TP Mazembe : Les vérités de Landry NTANKEU après la résiliation de son contrat.

Dans les heures qui ont suivi l’annonce officielle du TP Mazembe sur le départ de Landry NTANKEU, la rédaction de Footrdc.com a rencontré le joueur à Lubumbashi pour en savoir un peu plus. Le camerounais n’a passé que quelques six mois chez les Corbeaux, alors que son contrat tenait sur une année. Ce mercredi, Landry NTANKEU nous a accordé une interview exclusive, dans laquelle, il est revenu sur sa courte aventure au TP mais surtout les raisons de son départ.

Voici les lignes importantes.

Landry NTANKEU sur son arrivée « C’est le directeur Régis Laguess qui m’a appelé. C’est quelqu’un que je connaissais depuis tout jeune. À l’époque, il m’a dit que Mazembe avait besoin d’un attaquant et qu’il avait pensé à mon profil. Et j’ai accepté, c’est ainsi que j’ai quitté l’Algérie pour venir au Congo« .




Ses premiers jours au sein du club « En me recrutant, le club ne m’avait jamais dit que je passerais un test, ce n’est qu’à mon arrivée, qu’on me l’a dit. Bon, j’ai passé mon test pendant un peu plus de deux semaines. J’ai convaincu le staff technique et j’ai signé un contrat d’une année avec une autre en option ».

Son intégration ; « J’ai su rapidement m’adapter au climat de l’équipe. Dix jours après ma signature, j’ai été affilié pour disputé la Ligue des Champions. J’ai fait le stage d’Algérie avec l’équipe, j’ai joué quelques minutes à Setif, puis un bon match à domicile contre les Marocains où j’ai d’ailleurs provoqué un penalty ».

Son aventure dans l’équipe « Après les deux matchs de Coupe d’Afrique que j’ai joués, je n’ai plus été convoqué jusqu’à l’élimination du club. On a tout fait pour tuer mon moral. Le premier match du championnat contre Lubumbashi Sport, j’étais convoqué parmi les 18. Quand j’ai pris le véhicule pour aller à Futuka (Lieu d’internement du TP Mazembe), on m’a appelé pour me dire que j’ai été retiré au dernier moment. J’ai demandé pourquoi ?, on a raconté des ambiguïtés et j’ai laissé tomber. Quand le club devait se rendre à Kinshasa jouer ses trois matchs (Renaissance, Rangers, DCMP), le coach m’a rassuré que je voyagerais avec l’équipe, mais au finish sur les 23 retenus, mon nom ne figurait pas. Ça commençait à m’énerver. Pire encore, contre Lupopo, c’est encore le coach qui me dit que je serais dans l’équipe de départ, à ma grande surprise je n’étais même pas sur le banc de touche. J’ai parlé avec quelqu’un de l’administration, il m’a clairement dit que le club voulait se débarrasser de moi ».

La séparation « Quand toutes ces choses se sont produites, je suis allé voir le manager, j’ai lui ai soumis mon vœu de quitter le club. Il ne l’a pas tout suite accepté, j’ai insisté, puisque je ne pouvais pas continuer dans ces conditions. C’est ainsi qu’ils ont finalement compris et m’ont transmis cette lettre de résiliation de contrat, les frais de transport et un mois de salaire ».

Ce que représente Mazembe « C’est un grand club, mais ce n’est pas le Real Madrid, où l’on peut être content même lorsqu’on ne joue pas. Moi je suis un joueur professionnel, je veux jouer des matchs, c’est mon travail. J’ai même reçu une pré-convocation de l’équipe A du Cameroun. Le sélectionneur a insisté sur mon temps de jeu, et moi je pouvais pas me contenter du statut du club et rester tout le temps sur banc de touche ou dans les tribunes. J’ai décidé d’aller voir ailleurs ».

Le traitement « À Mazembe, il y a beaucoup de choses qui se passent, les gens l’ignorent. Aujourd’hui c’est plus facile pour la presse, les sportifs de dire que je n’étais pas au niveau de l’équipe. Mais personne ne sait dans quelles conditions je vivais. J’étais au local de l’équipe, sans véhicule pour mes déplacements. J’allais aux entraînements dans le transport en commun. Parfois je ne recevais pas de primes comme les autres joueurs. Tout ça m’a affecté psychologiquement au point que je ne pouvais bien m’exprimer sur terrain. Si Mazembe est venu me chercher, c’est parce qu’il m’avait trouvé important. J’ai fait quelques matchs de la Champions League, aujourd’hui je ne peux jouer la Linafoot. C’est quoi le message que le staff technique veut faire passer ? C’est dire que la Linafoot est très élevée que la C1 CAF. Je ne le crois pas ».

Son sentiment « Je suis quand même très déçu ! Moi je tenais beaucoup à s’imposer dans cette équipe. Dommage, on a tout fait pour me mettre à l’écart. Même les deux camps aux entraînements, je restais toujours sur le banc. L’équipe à Kinshasa, je reste m’entraîner avec Don Bosco, là encore je suis toujours réserviste. J’ai fini par comprendre qu’ils se foutaient de moi ».

Le futur de Mazembe « L’équipe gagne des matchs, tout le monde a l’impression que tout va bien, pourtant, à l’Interne c’est vraiment lamentable (gestion de l’équipe). Ce que je vous dit aujourd’hui, beaucoup de joueurs vous le diront après moi. Car je suis convaincu qu’avec cette manière de faire les choses, Mazembe va perdre des joueurs. C’est un grand club mais qui ne sait pas traiter convenablement ses athlètes. Voilà ce que je pense« .

La suite de sa carrière « Je viens de partir du club, c’est vrai qu’il y a des contacts, je les garde d’abord pour moi-même. Je ne saurais rien vous dire pour le moment d’autant qu’il n’y a rien de très concret jusque là.«  a conclu Landry NTANKEU au micro de Footrdc.com.

Footrdc.com

Laisser Un Commentaire

FootRDC Disponible sur Google Play Store Telecharger Ici

vous pourriez aussi aimer