Nostalgie : Revivez la remontada historique de la RDC face au Congo Brazzaville (31/01/2015).

Durant cette période où l’absence du football transperce les cœurs et transforme la chaleur de nos week-ends en froideur des vacances forcées, FOOTRDC remonte avec vous le temps, pour retrouver l’une des plus belles rencontres livrées par les Léopards seniors sur la dernière décennie.

Soirée historique

C’était au soir du 31 mars 2015, en quart de finale de la Coupe d’Afrique des Nations accueillie par la Guinée Équatoriale suite au refus du Maroc, la RDC faisait face à son voisin et rival de l’Afrique Centrale, avec qui elle partage le fleuve Congo. Les Diables Rouges du Congo Brazzaville à l’époque conduits par Claude Le Roy avaient l’ambition de terrasser des Léopards qui ont tant de douté en phase des groupes, qualifiés de justesse sans avoir remporté un seul match (3 nuls).

Quand l’arbitre donna le coup d’envoi de la rencontre, tout de suite les spectateurs et téléspectateurs assistèrent à une bataille très engagée, où personne ne voulait céder le contrôle du match. Des contacts physiques viriles, des tacles musclés. Les défenses sont imperméables, conséquence du score nul au bout de 45 premières minutes.

La provocation des Diables Rouges.

Au retour de la pause, le Congo Brazzaville se montre plus entreprenant, domine dans le jeu et se crée un peu plus de situations dangereuses que la RDC. Dans leur temps fort, les Diables Rouges vont punir les Léopards et prendre une sérieuse option de la qualification. À la 56ème minute, Dore Ferebory lancé dans le dos de Cédric Mongungu ne laisse aucune chance à Robert Kidiaba, (1-0). À cet instant, ça bouge dans les têtes des congolais. Les Léopards savent qu’ils ne peuvent pas, ne doivent pas perdre ce match. Il y a une grande rivalité extra-sportive derrière l’affiche. Depuis le banc de touche, Youssouf Mulumbu se lève et passe en assistant 1 de Florent Ibenge. Mais pendant que les coéquipiers de Djos Issama Mpeko se recherchent dans le jeu voilà que ceux de Prince Onyange viennent frapper là où ça faisait déjà trop mal. Thievy Bifouma, le meilleur diable rouge de la compétition, enfonce la RDC en inscrivant un 2ème sur une erreur grotesque de Jean Kasusula. (2-0), on joue la 62ème minute, la messe semblait dite, mais non.

La révolte des Léopards !

Bouleversés par cette entrée ratée en seconde partie d’un match qui était pourtant équilibré, les congolais de Kinshasa sonnent la révolte. Florent Ibenge descend Cédric Mabwati peu en vue, pour monter Neeskens Kebano. Le milieu de terrain de la RDC retrouve de la stabilité, du coup, l’attaque peut fonctionner. Parti en vitesse sur l’aile gauche, Yannick Bolasie trouve Dieumerci Mbokani en retrait, dans la surface adverse, Mbokalia ne se troue pas, d’un plat du pied, il réduit la marque. Le match bascule alors dans tous les sens, la pression change de camp car les Léopards ont repris espoir et sont redevenus plus forts…

Après le but de Dieumerci Mbokani, Jérémie Bokila en manque de réussite au cours de la rencontre, sauve sa soirée avec un but magnifique à la 75ème, une frappe en pivot qui fait chavirer le gardien Brazzavillois. À (2-2), les Léopards continuent à pousser alors que les diables rouges fatigués comptent sur des probables prolongations, chose indésirée par la RDC. À la 81ème, un coup-franc obtenu et joué par le maestro Neeskens Kebano flotte sur la tête de Joël Kimwaki et finit sa course dans les cages adverses, la RDC est devant, Florent Ibenge exulte comme de millions de congolais. Cerise sur le gâteau, Dieumerci Mbokani ira de son doublé dans le temps additionnel sur une nouvelle passe décisive de Neeskens Kebano qui a complètement changé le cours de la rencontre.

À suivre en images !

La RDC renversait ainsi le Congo Brazzaville, remporte les derby du fleuve transposé sur la côte et file en demi-finale, là ou l’attendait les Éléphants de la Côte ‘d’Ivoire. Les Léopards ne réussiront pas à passer cette équipe. Battus (3-1) par les coéquipiers de Yaya Touré et Max Alain Gradel, les congolais se contenteront de jouer le match pour la troisième place, qu’il remportèrent à la séance des tirs aux buts face à la nation hôte, la Guinée Équatoriale. Médaille de bronze pour la première CAN de Florent Ibenge et sa génération mulunge, scènes de liesse partout au Congo Kinshasa, c’était tellement beau.

Isaac B’ampendee/FOOTRDC.COM

vous pourriez aussi aimer