FIFA : Infantino et son génie infantile proposent 14 millions pour sauver les joueurs impayés

D’ici le 7e mois de l’année, la Fédération Internationale de Football Association compte débloquer un fonds à hauteur de 14,6 millions d’euros pour assurer du soutien financier aux joueurs en cas de salaires impayés. Une annonce faite à Zurich (Suisse, siège de la FIFA) mais, les vraies questions qui se posent sont de savoir suite à quoi cette annonce est tombée ? qui sont les bénéficiaires réels de ce fonds ? Et comment en bénéficier ?

Parmi les réponses, l’on notera que la création de ce fonds, financé uniquement par la FIFA, fait suite à un accord entre la Fédération Internationale et la Fédération International Des Associations des Footballeurs Professionnels (FIFPROP) donc le syndicat mondial des joueurs.

Plusieurs rapports récents, dont celui de cette corporation, « attestent de la profusion de cas de salaires impayés partout dans le monde », explique la FIFA dans un communiqué. Ce qui est bon à savoir sur l’utilité de ces 14 millions et demi, c’est que dans l’ensemble, c’est insuffisant pour atteindre les revenus réels de tous les joueurs qui se trouvent dans cette situation. Mais, il pourrait tout de même « constituer un important filet de sécurité ». À en croire les raisons avancées par le président de l’instance faîtière du football, « cet accord et notre engagement à venir en aide aux joueurs en difficulté montrent de quelle manière nous concevons notre rôle d’instance dirigeante du football mondial. Nous sommes aussi là pour aider ceux qui en ont besoin ». Tels sont les propos de Infantino, reproduits fidèlement dans un communiqué.

Il faudra aussi noter que ce fonds fait partie des discussions portant sur la réforme des transferts et constitue une demande ancienne de la Fifpro.

Comment le fonds sera-t-il éclaté dans la nécessité ?

A l’origine, selon des sources concordantes non citées par DH.be, la Fifpro avait souhaité que ce fonds soit également financé par un prélèvement sur les transferts ou une contribution des clubs sur le transfert. À quel taux en terme de pourcentage ? C’est là que les Romains s’empoignèrent…  Certains acteurs s’y étaient opposés estimant que cela pouvait « déresponsabiliser » certains clubs. Tout reste encore sous la neige tacite.

Les 5 cas qui prouvent de l’idéalisme parfait du projet

  1. La FIFA lance le projet à financer par elle-même, puis propose que les clubs puissent contribuer en prélevant sur le transfert du joueur sans citer le pourcentage du prélèvement.
  2. Les clubs refusent en disant que ça va déresponsabiliser certains qui vont pouvoir plonger dans joueurs dans les mouvements d’impaiement. La division d’opinion.
  3. Après ces indemnités, qu’adviendra-t-il ? C’est en attendant ou en définitif, les clubs épongent ou paient après ?
  4. Le joueur qui ne touche pas à hauteur de son dû, se contente de ce minimum jusqu’à quand ?
  5. S’il faudrait prélever la contribution sur le montant de transfert, quel est le sort des transferts libres ?

Glovic Mpoyo/Footrdc.com

vous pourriez aussi aimer