Échos +243 : Florent Ibenge et Renaissance Berkane s’emparent du Trône marocain

Fin de saison euphorique pour la Renaissance Berkane son et son coach congolais, Florent Ibenge. Après avoir remporté la Coupe de la CAF il y a moins de deux mois, les Oranges se sont adjugés ce jeudi soir, la Coupe du trône, en battant le tout grand Wydad Casablanca au terme d’une finale mémorable. Victoire des coéquipiers de Chadrac Muzungu aux tirs au but 3-2, après le nul de 0-0 à la fin des prolongations.

La RSB, tenante de la Coupe de la CAF, a remporté sa deuxième Coupe, après le titre gagné en 2018 aux dépens du Wydad de Fès (2-2, 3-2 t.a.b), quatre ans après sa défaite en finale de l’édition 2014 face au FUS de Rabat (0-2).

Se connaissant bien, les deux équipes ont joué la prudence et se sont laissées peu d’espaces. La RSB a verrouillé ses lignes arrières tout en essayant de porter le danger dans la zone adverse par des balles en profondeur et en pressant les défenseurs Wydadis pour les pousser à commettre des erreurs.

Cette stratégie a failli donner ses fruits dès les premières minutes quand une longue passe en profondeur parvient à Fahli, qui se trouvé tête à tête avec le gardien Tagnaouti, mais ce dernier arrive à fermer l’angle de tir à l‘attaquant berkani. A la 15è, le défenseur du WAC, Comara, sous la pression de deux attaquants adverses, fait un mauvais passe en retrait, mais Tagnaouti, a encore une fois, a répondu présent et éloigné le danger.

Le Wydad semblait, généralement, réservé en début de match et l’essentiel de ses tentatives étaient le fruit de balles arrêtées, mais mal exploitées.

Les Rouges et Blancs auraient, pourtant, pu surprendre leur adversaire vers la fin de la première mi-temps (43è) quand Reda Jaadi, libre de tout marquage, se trouva la balle au pied en pleine zone de réparation, mais son tir était trop faible pour inquiéter le goalkeeper berkani.

A la reprise, le Wydad a fait monter son bloc, semblant chercher à prendre l’initiative, mais en plus de ne pas parvenir à faire sauter le verrou de la défense adverse, les hommes de Walid Regragui se sont exposés à des contre-attaques qui ont failli leur coûter cher.

La plus nette est intervenue à la 52è minute, quand Larbi Naji subtilise la balle à un attaquant wydadi et lance une passe en profondeur vers Charki El Bahri qui s’infiltre et tir, mais Tagnaouti repousse la balle, avant de redéployer une belle parade pour stopper une deuxième balle tirée par El Fahli, qui était à l’affût.

Sortis indemnes de cet épisode, les joueurs du WAC ont repris leur équilibre et sont parvenus à installer leur jeu et maîtriser le match, sans pour autant parvenir à s’offrir des occasions nettes devant le bloc opaque des Oranges. Bien au contraire, ils ont eu quelques frayeurs à huit minutes de la fin du temps réglementaire (82è) quand Elmouden, à l’exécution d’un coup franc à la limite des 18 mètres, oblige Tagnaouti à sortir le meilleur de lui-même pour sauver les meubles.

Ce n’est que durant le temps additionnel qu’on a pu voir de vraies occasions pour le WAC, notamment celle de Badii Aouk qui reprend mal la balle repoussée in extremis par le gardien de la RSB, alors qu’il était face à des buts vides (90+2).

Durant le temp additionnel, à part un début fulgurant des Wydadis qui sortent, aux premières minutes, le grand jeu dans une tentative de sceller le sort de cette finale et enchaînent quelques actions dangereuses, notamment le tir de Yahya Atiat Allah qui a inquiété Amine Elouaad, le jeu s’est limité au milieu du terrain avec des actions inachevées ou avortées, notamment de la part du Wydad. La fin du temps additionnel a été, néanmoins, spectaculaire avec un coup franc de Jalal Daoudi (119), dont la balle a rebondi et a failli tromper le gardien. Sur le corner qui s’ensuit, le même Daoudi reprend une balle d’un volet, mais Elouaad sauve les siens.

Avec cette victoire, la RSB conclut en beauté un parcours épuisant en raison de ses engagements en Coupe de la CAF.

Elle a écarté dans son chemin vers la finale le Mouloudia d’Oujda (2-1) en 16èmes, au terme d’un derby de l’Oriental très disputé, avant de s’offrir en 8es de finale un autre gros morceau, à savoir le Difaâ d’El Jadida (4-2, t.a.b), puis l’Association Mansouria (1-0) en quart de finale et le Youssoufia de Berrechid (2-2, 4-3 t.a.b), en demi-finale.

Les Berkanis ajoutent un trophée à une vitrine qui vient d’être garnie par un deuxième titre de la Coupe de la CAF (le premier en 2020), décroché en trois finales (défaite en 2019).

Vous pourriez aussi aimer