Écho +243 : Stephy Mavididi raconte son ascension progressive vers le sommet en Europe

Joueur de Dijon en France, Stephy Mavididi connaît une belle saison en prêt de la Juventus à Dijon. Le jeune attaquant d’origine congolaise s’est confié à nos confrère de Goal.com sur sa jeune carrière. Morceaux choisis.

C’était à l’été 2018 et Stephy Mavididi ne savait pas encore de quoi son futur serait fait. Le jeune attaquant venait de revenir à Arsenal après un séjour en prêt à Charlton. Il retrouvait un club qui n’était plus tout à fait le même que celui qu’il avait connu depuis son arrivée à l’âge de 11 ans. Arsène Wenger était parti, tout comme la majorité des entraîneurs et du personnel médical qu’il connaissait. L’ère Unai Emery avait commencé et Mavididi, comme beaucoup de jeunes du club, ne savaient pas ce que l’avenir leur réservait. Mais son téléphone a sonné un matin et les choses sont devenues très claires.

« Je me souviens encore quand mon agent m’a appelé”, confie Mavididi à Goal. « Je venais juste de me réveiller et il m’a dit que la Juventus voulait m’acheter. Honnêtement, je pensais que je rêvais encore. » Mais Mavididi ne rêvait pas, il était bien réveillé. Le club le plus titré d’Italie venait en effet de le contacter. « Je sentais que c’était une opportunité unique qui ne se reproduirait peut-être pas », ajoute celui qui porte les couleurs de Dijon cette saison. « Nous avons eu de nombreuses discussions. Moi, mon agent, les deux clubs et, finalement, toutes les parties ont pensé que c’était la meilleure décision pour moi ».

À l’âge de 18 ans, Mavididi commençait à frapper à la porte de la première équipe d’Arsenal. Wenger l’incluait souvent dans les séances d’entraînement, mais, bien qu’il ait fait partie du groupe pour les matches de coupes, l’adolescent n’a jamais fait ses débuts en professionnel. Désireux de jouer avec une équipe première, il a rejoint Charlton en prêt en janvier 2017, mais n’a fait que cinq apparitions avant que son séjour ne soit cruellement écourté par une blessure aux ischio-jambiers.

Une fois rétabli, il est de nouveau parti en prêt, acceptant de déménager à Preston, avant de retourner à Charlton pour passer la seconde moitié de la campagne 2017-18 en League One. Lorsque ce prêt s’est terminé par une défaite en demi-finale contre Shrewsbury, Mavididi savait qu’il avait une grosse décision à prendre.

« Je voulais continuer parce que j’avais l’impression de ne pas rajeunir, dit-il. Je soupesais mes options et c’est à ce moment-là que la Juventus est arrivée. »

Le géant de la Serie A surveillait Mavididi depuis un certain temps, avec Claudio Chiellini – frère du capitaine de l’équipe première Giorgio – l’homme chargé de l’emmener à Turin. « C’était un monde complètement nouveau dans lequel j’allais , précise-t-il. Passer de l’Angleterre à l’Italie, c’est une culture et une langue complètement différente. Ce fut une étape énorme. Mais de plus en plus de jeunes joueurs anglais font ce saut et jouent à l’étranger. C’était une grosse décision, mais si vous êtes assez courageux, pourquoi pas ? »

Mavididi a initialement rejoint l’équipe des moins de 23 ans de la Juventus ou l’équipe «B», qui joue en troisième division italienne. Et l’ancien gamin d’Arsenal a impressionné, malgré le fait d’avoir traversé une première période d’adaptation qui, admet-il, l’a laissé totalement hors de sa zone de confort : « Quand je suis arrivé, j’ai trouvé ça un peu difficile. J’étais seul. La langue, la culture, la philosophie. C’était tout nouveau. C’était difficile mais c’était un défi et je l’ai apprécié ».

