Edito : Le temps donne raison à Meschack Elia.

Date:

La légendaire phrase « l’avenir nous donnera raison », a un souvent un double sens, compris qu’à moitié. Elle passe pour combler les faiblesses de ceux qui ont tort sur le moment, ceux sur qui s’acharnent les critiques, et les « tu n’aurais pas dû ». Aussi ambiguë et voltige puisse-t-elle être car mesurant la survenue des événements sur des incertitudes, la phrase est devenue mythique à travers les époques, et rien n’a osé lui enlevé ce caractère réel. Pour ce qui nous concerne, un joueur a été choyé par l’extrême réalité dudit dicton, Meschack Elia.

Puisque c’est de lui qu’il s’agit, l’importance d’un aperçu historique des événements traversés n’est nullement bon à rien. Aujourd’hui souriant match après match à Young Boys, l’international congolais, a dû l’attendre, l’espérer, dans les circonstances où tout indiquait son tort, et la conséquence irascible de ses décisions. Parti du TP Mazembe en Août 2019, pour le RSC Anderlecht, Meschack posera un acte incongru, dont il était le seul à comprendre à la fois l’opportunité et la nécessité. Attendu pour signer son contre avec les Mauves belges, après son essai convaincant, le joueur disparaissait dans la nature, et devient la bête noire de la presse. En Belgique, il est accusé d’un comportement indigne, au Congo, les analyses versent toute l’eau chaude sur l’attaquant vainqueur du CHAN 2016 et sur sa carrière. Pendant plusieurs semaines, personne ne sait où se trouve le joueur, et Anderlecht l’oublie.

Un saut dans le vide, mais le pied sur un endroit sûr.

Insatisfait du contenu de contrat proposé par Anderlecht, d’après son agent, Meschack décidait de quitter la Belgique subrepticement. Et les rumeurs allaient dans les horizons, il serait en Suisse, à Berne, il serait chez sa sœur en France. Le manager du TP Mazembe révèle qu’il était en Suisse à la recherche d’un asile politique… Des mois passent jusqu’à l’approche de la fin de l’année 2019, et toujours pas de nouvelles. Il a préféré la pénombre en attendant le passage de cette vicissitude médiatique, il souffle à ses plus proches où il était, Footrdc.com avait pu entrer en contacts avec un d’entre eux, et confirmer que le joueur était bel et bien en France, et s’entrainait dans une stricte clandestinité.

Pendant ce temps, le TP Mazembe s’impatiente. La direction des Corbeaux va rapidement déposer une plainte contre son ailier, auprès de la Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA), et la sentence qui en découlera, est une pilule dure à avaler. 12 mois de suspension, le joueur est privé de tout droit de jouer officiellement au football, de s’engager avec un club. L’étau se resserre autour d’Elia. Mais son agent est un vieux rodé à ce genre de combat administratif, il ira à la FIFA pour défendre les intérêts de celui qui est déjà vu comme un enfant prodigue, qui récolte les résultats inouïs. Comme dans ses habitudes, la FIFA fait passer la carrière des footballeurs avant toute autre chose. Meschack Elia sera réhabilité et autorisé à jouer avec le club de son choix. La FECOFA et le TP Mazembe se grattent la tête, et Young Boys préparait le coup parfait en sourdine.

Puis vint la raison d’avoir risqué !

C’est toujours difficile pour un footballeur d’aller au clash avec son ancien club et se tirer indemne, sans voir sa carrière connaître quelques égratignures. Elia Meschack était logiquement exposé à ce danger, en partant d’Anderlecht contre le volonté du club, en reniant son contrat signé au TP Mazembe. Il faillait du courage pour avancer sur ce terrain pernicieux, il a l’a bien tenté, et aujourd’hui il peut se dire qu’il a eu raison de ne s’être pas soumis aux réalités contraignantes jaillissant de la complicité entre les deux clubs précités, bien que le verdict rendu par la FIFA ait comme souvent été provisoire.

Mi-février 2020, quelques heures seulement avant la clôture du mercato hivernal en Suisse, Meschack Elia signe un contrat de 4 ans avec le FC Young Boys, l’un des plus grands clubs de ce pays, habitué aux compétitions européennes, et à jouer le haut du tableau dans son championnat. Satisfait du dénouement heureux d’un dossier qui aurait pu l’enterrer, l’ancienne vedette de Kamalondo entame timidement son aventure chez les jaunes et noirs. Pendant qu’il s’apprête à prendre l’élan, surgit Coronavirus et le football est brusquement suspendu en Europe et dans le monde. Depuis la reprise, Elia s’affirme progressivement au sein du club qu’il a recruté pour relayer Roger Clever Assale, un autre ancien du TP Mazembe prêté avec option d’achat à Leganes, en Liga espagnole. Le congolais a vite retrouvé ses marques et fait déjà le bonheur des fans de Young Boys qui suivent les rencontres depuis leur salon. Son talent lui a permis de débuter deux fois comme titulaire, de marquer deux buts et d’en faire marquer autant à ses partenaires. Young Boys est bien parti pour jouer la Ligue des Champions de l’UEFA à défaut du titre amplement disputé avec Saint-Gall, et Elia est aux anges, de quoi oublier le temps passé dans l’incertitude, et profiter pleinement des conséquences positives de sa décision risquée.

Isaac Bampendee / Footrdc.oom


En savoir plus sur Foot RDC

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

1 COMMENTAIRE

Les commentaires sont fermés.

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related

Jouer et parier : comment le casino Spinanga transforme l’expérience des fans de football

Quand on pense aux jeux en ligne, Spinanga revient souvent. Mais...

Lupopo : Patou Kabangu, Junior Bayano et Massamba Kiese dans le lot des joueurs libérés (Officiel)

Via ses réseaux sociaux, le FC Saint Eloi Lupopo...

Mercato: Florent Ibenge veut Jepheté Kitambala à Al Hilal

Soucieux de renforcer son secteur offensif, en vue performer...

Mercato : Joël Beya quitte le TP Mazembe et signe au Maroc (Officiel)

Le TP Mazembe a officiellement annoncé le depart de...