Femmes de Sports : Carine Ayom, parcours de la seule femme arbitre en Linafoot (portrait)

Date:

Carine Ayom, pour la plupart des amateurs du football en RDC, ce nom ne leur dit, probablement, pas grand-chose. Cependant, il s’agit d’une des rares arbitres congolaises internationales. Cette dame, du haut de ses 30 ans, rêve de franchir les derniers paliers pour s’installer dans le gratin du football mondial. De ses débuts timides, il y a 5 ans, elle a surmonté toutes les étapes pour devenir la référence de l’arbitrage féminin et un des éléments sur lesquels compte la RDC, chaque saison.

À ce jour, elle compte parmi les arbitres congolaises qui ont sifflé le chaud bouillant derby de Kinshasa entre l’AS Vclub et DCMP. FootRDC a interrogé ses collègues, un journaliste et s’est plongé dans la carrière de l’étoile de l’arbitrage féminin au Congo.*

Ses débuts en arbitrage et l’obstacle familial

Carine Ayom Ampur, de son nom complet, débute en arbitrage en 2016. Cette année-là elle suit une formation d’arbitrage à Kinshasa au Centre Lodja. « Carine et moi nous connaissons depuis 2016, nous sommes de la même promotion lors de la formation d’arbitrage. C’est une personne qui a du caractère, » se souvient Soleil Lusamba, docteur dans la vie et arbitre sur les terrains de football.

Elle réussit alors ses tests avec brio et travaille sa première année à Malebo sous la casquette de nouvelle stagiaire. Thierry, arbitre de l’Entente de Football de Kinshasa a côtoyé Carine Ayom à ses débuts. « Après un an, elle et moi avons été choisis comme révélation de l’année. Ensuite, elle est passée internationale grâce à ses aptitudes, car chez les dames la RDC n’avait pas assez de représentation. L’opportunité est venue et elle a su la saisir, témoigne-t-il.

En 2017, soit un an seulement, après sa formation, elle devient arbitre internationale. Son ascension n’en finit plus, la Linafoot se jette sur l’aubaine et lui accorde depuis 2018. À ainsi lire son histoire, on croirait que tout fut rose pour celle qui s’est inspirée de Marthe Sakobo, une autre doyenne dans l’arbitrage féminin congolais. Il n’en fut rien. En 2019, Carine Ayom expliquait à Actualité.cd ses débuts.

« J’assistais aux matches qui se jouaient au stade du 20 mai à Kalamu. Je voyais de quelle façon Marthe arbitrait les rencontres. Cela me plaisait beaucoup. Je me suis alors lancé le défi de vaincre les rumeurs selon lesquelles les arbitres congolais n’ont pas d’avenir dans le métier. Au départ, mes parents et mes frères ne voulaient pas me soutenir. »

En 2019, le 29 avril, sa carrière nationale prend une nouvelle tournure quand la Linafoot lui attribue le choc entre Vclub et DCMP (victoire 2-1 pour les Moscovites). « Après que j’aie arbitré un match opposant VClub au DCMP, tous les membres de ma famille sont devenus mes fans, » confiait-elle.

Une arbitre ambitieuse

Dans le gratin du football national, Carine Ayom sait pourtant combien il est difficile de sortir la tête de l’eau dans le sport en RDC. « Souvent victime d’injustice et conséquence, on ne la désigne pas suffisamment » analyse Jean de Dieu Mukendi. Au pays, les arbitres vivent en dépendance des primes des recettes des matchs. Il n’est pas rare que les arbitres femmes fassent objet de cibles d’attaque des supporters. Malgré tout, Carine garde le cap.

« Quand nous sommes sur terrain, nous faisons une lecture du jeu. Lorsqu’un joueur ou un gardien possède le ballon, j’anticipe son action. Je connais à l’avance quelle sera la destination du ballon et je prévois une réaction ou une sanction. Je gère tout, » explique Carine Ayom.

En compagnie de Marthe, elle s’entraîne sans relâche, trois heures par jour, et bouquine les textes de la FIFA. « C’est une grande professionnelle, elle maîtrise les Lois du Jeu et se met au point physiquement, » témoigne sa collègue Soleil Lusamba. « Elle a du caractère, quand elle est sur le terrain, elle sait ce qu’elle fait. Ses ambitions et sa détermination l’ont amené où elle est aujourd’hui. Je me souviens que quand on était en formation, elle voulait devenir internationale dans trois ans, elle l’a fait, » résume Thierry. 

« Elle est l’équivalent de Jean-Jacques Ndala chez les dames, » estime sans ombrage Jean de Dieu Mukendi, journaliste sportif à la RTNC, lui qui suit depuis des années les performances de Carine. Cette comparaison permet de mesurer l’estime que le paysage sportif accorde à Ayom. J-J. Ndala étant le seul arbitre central international en RDC.

Pour Carine, la Linafoot ne suffit pas. « Un arbitre national se limite à officier des matches de la Linafoot et peut faire des déplacements uniquement dans le pays. » Si au début de sa formation elle rêvait de siffler Vita-Imana, elle en veut plus aujourd’hui, l’appétit venant en mangeant. Deux fois meilleure arbitre de Kinshasa et une fois deuxième meilleure arbitre de la RDC, que peut-elle chercher de plus ?

Quel avenir pour Ayom ?

Arbitre national, international ? Carine Ayom a encore des objectifs à atteindre. Dans les statuts de la FIFA, elle veut devenir arbitre FIFA Elite A, c’est le sommet du niveau mondial. « Un arbitre international peut être sollicité pour arbitrer des rencontres au sein du pays et partout dans le monde, il peut aussi être officiel de la Coupe du Monde, » affirme-t-elle. Pour les prochains challenges, la Coupe du Monde féminine U20 pointe à l’horizon, absente de la première édition de la Ligue des Champions féminine, Carine Ayom a déjà noté la prochaine édition sur son calendrier.

Aujourd’hui quand on parle arbitres féminins en RDC, il y a Carine Ayom, qui dirige très souvent des matches internationaux. Elles ne sont que trois, deux à Kin et une à Lubumbashi. Elle s’inscrit dans la lignée des Marie-Agnès Makengi alias Mere Malou, la femme du Feu Ndaye Mulamba, de Bonda Nzeko, Solange Lulendo et Geneviève Lukusa (Instructrice CAF et FIFA), de grands noms de l’histoire de l’arbitrage en RDC. Et l’histoire de Carine Ayom n’est pas finie d’être écrite.

Dates clés de la carrière de Carine Ayom

  • 2016 : formation et début dans l’arbitrage 2016 : arbitre fédérale de la FECOFA  2017 : arbitre internationale FIFA
  • 14 février 2018 0-0 : premier match national RCK vs AS Vclub 2018 : premier match international entre le Malawi et au Mozambique 11-0
  • 29 avril 2019 : derby entre Vclub et DCMP (2-1)

*ce portrait a été publié en novembre 2021. FootRDC le remet à jour pour sa série Fémmes de Sports

Iragi Elisha


En savoir plus sur Foot RDC

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related

Élie Mpanzu, le présent et l’avenir de l’AS VClub (Portrait)

Auteur de plusieurs performances remarquables avec l’AS Vita Club,...

Mondial U20 : Carine Ayom désignée pour arbitrer un choc des éliminatoires

La CAF a désigné Carine Ayom pour diriger le...

Carine Ayom, le sifflet congolais qui retentit dans la discrétion (Portrait)

Carine Ayom, pour la plupart des amateurs du football...