Edito : TP Mazembe, ce club mythique au palmarès mirifique

Date:

Au sud de la République Démocratique du Congo se loge un club, différent des autres. Grand par son nom, prestigieux par ses empreintes au pays et sur le continent.

Rien n’est plus beau que les voir jouer, nul ne trouve plaisir à ses fins qu’en supportant ces héroïques Corbeaux, des vaillants guerriers caractérisés par une indéniable envie de gagner et de porter plus haut l’étendard de leur club.

Mazembe est incroyablement une équipe légendaire, coagulée sur la seule ambition de gagner encore et toujours, des matchs et des trophées.

Les fruits de la patience, du travail bien accompli !

Parsemée d’embuches et d’opposition, la voie du succès a longtemps dissimulé son issue au club Congolais. Rien de tout ça n’était fait pour voir Mazembe sur une telle hauteur, entre échec et consternation, déception et angoisse, l’équipe a dû tenir mordicus à la règle suprême de la vie « ne jamais abandonner, quels que soient les obstacles du parcours » celle-ci est devenue à travers les temps une incontournable dans le vécu quotidien des soldats Noirs et blancs. Aimer le bonheur implique aimer les épreuves qui le précèdent, nul ne peut prétendre aimer le premier et en vouloir au second. Si peu de choses seulement se définissent par ce que croient les supporteurs du monde entier, c’est à cause du caractère irréversible que revêt la réalité de ce sport.

Dans tous les domaines de la vie, Une histoire s’écrit, un bonheur se recherche, une légende se forge, parfois dans les remuants sacrifices et la grande patience. Mazembe connait toutes ces sentences, et en a fait bon usage, c’est dans la patience et l’espoir que le plusieurs fois champions d’Afrique a tranquillement bâti son règne.

De l’ombre à la lumière, du ridicule au sublime, de l’anonymat à la grande renommée ; le Tout puissant Mazembe se sera soumis à tous les principes qu’imposent la gloire. Les résultats sont alors plus que probants, ils apportent satisfecit à quiconque les attend, ramènent de l’éclat perdu, ravivent les cœurs de ceux qui se trouvent largués dans le désespoir. Mazembe est bien plus qu’une formation ordinaire, c’est un symbole de réussite, une image incontestée du renouveau, le socle d’une gloire inflexible, la fierté d’un peuple nombreux, une étincelle qui illumine tout un continent obscurcit par les revers de sa propre identité. Plusieurs mots alternent pour décrire ce que représente la tiaffe amenée par le génie Lushois dans le football africain, le superlatif lui-même se trouve dénué d’intensité qui atteigne aisément les dimensions survolées par les exploits des bandiaguenas. Mazembe c’est tout simplement mythique et mirifique.

Moise Katumbi un homme a fait renaitre l’équipe de ses cendres

Un homme a longtemps milité pour cette brillante renommée. Moise Katumbi, président exemplaire, un sportif né, enthousiaste et dévoué, ami de l’excellence, ancré dans une indescriptible volonté de relever ce qui s’écroule et redresser ce qui se courbe. L’homme arrive à la tête du TP vers la fin des années 90, il se laisse obséder par l’idée de redorer l’écusson d’un club presque dans la rue. Les universelles difficultés du début soufflent sur lui et étouffent sérieusement ses ambitions, jugées démesurées. Son insoutenable motivation subsiste, les années passent, Mazembe ne décolle toujours pas. Katumbi ne cède pas au découragement.

Au fil des années, il devient un véritable dirigeant sportif engagé sans repli ni relâche à la constance de son équipe de cœur. Entre 2003 et 2007, il recrute plusieurs joueurs talentueux qui deux après, sonneront la trompette du triomphe, déclencheront le cycle infernal d’une conquête illimitée. C’est le résumé de la source du précieux présent que savourent les Corbeaux actuellement. Il n’est pas tombé du ciel, le travail l’a forgé.

Un homme y aura activement contribué. Moise Katumbi, celui dont la mémoire ne sera jamais oubliée par les supporteurs du club de la capitale cuprifère. Il aura fait renaitre l’équipe de ses cendres, l’a stabilisée et l’a structurée de manière la plus appréciable qui soit. Il a tous les mérites d’un dirigeant hors ligne, au-delà du stade moderne qu’il a légué à ses héros, il a également fondé un centre de formation digne de ce son nom, de quoi garantir le futur du club africain de la dernière décenie.

