Reportage : à Kinshasa, Lilian Thuram motive les jeunes à quelques mois des IXes Jeux de la Francophonie

Date:

Pour les anciens, ceux de la génération 98 qui ont connu les écrans en noir et blanc, qui se souviennent d’un soir de France-Croatie en demi-finale d’une Coupe du monde, il n’est plus à présenter. L’ancien footballeur international français Lilian Thuram, ambassadeur du Comité international des Jeux de la Francophonie séjourne à Kinshasa. Arrivé dans la nuit du samedi 25 mars, le champion du monde 1998 a été accueilli à l’aéroport international de Ndjili par Zeina Mina, directrice du Comité international et le Directeur du Comité national M. Isidore Kwandja Ngembo.

« C’est la première fois. Je suis extrêmement heureux. J’ai grandi avec une grande communauté zaïroise. C’est un rêve d’enfant. J’entendais beaucoup d’histoires. J’ai des amis qui faisaient des allers-retours. Être ici c’est incroyable. J’ai hâte de découvrir la ville », avait-il déclaré à son arrivée, chaussé de lunettes de soleil, habillé d’un t-shirt café et d’un jean. En mode décontracté.

En vue de promouvoir les valeurs de la Francophonie : la solidarité, la diversité, l’équité et l’excellence, entre autres, la visite de l’ancien de la Juventus s’inscrit dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale de la Francophonie. Dimanche, il est allé à la rencontre des jeunes footballeurs du centre Ujana au stade Tata Raphaël. Sur place, un match de football d’exhibition entre ces jeunes et une parade de Masano, la mascotte des IXes Jeux de la Francophonie, ont agrémenté l’accueil.

Visite au centre Ujana

Lilian Thuram a consacré une heure d’échanges au cours duquel ces jeunes ont eu l’opportunité de lui poser toutes les questions en lien avec sa carrière, ses orientations professionnelles et ses sources de motivations.
Répondant à toutes ces interrogations de jeunes qui l’observait en star ultime, M. Thuram a indiqué que le plus important, pour les jeunes était « d’avoir de grands rêves parce que tout commence par la pensée ». Il a profité de l’occasion pour prodiguer de conseils à ces jeunes athlètes, en rappelant son combat contre le racisme.

« À travers la francophonie, il y a beaucoup de messages. Je pensais qu’on peut éduquer les enfants à travers les notions du sport pour qu’ils puissent apprendre l’estime de soi. »

M. Tsepuk Alain, directeur du Centre Ujana a fait une brève présentation du centre Ujana. Il insisté sur la structuration du centre en trois volets : social d’abord, pour accompagne plus de 400 enfants des militaires, volet sportif ensuite en ouvrant ses portes aux athlètes de 7 à 19 ans et le commercial, enfin, qui offre des formations techniques et tactiques.

Le Directeur du CNJF Isidore Kwandja a donné quelques détails pratiques sur l’aménagement du terrain d’entrainement tout en rappelant les efforts du gouvernement pour la construction des infrastructures des Jeux dont, selon lui, les grands bénéficiaires sont les jeunes.

JMM

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related

Linafoot : après Lupopo – Don Bosco, un autre résultat suspendu

La Commission de Gestion de la Ligue Nationale de...

Léopards : sans accord avec le gouvernement, Sébastien Desabre annule le stage de Turquie prévu en mars

Un stage, pour regrouper les nouveaux joueurs qui évolueront...

Linafoot : Vita Club se saborde devant Les Aigles du Congo

Les Dauphins Noirs n'ont pas réussi une entrée en...

Linafoot-Coupe du Congo : une révolution historique pour mettre fin à une anomalie au palmarès

Cette saison, une nouvelle règle entre en vigueur dans...