Léopards : Ce qu’il va falloir faire en Angola pour la victoire

Date:

Samedi dernier, la déception et la désillusion ont une nouvelle fois traversé l’endocarde du congolais, après que les Léopards ont été incapables de remporter leur match de la 3ème journée des éliminatoires de la CAN Cameroun 2022, devant l’Angola, au stade des martyrs. Pire, la RDC n’a été capable que de très peu de choses durant toute la première période, avant un réveil insufflé au cours de la seconde, par Yannick Bolasie laissé sur le banc au départ. Il n’y a pas eu de but au terme du match. Christian Nsengi l’a jouée comme sur les précédentes sorties. Déjà ce mardi, la RDC sera reçue à Luanda, en Angola, dans le cadre de la quatrième journée de ces mêmes éliminatoires. Les Léopards face à une obligation, cette fois plus qu’implacable de l’emporter, faute de quoi, les chances de qualification seront compromises. Pour cela, Christian Nsengi devrait faire certaines choses plutôt que d’autres, corriger les erreurs du match aller.

  1. Éviter que la défense somnole.

Il est vraisemblablement impossible de remplacer un seul membre de ceux qui ont joué samedi. Ce sont les meilleurs du groupe. Il va falloir plutôt un discours aiguillonnant pour les amener à plus de contrôle et de concentration. Ça flottait dans le couloir de Glody Ngonda. Le défenseur de Dijon était très en retard sur certaines actions, même dans le marquage. C’était le talon d’Achille de la défense congolaise. Issama solide derrière mais un peu caché offensivement, on va dire bloqué par l’emplacement de Botaka.

Ce n’est pas Chancel Mbemba qui a été irréprochable. Il a perdu quelques ballons dangereux par inattention ou imprécision. Un aurait pu coûter cher aux Léopards en première période. Il faut que la défense se réveille, qu’elle soit présente sur tous les coups, et qu’elle veille sur les balles arrêtées. Le capitaine Tisserand doit parler aux siens, crier de vive voix quand les choses dysfonctionnent. Lui-même devra être l’exemple de cette envie de ne rien laisser passer, les autres suivront. Car les Léopards n’ont surtout de courir après le score, cela compliquerait tout.

  1. Trouver vite un milieu de terrain digne dynamique

La combinaison Bangala-Bope-Moutoussamy a montré toutes ses limites contre l’Angola. Des pertes de balles en cascade, des fautes même les plus bêtes commises par Bope. Le cœur du jeu rouillé et submersible à tout moment, n’a pas aidé les Léopards à être présent offensivement. Le pauvre Joël Beya n’a eu que ses jambes pour courir dans tous les sens, telle une séance d’entraînement sans ballon. Chancel Mbemba et Marcel Tisserand se sont par moment trouvés obligés à faire des traversées balle aux pieds pour essayer jouer directement avec leurs attaquants. Le porteur du ballon n’a existé que sur la feuille de match de Christian Nsengi, sur le terrain, rien du genre.

En Angola ce mardi, il s’impose d’avoir un dispositif adéquat et des personnes qui y correspondent, à effet de rendre l’entre-jeu congolais plus présent, plus dominant, dans l’espoir que cela alimente l’attaque en ballon. Les buts ne seront pas loin. Logique que Merveil Bope paye le prix de ce changement. Il n’est pas bon dans le rôle qui lui a été confié. Il faut de la puissance contrôlée, et du dynamisme au milieu de terrain, de l’ingéniosité, pour ne pas dire de l’inspiration.

Ça ne va servir à rien de réclamer un joueur comme Trésor Mputu déjà pas sélectionné, mais il reviendra au coach de juger avec les valeurs en présence, qui correspond mieux à ce type de milieu. Un 4-4-2 ne serait pas mal pour tenter d’avoir de l’emprise au milieu, là que tout se joue. Moutoussamy est bon pour animer le jeu, mais encore très perfectible. Bope commet beaucoup trop de fautes. Pourquoi pas donner la chance à un des jeunes de la Ligue Nationale de Football ? Au coach de voir.

  1. Jouer avec une attaque inspirée !

Marquer des buts c’est ce qui amène à remporter un match de football. Ce rôle incombe à tout élément du système, à priori aux attaquants. Contre l’Angola samedi dernier, les choix offensifs de Christian Nsengi étaient en incohérence avec la réalité du match. Neeskens Kebano, Jordan Botaka, Joël Beya, ne se sont à aucun moment présentés devant les cages du portier angolais dans une situation qui pouvait engendrer un but. Kebano bloqué, Beya engouffré, seul Botaka dans les petits périmètres a osé, avec des centres à temps et à contretemps mais pour les têtes des défenseurs angolais.

Il faudra pour ce match, une attaque des joueurs plutôt agiles, qui vont vite, et savent sentir la trajectoire du ballon à tout moment. Bakambu et Bolasie sont bien dans les critères. Cependant, il y a cette peur de voir Bolasie fouter complètement en débutant le match. Ça lui arrive souvent. Facile de dire qu’il a rendu une bonne copie samedi soir. En serait-il ainsi s’il était titulaire au coup d’envoi ? Aux plus avisés de répondre… Mais Yannick peut faire un super sub qui apportera du jus et de l’accélération au jeu des Léopards en seconde période. Christian Nsengi devra trouver dans son effectif celui qui accompagnera Cédric Bakambu en attaque. Un duo Bakambu-Malango ne serait pas un accident dans un 4-4-2. Les deux là se déplacent bien sur le terrain et peuvent donner des tournis à l’arrière-garde des Palencas Negras. Mais encore une fois, il reviendra au coach de voir.

Par Isaac B’ampendee / Footrdc.com


En savoir plus sur Foot RDC

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Articles récents

102,000FansJ'aime
37,544SuiveursSuivre
51,239SuiveursSuivre
8,524AbonnésS'abonner

Articles Similaires
Related

CAN 2021 : Bestine Kazadi invitée d’honneur de la CAF pour la finale

La finale de la Coupe d'Afrique des Nations se...

CAN 2021 : Jean-Jacques Ndala privé du sifflet de la finale

La Commission d'arbitrage de la CAF a choisi le...

CAN 2021 : les affiches de demi-finale

A l’issue des quarts de finale de la CAN...

CAN 2021 : fin de l’aventure pour le Maroc en quarts

Grosse déception pour le Maroc. Pourtant en tête dès...