TP MAZEMBE, une équipe mythique au palmarès mirifique !

La victoire est l’absolu d’un match de football, gagner c’est tout ce que les 22 acteurs se mettent à cœur sur l’aire de jeu, mais ils ne peuvent tous y arriver. Dans cette lutte acharnée pour la victoire, les trophées, l’honneur et le succès ; le TP Mazembe s’affiche comme le grand vainqueur, les choses qu’il a démontrées font de lui une référence sur le continent.

Tout commence en 1967, Mazembe remporte son premier titre continental, un titre qui en appellera un autre une année après. C’est là que la gloire d’un club de l’Afrique noire traverse les zones, supplante les sceptiques et fait fléchir les haters. Le coup du sort va reléguer les Congolais dans l’oubli avant qu’ils ne refassent surface dans les années 80 avec une couronne. Plusieurs années après, l’envie de gagner et l’amour des titres transforment les Corbeaux en véritables lions qui sèment terreur et affliction partout où ils passent.

2009, Mazembe est aperçu sur le toit de l’Afrique, alors que la Ligue des Champions était l’apanage des clubs du nord de l’Afrique principalement les deux tauliers Egyptiens (AL Ahly et Zamalek), les Congolais établissent une contrescarpe, s’adjuge l’usufruit de cette compétition tant convoitée.

 

2010, c’est un doublé historique que réalisent les Corbeaux alors entrainés par le Franco-Sénégalais LAMINE NDIAY en surclassant les Espérantistes de Tunis en finale. Ce sacre est la preuve d’une domination sans partage des Congolais sur le continent, qui se conclura par une place finale au mondial des clubs, Mazembe devient ainsi le premier club non-européen, non issu de l’Amérique latine à se hisser à cette étape de la compétition. Bien plus qu’un exploit, c’est une histoire qui s’est écrite à Abou Dhabi.

 

2015, Roger ASSALE, Ali Buana SAMATHA et Rainfort KALABA ajoutent une cinquième étoile sur le maillot noir et blanc. En finale l’USM Alger se plie devant la force et la révolte des Corbeaux. Cinq Ligues des champions, c’était déjà stratosphérique. Gagner encore et toujours s’étant incrusté dans l’ADN du Club, Mazembe n’abandonne pas, ne recule devant rien.

 

2016 et 2017 sont d’ores et déjà des années indélébiles dans le vécu du club, elles ont ajouté des nouveaux trophées majeurs à un palmarès déjà extraordinaire et tout est devenu vertigineux ; Une coupe des vainqueurs des coupes, trois super-coupes d’Afrique, cinq ligues des champions, deux coupes de la confédération, vice-champion du monde des clubs, c’est absolument mirifique pour le club Congolais.

Avec cette ahurissante histoire à raconter sur le continent, des supporteurs prêts à naviguer entre l’austérité et la relance (parlant des émotions), des infrastructures modernes, un palmarès qui crée de la stupéfaction aux âmes insensibles, Mazembe reste une équipe bien stable qui s’est imposée à travers les époques comme une incontestable écurie qui incarne le succès et inspire les touts modestes à croire en un avenir radieux.

TP Mazembe, Un club solide, redoutable qui marquera à jamais l’histoire du football continental et intercontinental.

Félicitations et Longue vie aux Corbeaux.

L’Edito de Isaac B’ampendee pour footrdc.com


En savoir plus sur Foot RDC

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

4 Commentaires

Les commentaires sont fermés.

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related

Linafoot : Maniema Union punit Mazembe et remet le suspense pour le titre

L'AS Maniema Union a réussi l'exploit de faire tomber...

Linafoot : Lupopo et Mazembe sévèrement frappés après les incidents lors du derby

Le Comité de gestion de la Ligue Nationale de...

Linafoot : Dauphin Noir boit la tasse à Kamalondo devant le TP Mazembe

L'AS Dauphin Noir a subi la correctionnelle samedi 18...

Coupe du Congo : disqualifié, le TP Mazembe contre-attaque

Disqualifié de la Coupe du Congo, par le Comité...