CHAN 2022 : la RDC peut-elle remporter le trophée ? (Avis de la rédaction)

Ce vendredi, s’allument les lampions de la 7ème édition du Championnat d’Afrique des Nations. Comme de coutume, le pays hôte ouvrira le bal. Le duel Algérie-Libye pour lancer la compétition réservée aux joueurs évoluant dans les championnats de leurs pays d’origine. La République Démocratique du Congo est bien présente à cette fête. Quand on s’appelle RDC et qu’on joue le CHAN, on ne peut viser moins que le titre. Le poids de l’histoire impose à lui seul l’objectif même lorsque les principaux acteurs doutent de leurs moyens.

Mais cette RDC du sélectionneur Otis Ngoma peut-elle remporter le CHAN ? La rédaction de Foot RDC a répondu à cette question. Chacun avec son pronostic sous-tendu par un argumentaire propre, nos rédacteurs ont posé les forces de la RDC sur la balance pour en ressortir la conclusion sur ce qui peut être son sort à ce tournoi.

Un pessimisme osé face à un optimisme dosé !

Pour commencer, Marco Emery ne voit pas « la RDC remporter le Championnat d’Afrique des Nations ». Pour lui, les groupe des Léopards est « habité par des joueurs de talent, tandis que le collectif pose problème ». Hans lui, ne voit pas les choses de la même manière. « Je pense que la RDC a tous les arguments pour remporter cette édition », puisque croit-il, « contrairement à l’édition passée, c’est un groupe plein d’envie et de talent qui est en Algérie ». Mais ce n’est pas tout ; « À chaque fois que les Congolais ont remporté cette compétition, ils n’étaient pas attendus », ajoute Hans, appuyé par Germain ; « Avec le palmarès et l’identité que la RDC s’est déjà offert dans cette compétition, les attentes sont toujours élevées. Et je vois une équipe des Léopards pleine d’envie ».

Des avis croisés et opposés

« Jamais deux sans trois » aborde Iragi, allusion à une éventuelle troisième étoile de la RDC au CHAN. Même si « la sélection de 2023 est probablement la moins talentueuse de l’histoire de la RDC au CHAN, mais ça n’en fait pas une des plus attendues », décrit-il. Isaac pense également que, « Selon toute logique, la RDC va s’autoriser une nouvelle fois à jouer pour le titre. Son lien avec le CHAN est imprenable ».

Néanmoins, des problèmes majeurs poussent Isaac à douter ; « … Il y a en plus ce collectif sur lequel la touche d’Otis Ngoma ne semble avoir aucune emprise, du moins sur ce qu’on a vu. Mêler à ça une préparation entortillée de plusieurs aléas. Tout compte fait, la RDC n’est pas à mon avis armée pour décrocher l’or. » Le collectif, un problème visiblement réel. « Les victoires en amical cachent un tableau sombre d’un collectif hétérogène. Il n’y a qu’à voir comment le staff joue à tâtons. Jusqu’à présent, aucun 11 type » soutient Marco Emery. Pour Germain, cela ne va empêcher l’équipe de faire sa compétition. « Bien que la mayonnaise n’ait pas encore pris forme (parlant du collectif), je vois la sélection congolaise aller loin dans cette compétition, car la motivation qui accompagne ce groupe peut faire la différence »

La RDC et son devoir de mieux proposer

« La culture de la gagne oblige la sélection à aller jusqu’au bout » insiste Iragi, qui après avoir analysé l’équipe poste par poste constate que, « la RDC n’a pas un gardien incontestable, la défense est expérimentée, le milieu assez homogène, mais l’attaque ne me rassure pas. La polémique sur la non-sélection de Muaki Horso résume cette inquiétude. » En dépit de tout ça, la RDC ne manque pas d’arguments.  » Les Léopards ont des individualités nécessaires pour satisfaire aux attentes », dit Germain, en contradiction avec Isaac.

« Un regard global, entre adversaires et prétendants, permet de nuancer et de placer la RDC parmi les trois favoris, avec l’Algérie et la Côte d’Ivoire. L’idée de l’équipe la plus titrée jouera dans le moral » se convainc Iragi. Pour le jeu, poursuit-il : « Otis Ngoma est un tacticien qui oblige son équipe à jouer même si les ailes auront un rôle prépondérant dans le parcours de l’équipe. »

Footrdc.com

Vous pourriez aussi aimer