« On pouvait apprendre beaucoup de Ronaldo »

Ses 6 buts en 27 apparitions en équipe B ont suffi à attirer l’attention de l’entraîneur de la Juve Massimiliano Allegri et, au fil de la saison, il a passé de plus en plus de temps à s’entraîner avec l’équipe première. Cela a donné à Mavididi l’occasion de travailler aux côtés de son idole, un certain Cristiano Ronaldo. « Même à l’entraînement, vous pouvez apprendre beaucoup de choses de lui”, explique Mavididi.

« Vous pouvez comprendre pourquoi il est au sommet depuis de nombreuses années. Vous pouvez voir sa qualité jour après jour. Dans et autour de l’hôtel, dans le bus de l’équipe, dans le vestiaire. Bien sûr, il a le talent, personne ne peut en douter. Mais l’essentiel pour moi est sa mentalité et la façon dont il se prend en charge. Vous voyez comment il travaille, à quel point il connaît son corps. Il prouve chaque jour pourquoi il est l’un des meilleurs joueurs de tous les temps. »

Ayant continué d’impressionner Allegri à l’entraînement, le moment que Mavididi attendait tant est arrivé le 13 avril 2019. La Juventus a voyagé pour affronter SPAL, sachant qu’un point était suffisant pour lui permettre de remporter un huitième titre consécutif en Serie A et Mavididi a été nommé dans la liste des remplaçants. Il est finalement entré en jeu alors qu’il restait 21 minutes à jouer, remplaçant Moise Kean en attaque. Le score était de 1-1 à ce moment-là, ce qui aurait suffi pour assurer le titre, mais SPAL a fini par remporter une victoire 2-1 grâce à une frappe de Sergio Floccari.

« Je ne peux que remercier Allegri »

Cette défaite a retardé le sacre de la Juventus, mais pour Mavididi, c’était une journée spéciale : « Quand Allegri m’a appelé, j’étais tellement bourdonnant. Je voulais juste marquer. Nous n’avons pas réussi à obtenir le point dont nous avions besoin pour remporter le titre, nous avons donc dû attendre la semaine suivante ». Mavididi a de nouveau été nommé sur le banc sept jours plus tard contre la Fiorentina mais n’est pas entré en jeu lors de la victoire 2-1 qui a assuré le titre.

« C’était incroyable de vivre tout ça », dit-il. « Ce sont des moments que je n’oublierai jamais et je ne peux que remercier Allegri pour cela. » C’était le cinquième titre d’Allegri lors de son aventure avec la Juventus et il s’est avéré être son dernier, l’entraîneur italien annonçant peu de temps après qu’il quitterait le club à la fin de la saison. Il a été remplacé par l’ancien entraîneur de Chelsea, Maurizio Sarri, et le changement est intervenu comme un coup de massu pour Mavididi, qui avait travaillé si dur pendant sa première année en Italie pour se frayer un chemin dans les plans d’Allegri.

L’attaquant est revenu pour la présaison, mais savait à la fin de l’été qu’il devrait partir pour obtenir un temps de jeu régulier, et a donc convenu d’un prêt à Dijon. Cela signifiait un autre changement de culture et une autre nouvelle langue, mais ce n’est pas dans la nature de Mavididi de fuir un défi : « Quand j’étais enfant, je jouais dans la rue avec des garçons plus âgés. On vous donne souvent des coups de pied parce qu’ils pensent qu’ils peuvent vous marcher dessus. »

Il performe à Dijon

« Je pense que c’est de là que vient mon éthique de travail. Je n’ai pas peur d’un défi et après mon année en Italie, j’étais prêt à jouer régulièrement dans l’un des cinq meilleurs championnats d’Europe. Quand j’ai signé, au départ, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre parce que je ne savais pas comment la plupart des équipes jouaient en France. Il m’a fallu un peu de temps pour m’adapter, mais maintenant j’ai l’impression d’avoir bien assimilé le type de championnat et comment contourner le problème. »

Mavididi a marqué 6 fois en 22 matches avec Dijon cette saison, signant 4 buts lors de ses 5 derniers matchs. Maintenant installé en France et s’étant adapté au style de jeu, l’objectif pour lui sera de continuer à progresser durant les derniers mois de la saison avant de réfléchir à son avenir l’été prochain.

Footrdc.com

vous pourriez aussi aimer