AS VClub : Le grand défi qui attend Bestine Kazadi

Élue présidente de l’AS VClub mercredi soir, à l’issue d’une assemblée générale ordinaire et élective qui a scellé de façon définitive la succession de Gabriel Amisi Kumba, Bestine Kazadi, est déjà entré dans l’histoire du club Vert et Noir. Elle est devenue la première femme à occuper le fauteuil de président des Dauphins Noirs, mais elle devrait peut-être encore se faire une histoire, sportivement. Car, sportivement, VClub a plusieurs défis à relever. Nous vous les présenterons progressivement à mesure que les jours avancent. Dans ces lignes qui suivent, nous abordons le premier défi sportif de Bestine Kazadi.

Remettre l’ASV sur les rails de ses ambitions

Les deux dernières années de Tango Four ont été difficiles, sombres. Entre ambitions non atteintes et déficit des finances souvent déploré par Florent Ibenge (parfois même publiquement), l’ASV était à sa traversée du désert. Ce n’est pas anodin que Gabriel Amisi Kumba soit parti… Ce club avait besoin d’une nouvelle énergie, un nouveau vent pour reprendre le chemin du succès sur le dos d’un travail bien fait à tous les niveaux.

L’élection de cette grande dame, conseillère du chef de l’État, est-elle une lueur d’espoir pour les supporters de l’AS VClub ? Certains sont encore (logiquement) sceptiques, d’autres essaient de se convaincre mais attendent beaucoup de Bestine Kazadi, cela, dès la saison prochaine. Voilà d’où partira ce défi géant à relever par celle qui a longtemps porté VClub de son cœur, celle qui est née et grandie dans la famille Vita Club, dont le défunt père (Kazadi Tshishishi) fut président du conseil suprême du club.

Il faut absolument remettre VClub à sa place et l’amener à franchir un cap. La place des Moscovites, c’est la haute marche du podium de le Ligue Nationale de Football et de la Ligue des Champions, à défaut, la Coupe de la CAF. En difficulté cette saison, VClub a presqu’été sauvé par l’arrêt définitif du championnat. Sa place en Afrique était sérieusement menacée par Maniema Union, la JS Bazano et le Daring Club MP. Sous Bestine Kazadi, il sera temps d’aller chercher le titre national remporté pour la dernière fois en 2018. Bien plus que la couronne nationale, un trophée africain qui fait saliver les supporters des Dauphins Noirs, ils en rêvent tous les jours que Dieu a faits, mais voient souvent leur club incapable d’y arriver. Les deux finales perdues en 2014 et 2018, restent une pullule dure à avaler. Il faut tourner cette page, et réécrire une nouvelle sous le leadership féminin encouragé et saluer par tous, même le président de la CAF, Ahmad Ahmad.

La soif des VClubiens, pression des dirigeants

VClub est une équipe qui veut gagner des titres en plus des matchs, poussée inlassablement par une foule immense des supporters assoiffés au tant que les joueurs. Parfois, la pression déborde sur le seul motif du vouloir de voir les Dauphins Noirs soulever des titres et réaliser des prouesses qui s’éloignent de l’ordinaire. Les choses ne vont pas changer sous Bestine Kazadi. La même envie, la même soif et la même pression. Faudra-t-il un peu de temps pour lui permettre de maîtriser les rouages du club et définir en clair sa vision pour le club ? Il sera à elle de le dire, de le faire comprendre aux fans. Diriger VClub, c’est aussi diriger des centaines des milliers des fans éparpillés à travers le globe. Bestine Kazadi sait l’énormité de la tâche qui l’attend, même si elle semble théoriquement mieux armée pour ça, il va falloir beaucoup d’efforts et de sagesse, surtout de résilience pour réussir à la tête du deuxième meilleur club de la RDC. Nous lui souhaitons bonne chance.

Isaac B’ampendee/Footrdc.com

vous pourriez aussi aimer