonce de son départ au Maroc. Le joueur est bloqué parce que les frontières marocaines sont fermées, fermées à tous les vols étrangers. Toute entrée d’un corps étranger est interdite au Maroc. C’est dans l’optique de lutter contre le variant Omicron du Covid-19. Ceci dit, Dark Kabangu est prié de prendre son mal en patience, et court du reste, un gros risque.

« Les autorités marocaines ont décidé de prolonger la suspension de tous les vols de passagers de et vers le Maroc jusqu’au 31 janvier 2022 », informait il y a quelques jours, l’Office National des Aéroports (ONA), l’équivalent de la Régie des Voies Aériennes (RVA) au Congo. Cette fermeture des frontières ne s’applique pas qu’aux aéroports mais à toute autre voie d’accès sur le territoire marocain. Cela jusqu’au 31 janvier 2022, un jour après la clôture du mercato hivernal.

Le transfert pourrait être annulé !

À l’heure actuelle, toutes les hypothèses sont envisageables. Dark Kabangu pourrait ne pas jouer au Raja Casablanca cette saison, d’autant que le mercato hivernal s’ouvre officiellement au Maroc le 15 janvier 2022 et se referme le 30 du même mois. Ce qui veut dire que, jusqu’à la dernière minute du mercato, Dark Kabangu ne sera pas au Maroc sauf autres alternatives…

Allons-nous vers une annulation de ce transfert ? Cela a tout l’air et ça se murmure. À Lubumbashi, Lupopo sait qu’il pourrait revoir son serial buteur porter le maillot Jaune et Bleu avec lequel il a inscrit 5 buts en Linafoot cette saison. Selon nos informations, les dirigeants des Cheminots envisagent déjà la réintégration de Dark Kabangu dans l’effectif, et trouveront des arguments probablement autres que les vrais, pour justifier ce retour. C’est un dossier à suivre !

Qu’en est-il du K Zola ?

Dark Kabangu n’est pas le seul congolais à vouloir rejoindre le Maroc. Son compatriote, Arsène Zola, attend lui aussi, accéder sur le territoire marocain, afin de jouer à la Renaissance Berkane, tout en appartenant au Sporting Club Chabab Mohammédia. Que va-t-il se passer pour lui ? Une situation délicate, mais un petit peu différente de celle de Kabangu Kadima.

Zola a une chance de jouer au Maroc dès cette saison. Invraisemblable et improbable que cela puisse paraître, le joueur aurait déjà signé son contrat avec le club marocain de Chabab Mohammédia, apprend en exclusivité notre rédaction. Tout se serait passé en Août 2021, lors du dernier stage du TP Mazembe, au Maroc.

Les Corbeaux avaient établi leur quartier général dans la ville de Mohammédia, là même où se trouve le club de Chabab Mohammedia. Dans la discrétion la plus totale, Arsène Zola voyant s’approcher la fin de son contrat avec le TP, aurait, selon nos sources, paraphé un contrat de 3 saisons avec le Chabab, contrat tenu secret jusqu’à ce jour telle une affaire d’État. Si ça se trouve, Zola a donc la possibilité de rejoindre au Maroc une fois les frontières ouvertes, sans avoir à faire beaucoup de formalités.

Isaac B’ampendee

Vous pourriez aussi aimer