Le maillot des leopards de la RDC déjà piraté

A peine dévoilé, le maillot de la sélection nationale de la RDC est déjà piraté. Les contrefacteurs n’ont pas attendu deux semaines de plus pour se saisir de son nouveau design. Cette vareuse des Léopards conçue par l’équipementier irlandais O’Neills pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2019), est déjà à vendre dans plusieurs coins de Kinshasa alors qu’elle n’est pas encore officiellement lancée sur le marché.

Les photos mises sur le net ont suffi pour permettre à ce que ces contrefacteurs de se saisir de son design et de le reproduire sans autorisation.

Les choses sont allées très vite pour les vendeurs des équipements sportifs congolais. Ils ont réussi en un temps record à mettre sur le marché kinois le tout nouveau maillot de l’équipe nationale de football de la  RDC .
Les contrefacteurs se sont saisis de son design à l’issue de la rencontre entre le président de la République Félix Tshisekedi et le président de la fédération congolaise de football (Fecofa) Constant OMARI la semaine dernière.  

Comment démanteler ce réseau ? 

C’est certes une mauvaise pratique à décourager. Sauf que malgré l’attachement des Congolais à ce sport roi et leur souci à vouloir contribuer à son développement, cela s’avère très difficile. Beaucoup de facteurs contribuent à l’essor du marché de la contrefaçon en Rdc. Le faible pouvoir d’achat qui ne permet pas aux citoyens lambdas de se procurer les produits originaux, l’absence des Shop agréés où l’ont peut trouver ces équipements entre autres. 

Aussi, le flou entretenu dans ce partenariat entre Fecofa et la marque irlandaise, équipementier officiel des Léopards football. Selon l’organe faitier du foot congolais, O’Neills ne donnerait rien au Onze national congolais. C’est ainsi que beaucoup d’analystes estiment que rien ne vaut la peine de l’aider aussi dans ce sens. Car il apparaît qu’il se fait de l’argent sur les têtes des joueurs sans être inquiété.  » Nous sommes dans un cadre où un voleur est volé », a glissé un chroniqueur sportif sous couvert d’anonymat. 

Bahati KASINDI/Sunriserdc

Vous pourriez aussi aimer